Halacha pour dimanche 12 Adar 5780 8 mars 2020

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Quelques règles sur Pourim

Le statut des femmes vis-à-vis du Michloa’h Manott
Les femmes sont soumises à tous les devoirs de Pourim, comme les hommes.
De ce fait, il est évident que les femmes doivent – elles aussi – envoyer le Michloa’h Manott, chaque femme enverra à son amie.
Cependant, les décisionnaires débattent au sujet d’une femme mariée, afin de définir si elle s’acquitte par les Michloa’h Manott envoyés par son époux en son nom.
Notre maitre, le Gaon et Richon Létsion Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita conclut dans le Yalkout Yossef-Pourim (chap.694) que chaque femme doit se soucier d’envoyer elle-même son propre Michloa’h Manott (elle-même ou par un intermédiaire, même si c’est son époux), et elle enverra à sa voisine ou à son amie, mais elle ne doit pas s’appuyer uniquement sur les Michloa’h Manott de son époux.

Les membres du foyer vis-à-vis des Matanott LaEvyonim
Les décisionnaires débattent au sujet des enfants qui vivent au foyer, au dessus ou en dessous de la Bar ou Bat Mitsva, sont-ils ou pas soumis à l’obligation de Matanott LaEvyonim?
Selon certains avis Halachiques, même les enfants en dessous de la Bar ou Bat Mitsva doivent accomplir cette Mitsva, puisque nous sommes tenus de les éduquer dans toutes les Mitsvot.
Selon d’autres avis Halachiques, étant donné que cette Mitsva consiste à donner de son agent en guise de Matanott LaEvyonim, les enfants – et même des adolescents – n’ont pas forcément de l’argent à eux, et de ce fait ils sont totalement exempts de cette Mitsva.
Dans la pratique, le Gaon Yalkout Yossef (ibid. page 623) écrit que même s’il y a matière à trancher aussi bien dans un sens que dans un autre, malgré tout, il est juste d’éduquer même les enfants (arrivés en âge d’éducation religieuse, entre 6 et 9 ans) à accomplir la Mitsva de Matanott LaEvyonim (le père peut se contenter de dire à l’enfant : « Regarde, je donne l’argent de Matanot LaEvyonim même pour toi. »).

Concernant les enfants adolescents (au dessus de la Bar ou Bat Mitsva), notre maitre le Richon Létsion Chlita écrit qu’ils doivent donner Matanot LaEvyonim. Il rapporte au nom du Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l que la somme qu’il faut donner dépend du donneur et du bénéficiaire.
Un jour, Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l répondit à un étudiant de la Yéchiva qui lui avait demandé combien il devait donner:
« Ton père avec 50 Chékels s’acquitte de la Mitsva en l’embellissant, mais toi, 50 Agourott (la moitié d’un Chékel) peut représenter beaucoup ! »

Matanott LaEvyonim à un jeune enfant
On s’acquitte de l’obligation de Matanott LaEvyonim en donnant l’argent même à un jeune enfant nécessiteux (ibid. page 629).

Un nécessiteux vis-à-vis de l’obligation de Matanott LaEvyonim
Même un nécessiteux du peuple d’Israël, qui se nourrit de l’argent de la Tsédakka, a le devoir de donner Matanot LaEvyonim.
Le Baït ‘Hadach écrit (chap.694) que la Mitsva de Matanot LaEvyonim n’est pas comparable aux autre actes de Tsédakka, elle est spécifique au jour de Pourim, comme le devoir des 4 coupes de vin l’est au soir du Séder de Péssa’h, que chaque juif a le devoir d’accomplir.
Même si il y a des avis Halachiques contestataires sur ce point, malgré tout, notre maitre le ‘HYDA tranche lui aussi dans Birké Yossef comme le Baït ‘Hadach sur ce point, et cette opinion est l’essentiel selon la Halacha.

Donner l’argent de Matanott LaEvyonim le jour de Pourim
Il faut donner l’argent de Matanott LaEvyonim le jour de Pourim.
De notre époque, il existe des administrateurs de Tsédakka qui récoltent cette argent et le distribuent aux nécessiteux le jour de Pourim.
Cependant, si l’on se trouve dans une ville où il n’y a pas de nécessiteux juifs, on doit prélever cette argent et le garder, pour le donner par la suite à des nécessiteux juifs. (Choul’han ‘Arou’h chap.694).
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, même s’il donnait beaucoup de Matanott LaEvyonim aux nécessiteux qui se présentaient à lui, malgré tout, une année il avait l’intention de donner Matanott LaEvyonim à un certain Avre’h (père de famille qui étudie dans un Kollel), mais cet Avre’h ne se présenta pas cette année là le jour de Pourim. Notre maitre le Rav z.ts.l – qui désirait vraiment lui donner cet argent parce qu’il savait de façon certaine que cet Avre’h était un nécessiteux – envoya un intermédiaire à cet Avre’h le lendemain de Pourim et lui donna plusieurs centaines de Chékels en tant que Matanott LaEvyonim.

8 Halachot Les plus populaires

Les traditions de la période de « Ben Hamétsarim »

Même si nous avons expliqué que l’on ne doit pas réciter la bénédiction de Chéheh’eyanou sur un fruit nouveau ou sur un vêtement nouveau, pendant la période de Ben Ha-Métsarim, depuis le soir du 17 Tamouz jusqu’à a......

Lire la Halacha

Se couper les cheveux pendant Ben Ha-Métsarim - (du 17 Tamouz au 9 Av) cette année (5780)

L’usage de s’interdire la coupe de cheveux En conséquence à la gravité du deuil en vigueur pendant la période de Ben Ha-Métsarim, les Achkénazim ont pour tradition de ne pas se couper les cheveux, ni de se raser, depuis le 17 Tamouz jusqu’......

Lire la Halacha

Le poisson et la viande

Après avoir appris ces derniers jours plusieurs règles concernant la consommation de la viande et des laitages, nous allons traiter de plusieurs règles concernant la consommation du poisson avec la viande, ainsi que d’autres sujets liés à cette interdiction. ......

Lire la Halacha

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha


L’interdiction de consommer de la viande et des laitages sur la même table

Raisons et définitions de la Halacha Une personne qui consomme des laitages, n’a pas le droit de placer de la viande sur la même table. Ou bien le contraire, une personne qui consomme de la viande, n’a pas le droit de placer des laitages sur la même table. Ceci par d&......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha