Halacha pour mardi 16 Shevat 5780 11 février 2020

Pour l'élévation de l'âme de 
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Le métier de bibliothécaire pour un juif

Question: On m’a proposé un poste de bibliothécaire dans une bibliothèque municipale (en Israël). M’est-il permis d’accepter ce poste pour ma Parnassa?

Réponse: Cette question est des plus graves, car il y a de nombreux livres laïcs dans une bibliothèque municipale, et le bibliothécaire est contraint de fournir à chaque personne les livres qu’elle réclame.
De plus, le bibliothécaire doit régulièrement commander lui-même des livres afin de renouveler le stock de la bibliothèque.
Or, nos maitres enseignent que l’un de ceux qui ne sera pas aidé depuis le Ciel pour se repentir, est justement celui qui fait fauter les autres, et le fait de permettre aux lecteurs de lire ces ouvrages, va leur causer de trébucher sur des interdits.
Par conséquent, il semble qu’il n’y a pas de possibilité d’accepter un tel poste.

En particulier, du fait que nos maitres enseignent également (Sanhédrin 90a) : « Celui qui lit des ouvrages extérieurs (des livres qui contredisent Torah), n’a pas droit au Monde Futur ».
A fortiori concernant les ouvrages laïcs de ces dernières générations, où chaque ouvrage laïc s’exprime avec une brutalité sans limite sur Hachem et sur le peuple d’Israël.
A l’époque post-messianique, l’arrogance augmentera dans le monde, comme l’enseignent nos maitres (‘Haguiga 14a).
De ce fait, comment un homme qui craint Hachem pourrait-il proposer de tels livres à des lecteurs qui ne sont pas toujours informés de la gravité des choses contenues dans ces livres ? Ils ignorent même parfois qu’il y a un interdit à lire de tels ouvrages.
En confiant un tel livre à quelqu’un, on transgresse l’interdit de la Torah de « ne pas placer l’obstacle devant l’aveugle ».

Même dans l’hypothèse où le lecteur connait l’interdiction de lire de tels ouvrages, et qu’il n’en tient pas compte, en lui confiant un tel livre il y a malgré tout la transgression de « ne pas placer l’obstacle devant l’aveugle », car le désir de transgresser cause à l’homme de ne plus voir de ses propres yeux la gravité de ses actes, comme l’écrit le RAMBAM (commentaire des Michnayott traité Chévi’itt chap.5 Michna 6). (Il y a également dans un tel cas la transgression d’aider quelqu’un à commettre une faute).

Pour toutes ces raisons, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l a tranché que le bibliothécaire ne peut pas accepter un tel poste, et il doit prier Hachem afin qu’il lui envoi une bonne Parnassa, de façon permise et non dans l’interdit.

A partir de tout cela, nous comprenons la gravité de lire de tels ouvrages, ou de lire des journaux laïcs, ou de consulter des sites Internet remplis de débauche et de propos hérétiques, car même dans un cas où la Parnassa d’un homme en dépend, notre maitre le Rav z.ts.l a tranché de manière rigoureuse, que cette personne ne pouvait pas accepter un tel poste.
A fortiori pour toute autre personne ! Chacun doit savoir l’ampleur des choses, et se doit de s’éloigner de tels ouvrages, et de ne lire que des ouvrages autorisés.
En particulier, du fait que notre sainte Torah est plus large que l’océan, et autant qu’un homme étudierait la Torah, il n’achèverait pas la plus infime partie de ce qui l’incombe d’étudier.
De plus, de notre époque, même en période de vacances, il existe de nombreux ouvrages sur la biographie des Tsaddikim ou sur l’histoire juive ou autre, dans lesquels celui qui recherche la sagesse trouvera satisfaction.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le devoir de Matanot La-Evyonim

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott »

Le devoir de « Michloa’h Manott » Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la ......

Lire la Halacha

Divré Torah sur Térouma

בס''ד Divré Torah sur Térouma Par le Rav David A. PITOUN    4 Divré Torah La Parasha de Térouma est la première des Parashiyot qui traitent de la construction et de l’architecture du Mishkan (le Temple mobile que les Bén&ea......

Lire la Halacha

Question : Doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo » après la mention du Nom d’Hachem dans le Kiddouch et la Havdala ?

Réponse: Dans la Halah’a précédente, nous avons expliqué la principale raison pour laquelle on répond « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo », puisque tel était l’usage de notre maître le ROCH qui ré......

Lire la Halacha


La règle relative à un œuf, de l’ail ou de l’oignon restés découvert toute une nuit

Les choses interdites par danger Il est enseigné dans la Guémara Nida (17a): Rabbi Chim’on Bar Yoh’aï dit : il y a 5 choses à cause desquelles une personne peut se mettre en danger en les réalisant, et l’une de ces choses est le fait de consommer ......

Lire la Halacha

« Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo»

Question: Quand doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo »? Réponse: Moché Rabbénou dit dans un verset de la Torah: « Lorsque j’invoque le Nom d’Hachem, rendez hommage à notre D. » Le Tar......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’yanou à la vision d’un être cher

Question: Une personne s’absente de chez elle durant 30 jours ou plus. A son retour, cette personne est heureuse de retrouver les membres de sa famille, ainsi que ses amis intimes. Doit-elle réciter la bénédiction de Chehe’heyanou en les revoyant? Réponse: ......

Lire la Halacha

La bénédiction de Mé’hayé Hamétim au bout de 12 mois de séparation avec un être cher

Dans la précédente Hala’ha, nous avons expliqué que lorsque l’on voit un être cher, un ami intime ou un proche parent, que l’on n’a pas vu depuis 30 jours, on doit réciter la bénédiction de Chéhe’heyanou en le voyan......

Lire la Halacha