Halacha pour mardi 14 Adar 5780 10 mars 2020

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Des enseignements précieux pour le jour de Pourim (à partir des commentaires de notre maitre le Rav z.ts.l)

Il est dit dans la Méguila:
« Haman dit au roi A’hachvéroch : Il existe un peuple éparpillé et désuni parmi les peuples de tout ton royaume. Leurs lois diffèrent de celles de tout peuple, et ils n’accomplissent pas les lois du roi, il n’est donc pas bénéfique au roi de les maintenir. »
Nos maitres expliquent qu’en disant « Leurs lois diffèrent de celles de tout peuple, et ils n’accomplissent pas les lois du roi » Haman voulut dire de la médisance sur Israël, il était particulièrement en colère vis-à-vis des fêtes d’Israël, et il dit ainsi au roi A’hachvéroch : « Ces juifs perdent leur temps durant toute l’année ! Ils disent : aujourd’hui c’est Chabbat ; aujourd’hui c’est Péssa’h, etc … »
Nous devons comprendre pourquoi parmi toutes les fêtes c’est exclusivement la fête de Péssa’h qui irrita Haman?

Notre maitre le Rav z.ts.l expliqua de façon détendue que les « lois du rois » relayées par la Méguila sont au nombre de 2:
« … que chaque homme gouverne au sein de son foyer, et qu’il parle la langue de son peuple ».
Cela signifie que les époux doivent être les maitres dans leurs foyers, et les épouses doivent être considérées comme des servantes.
De même, les femmes doivent impérativement apprendre la langue de leurs époux.

En parallèle, 2 lois sont tranchées dans le Choul’han ‘Arou’h dans les Halachott relatives à Péssa’h, et ces 2 lois contredisent les « lois » de A’hachvéroch:
En parallèle à la « loi » selon laquelle « chaque homme gouverne au sein de son foyer », il est tranché que les femmes sont importantes et elles doivent elles aussi s’accouder le soir du Séder.
En parallèle à la « loi » selon laquelle chaque époux doit « parler la langue de son peuple », le RI de Londres (un des Tossafistes) a instauré de lire la Haggada dans la langue parlée dans chaque pays, car les femmes ne comprenaient pas forcément l’hébreu.
Les juifs n’accomplissent donc pas « les lois du roi, et il n’est donc pas bénéfique au roi de les maintenir »……

C’est pour cela que Haman choisit exclusivement la fête de Péssa’h comme argument devant le roi, car dans les règles relatives à cette fête il est expliqué comment - selon la loi des juifs – on doit se comporter envers les femmes…

Nos maitres ordonnent: « L’homme doit boire (du vin) à Pourim », c'est-à-dire boire du vin pour devenir gai le jour de Pourim.
Pourtant, la faute d’Israël provient du fait qu’ils ont participé au festin de A’hachvéroch, comment pouvons-nous revenir à cette situation pour rappeler le miracle?

En réalité, telle est la façon d’agir du Maitre du monde, il frappe avec la lame et guérit avec la lame.
Yossef a commencé à subir de ses frères à cause des rêves, et au final, il fut délivré de la prison grâce au rêve de Pharaon.
Il en est de même pour la faute du Lachon Ha-Ra’, la réparation à cette faute se fait grâce à l’étude de la Torah, qui se fait avec la bouche exclusivement.
De même pour Adam Ha-Richon, il fauta en consommant le fruit de l’arbre de la connaissance qui était une figue (selon un avis dans la Guémara), et Hachem lui confectionna des vêtements avec des feuilles de figuier.

En particulier concernant le festin de A’hachvéroch, car le Midrach enseigne:
Rabbi Eybo dit: L’expiation d’Israël est quand lorsqu’ils boivent et se réjouissent, ils récitent des bénédictions et glorifient Hachem, alors que les autres nations, lorsqu’ils boivent et se réjouissent, ils prononcent des propos vulgaires et humiliants : « ceux là disent : les femmes de Madaï (Mède) sont les plus belles ! Ceux là disent : les femmes de Perse sont les plus belles ! »
Lors du festin de A’hachvéroch, Mordé’haï surveillait ce qu’il s’y passait, comme il est dit : « afin d’accomplir la volonté de cet homme et de cet homme », « cet homme » c’est Haman, « et cet homme » c’est Mordé’haï.
Or, Mordé’haï veillait à ce qu’ils récitent Birkat Ha-Mazon (selon une opinion, Mordé’haï veilla à ce qu’Israël ne consomme que des céréales et du pain, et ne boivent que de la bière) et qu’ils prononcent des propos d’éloge envers Hachem, et ceci constitua réellement un autel d’expiation pour Israël, lorsque toutes les armées du ciel constatèrent la différence notoire entre Israël et les nations, « et du fort sorti le doux ».

C’est ce que veut dire Rabbi Eybo, que l’expiation d’Israël réside dans ce point, que le peuple d’Israël exprime sa reconnaissance envers Hachem, alors que les autres prononcent des propos de débauche.
Ainsi, Hachem juge Israël en comparaison aux nations du monde, et c’est pourquoi, en souvenir du miracle, il nous convient d’augmenter le festin et la joie à Pourim, en souvenir des miracles qu’Hachem nous a fait, et qu’Il nous fera encore, lors de la rédemption totale, par la venue de Machia’h, rapidement et de nos jours, Amen.

8 Halachot Les plus populaires

Les traditions de la période de « Ben Hamétsarim »

Même si nous avons expliqué que l’on ne doit pas réciter la bénédiction de Chéheh’eyanou sur un fruit nouveau ou sur un vêtement nouveau, pendant la période de Ben Ha-Métsarim, depuis le soir du 17 Tamouz jusqu’à a......

Lire la Halacha

Se couper les cheveux pendant Ben Ha-Métsarim - (du 17 Tamouz au 9 Av) cette année (5780)

L’usage de s’interdire la coupe de cheveux En conséquence à la gravité du deuil en vigueur pendant la période de Ben Ha-Métsarim, les Achkénazim ont pour tradition de ne pas se couper les cheveux, ni de se raser, depuis le 17 Tamouz jusqu’......

Lire la Halacha

Le poisson et la viande

Après avoir appris ces derniers jours plusieurs règles concernant la consommation de la viande et des laitages, nous allons traiter de plusieurs règles concernant la consommation du poisson avec la viande, ainsi que d’autres sujets liés à cette interdiction. ......

Lire la Halacha

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha


L’interdiction de consommer de la viande et des laitages sur la même table

Raisons et définitions de la Halacha Une personne qui consomme des laitages, n’a pas le droit de placer de la viande sur la même table. Ou bien le contraire, une personne qui consomme de la viande, n’a pas le droit de placer des laitages sur la même table. Ceci par d&......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha