Halacha pour mardi 2 Shevat 5780 28 janvier 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen

 

Des fruits colorants pendant Chabbat

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué les fondements de l’interdit de la Torah de teindre pendant Chabbat.
Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’une personne qui consomme des fruits colorants pendant Chabbat – comme des fraises, des grenades ou des cerises – doit veiller lors de sa consommation, à ne pas s’essuyer les mains dans une serviette, afin de ne pas colorer la serviette par la teinte de ses mains, comme tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.320-20).

Nous avons expliqué qu’étant donné que celui qui s’essuie les mains ne pense pas à teindre la serviette mais uniquement à s’essuyer les mains, et au contraire, il ne fait que salir la serviette en s’essuyant, il n’y a donc de crainte d’interdiction que selon nos maitres (« Midérabbanan »), et non selon la Torah.

Consommer des fruits colorants pendant Chabbat
A partir de là, nous pouvons nous interroger:
Si le fait de s’essuyer les mains dans une serviette après avoir consommé des fruits colorants constitue un interdit, nous devrions interdire la consommation de fruits colorants pendant Chabbat, car il est écrit explicitement dans le Talmud Yérouchalmi sur le traité Chabbat (chap.23-2):
Si l’on teint ses lèvres avec du rouge pendant Chabbat, on est condamnable.
Or, le RAMBAM écrit (règles de Chabbat chap.22-23) qu’il s’agit d’un interdit de nos maitres.

Selon cela, même quelqu’un qui consomme des fruits qui vont colorer ses lèvres pendant Chabbat, transgresse l’interdit de teindre.
Pourquoi nous nous autorisons malgré tout la consommation de grenades et de cerises pendant Chabbat?

La réponse à cela est que nos maitres n‘ont interdit de teindre pendant Chabbat qu’une chose « qu’il est d’usage de teindre », comme une serviette,  qu’il est d’usage de teindre (à la fabrication). Mais il n’est pas d’usage de teindre le visage et les mains, et par conséquent, il n’y a pas d’interdiction à consommer ces fruits pendant Chabbat.

Cependant, concernant les femmes – qui ont l’usage de teindre leurs visages au moyen de maquillages – nous devrions à priori leur interdire la consommation de fruits colorants.
Pour quelle raison les femmes consomment-elles des fruits colorants pendant Chabbat?
Il est vrai que le Gaon Rabbi Nissim KARELITZ z.ts.l écrit dans son livre ‘HOUTT CHANI (chap.19) que la chose nécessite réflexion.

Mais notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l tranche que la chose est évidement autorisée, puisqu’il n’est pas d’usage de teindre les lèvres au moyen d’aliments, et de plus, la consommatrice ne pense pas à teindre ses lèvres mais à manger.
Selon cela, puisque ce type de teinte n’est interdit que selon nos maitres, et qu’elle est réalisée de manière détournée (au moyen d’aliments), la chose est totalement permise. C’est ainsi que tranche également le Michna Béroura (chap.303 note 65 dans Cha’ar Ha-Tsiyoun).

Poser un pansement sur une plaie ouverte
Il nous reste à présent à clarifier si l’on doit ou non veiller à ne pas poser un pansement de couleur blanche sur une plaie ouverte pendant Chabbat, car en agissant ainsi, le pansement va « se colorer », ou bien il n’y a pas à craindre dans ce cas?

En réalité, Rabbénou Eli’ezer de Metz – qui est l’opinion interdisant de s’essuyer les mains dans une serviette après avoir consommer des fruits colorants – écrit qu’il faut s’imposer la rigueur et ne pas poser un pansement sur une plaie ouverte pendant Chabbat.
Cependant, de nombreux autres décisionnaires ont réfuté son opinion sur ce point pour diverses raisons.
Dans la pratique, même s’il est juste de s’imposer la rigueur et ne pas poser un pansement sur une plaie ouverte pendant Chabbat, sans avoir au préalable rincé la plaie, malgré tout, en cas de nécessité réelle on peut autoriser. (Liviyatt ‘Hen page 149).
De manière certaine, il est permis de mettre un produit antiseptique sur une plaie pendant Chabbat.

En conclusion: Il est permis de consommer des fruits colorants les lèvres ou les mains pendant Chabbat.
Il est juste de s’imposer la rigueur de ne pas poser de pansement sur une plaie ouverte pendant Chabbat. Il faut au préalable rincer la plaie, et ensuite poser le pansement.
Il est permis de mettre un produit antiseptique sur une plaie pendant Chabbat.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Une personne malade du Corona par négligence, doit –elle réciter le Gomel à sa guérison ?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la personne qui tombe malade et qui est alitée, comme la grippe ou le Corona, doit réciter le Gomel une fois guérie, et que cela doit être fait en présence de 10 hommes. M......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. il ......

Lire la Halacha

Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel? Réponse: Dans la précéde......

Lire la Halacha


Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Bérah’a du Gomel

Nos sages ont instauré que toute personne qui vie un événement dangereux se doit de remercier Hachem en récitant une Bérah’a devant 10 personnes comme nous allons l’expliqué. Dans la Guémara, traité de Bérah’ott page......

Lire la Halacha

Tou Bé-Av – le 15 Av

Aujourd’hui, nous célébrerons « Tou Bé-Av ». On enseigne dans une Michna de Ta’anit (26b): Rabban Chim’on Ben Gamliel dit: « Il n’y a pas de plus belles fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom KIPPOUR. Ces jours-là, le......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av

Un malade sans danger Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av, car la sévérité du jeûne du 9 Av est moins importante que celle de Yom Kippour sur ce point. D......

Lire la Halacha