Halacha pour mardi 30 Shevat 5780 25 février 2020

« Dès l’entrée du mois de Adar, nous augmentons la joie »

Il est enseigné dans la Guémara Ta’anitt (29a):
Rav Yéhouda fils de Rav Chémouel Ben Chilatt dit au nom de Rav:
A l’instar du mois de Av où l’on diminue la joie dès son entrée, ainsi nous augmentons la joie dès l’entrée du mois de Adar.
Rav Papa dit : Par conséquent, si un juif a un litige avec un non-juif, il devra éviter de passer en jugement au mois de Av car le Mazal (destin) d’Israël n’est pas favorable en ce mois, et il s’efforcera de repousser le jugement jusqu’au mois de Adar où le Mazal d’Israël est très bon.

Cette idée prend sa source dans la Méguilatt Esther:
« Le mois qui s’est transformé pour eux de la tristesse en joie ».
Ceci nous apprend que le Mazal de ce mois engendre le sauvetage et le bien pour Israël, puisque leur Mazal est bon durant ce mois.

Cependant, le Gaon ‘Hatam Sofer (chap.160) fait remarquer que MARAN mentionne dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.551) l’enseignement de nos maitre selon lequel on diminue la joie dès l’entrée du mois de Av, mais il ne mentionne pas l’enseignement de nos maitres selon lequel on augmente la joie dès l’entrée du mois de Adar. Le RAMBAM lui aussi ne fait aucune mention de cet enseignement.

Le ‘Hatam Sofer répond à sa propre remarque en disant que si le RAMBAM et MARAN n’ont fait aucune mention de cet enseignement selon lequel il faut se réjouir davantage dès l’entrée du mois de Adar, c’est probablement du fait que Rav Papa – qui est l’auteur de l’enseignement concernant le Mazal très bénéfique pour Israël durant le mois de Adar – considère que le peuple d’Israël a un Mazal (il est lui aussi soumis au destin), et de ce fait, durant le mois de Adar, le Mazal d’Israël est très bon et ils doivent s’en réjouir davantage.
Mais la Halacha est tranchée sur ce point (fin du traité Chabbat) selon l’opinion qui pense qu’Israël n’a pas de Mazal, car Israël n’est pas soumis aux astres. C’est pourquoi, le RAMBAM et MARAN n’ont pas fait mention de cet enseignement concernant le mois de Adar.

Mais de nombreux décisionnaires écrivent qu’il faut appliquer les propos de Rav Papa selon lesquels « on augmente la joie dès l’entrée du mois de Adar », et dans certains endroits, l’entrée du mois de Adar est marquée très fortement.
Et même si l’on considère « qu’Israël n’a pas de Mazal », il faut malgré tout se réjouir en ces jours, car ce mois s’est entièrement transformé en un mois de joie du temps de nos ancêtres, et il mérite la joie dans son intégralité.
Si MARAN ne fait pas mention de tout ceci dans le Choul’han ‘Arou’h, c’est parce qu’il a déjà écrit explicitement (chap.688) que selon certains décisionnaires médiévaux, on pourrait lire la Méguila dès Roch ‘Hodech Adar, et de ce fait, il est certain que tout le mois de Adar est un mois de joie.
C’est ainsi qu’explique le Gaon auteur du Hit’oreroutt Téchouva (chap.473).
Les précédentes années, nous avons également expliqué ces choses selon le RYTBA et d’autres, à partir des écrits de notre maitre le Rav z.ts.l.

Dans le Yalkout Yossef-Pourim (page 192), notre maitre, le Gaon et Richon LéTsion Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita explique que la joie du mois de Adar est justifiée par la reconnaissance que nous devons adresser à Hachem pour les miracles qui ont été réalisés pour Israël en ces temps là. De même, c’est un moyen de montrer que ces jours-ci sont des jours appropriés au bien et à la bénédiction.

Il ajoute que lors du mois de Av on diminue la joie de manière graduelle, jusqu’au summum du deuil le jour du 9 Av, ainsi lors du mois de Adar on augmente la joie graduellement jusqu’à son paroxysme le jour de la grande joie de Pourim.

Il rapporte également au nom du Séfatt Emett (sur Guémara Ta’anitt) que durant les jours du mois de Adar, s’éveille une grande joie dans le monde, car en ces jours, le peuple d’Israël avait l’usage d’apporter chacun son demi-Chékel au Temple, et ils l’offraient avec un grand sentiment de joie, comme expliqué à divers endroits. Il en était ainsi également durant le 2ème Temple où ils offraient avec joie, et jusqu’à nos jours, la joie est encore présente dans le monde durant le mois de Adar, et elle s’éveille grâce à la lecture de la Paracha des Chékalim que l’on lit à la synagogue (cette année 5780, Chabbat dernier qui a précédé le mois de Av).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

The Customary Order of Rosh Hashanah

It is customary to eat certain symbolic foods during the two nights of Rosh Hashanah which signify good fortune for the entire upcoming year. It is therefore customary to eat black-eyed peas, pumpkin, leek, spinach, dates, pomegranates, apples dipped in honey, and meat of a sheep’s head on the......

Lire la Halacha

Some Details Regarding the Prayers of the Days of Awe

Anyone who appreciates the loftiness of the Days of Awe customarily tries to recite all prayers of these days with much precision and care. There are many Machzorim on the market containing several versions for various texts, some which can be relied upon and others which cannot be relied upon at al......

Lire la Halacha

Lighting Candles on Rosh Hashanah and the Issue this Year

The Laws of Candle-Lighting on Rosh Hashanah On the first day of Rosh Hashanah, we customarily light Yom Tov candles before the onset of Yom Tov similar to the way we light them on Erev Shabbat. If the candles were not lit before the onset of Yom Tov, a woman may even light the candles on Yom Tov i......

Lire la Halacha

Should One Cry on Rosh Hashanah?

Question: What is the proper way to behave during the prayers of Rosh Hashanah: Should one arouse himself to cry during the prayers in order for Hashem to pity us and grant us all of our requests or should one pray amid great joy? Answer: The Mitzvah to be Glad on Rosh Hashanah The Poskim deli......

Lire la Halacha


Repenting for Speaking Lashon Hara and Rendering a Mistaken Halachic Ruling

Question: If I have spoken Lashon Hara (evil slander) about my friend, must I confront him and tell him what I have done in order to request his forgiveness? Also, what is the law regarding a rabbi who has ruled stringently on a matter when, in fact, there is actually room for leniency, must he ask ......

Lire la Halacha

One Should Constantly View Himself as Half Innocent and Half Guilty

Our Sages (Kiddushin 40b) teach us that one should always view himself as half innocent and half guilty. If one performs one Mitzvah, one is praiseworthy, for one has tipped the scale to the innocent side. If one transgresses one prohibition, woe unto him, for he has tipped the scale to the guilty s......

Lire la Halacha

Preparing for the Day of Judgment

During the days preceding Rosh Hashanah, every single member of the Jewish nation must contemplate his/her actions and perform some sort of self-introspection in order to ascertain how one can improve one’s actions and Mitzvah observance so as to guarantee one’s self powerful defenders o......

Lire la Halacha

Atonement for Sin, Torah Study, and Sinners in Our Generation

In the previous Halacha we have discussed four varying levels of sin. We have also pointed out that there are some sins for which one cannot obtain atonement until suffering or death befalls him, as the verse states, “I shall remember their iniquities with a staff and with affliction their sin......

Lire la Halacha