Halacha pour mercredi 18 Tevet 5780 15 janvier 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Le sens des rêves de notre époque

Question: Est-il exact que si l’on fait un rêve terrifiant un vendredi soir, on doit jeûner le jour de Chabbat?

Réponse: Nos maitres enseignent dans la Guémara Béra’hott (55b) que si l’on fait un mauvais rêve perturbant, on doit le positiver verbalement devant 3 personnes de ses amis, en disant devant eux : « J’ai fait un bon rêve ».
Et ils lui répondront 3 fois : « Tu as fait un bon rêve. Il est bon et il sera bon. Hachem le considèrera bon. Que soit décrété 7 fois depuis le Ciel qu’il soit bon, et il sera bon. ».
Ils lui diront également les autres versets cités dans la Guémara (certain Siddourim contiennent l’ordre exact de la formule pour positiver les rêves, « Hatavatt ‘Halom »).
Le jour suivant le rêve, la personne devra observer un jour de jeûne volontaire.

Il est expliqué dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.288) qu’il est même permis de jeûner le jour de Chabbat afin de positiver un rêve fait le vendredi-soir, car dans ce cas, le jeûne représente le véritable plaisir de la personne qui a fait un mauvais rêve.
Par la suite, la personne devra observer un autre jour de jeûne dans la semaine, afin d’expier le fait qu’elle a jeûné Chabbat.

Cependant, Rav ‘Amram GAON (il y a environ 1000 ans) et Rabbénou Kélonimoss (moyen-âge) écrivent que de notre époque, il ne faut pas observer de jeûne le jour de Chabbat pour positiver un rêve, car nous ne sommes pas experts dans l’explication des rêves pour déterminer lequel est un mauvais rêve et lequel est bon.
Leurs propos sont cités par le TOUR.
Mais MARAN ne les rapporte pas dans le Choul’han ‘Arou’h.

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l cite dans son livre ‘Hazon Ovadia-Chabbat, les propos du Gaon et ‘Hassid Rabbi Eliyahou Ha-COHEN dans son livre Iguerett Eliyahou (chap.4 de Ma’asser Chéni) où il écrit:
« Même si nos maitres ont autorisé de jeûner pendant Chabbat pour positiver un mauvais rêve, il me semble que ceci n’était valable que de leur époque où ils étaient experts dans l’explication des rêves. Ce qui n’est plus le cas de notre époque. Certains rêves semblent mauvais alors qu’ils sont bons. C’est pourquoi, lorsqu’on vient me consulter pour savoir si l’on doit ou non jeûner pendant Chabbat pour positiver un rêve, j’indique de ne pas jeûner, mais au contraire, se délecter des aliments et des boissons, à la condition de ne prononcer pendant Chabbat que des paroles de Torah (jeûne de la parole), et il est bon dans ce cas de lire intégralement le livre des Téhilim, et le lendemain, donner de la Tsédaka aux nécessiteux selon ses capacités. »

Le Gaon auteur du Lévouch écrit dans son livre Lévouch Ha-Ora (Vayéchev) que tout le monde sait qu’une grande majorité des rêves sont des futilités et des mensonges, il n’y a pas ne serait-ce qu’une seule chose de vrai.
Notre maitre le ‘HYDA écrit dans son livre Dévach Léfi (sect. 3):
« Je appris d’un grand homme - qui ne prêtait aucune attention aux rêves – qu’un Talmid ‘Ha’ham (un érudit dans la Torah) avait l’usage d’observer régulièrement des jeûnes pendant Chabbat pour positiver des rêves. Un Chabbat, cet érudit vint consulter ce grand homme et celui-ci lui dit de ne pas jeûner, et à partir de ce jour il ne rêva plus. »
(Le livre Min’hatt Yéhouda atteste qu’il existe des Chédim – des êtres spirituels abstraits et nuisibles – qui affolent l’homme par le rêve, et si l’homme craint le rêve, ils s’en réjouissent et continuent à le faire souffrir).

Le livre Pélé Yo’ets (section « ‘Halom ») atteste lui aussi qu’il est préférable de ne pas prendre en considération les rêves, de ne pas en avoir peur, et de ne les raconter à qui que ce soit, car en général, les rêves ne parlent que de choses futiles, en particulier de notre époque ou il n’y a (quasiment) pas d’homme d’un tel niveau spirituel au point où l’on va lui dévoiler l’avenir à travers des rêves.
Ce n’est que la force de l’imaginaire qui agit et cause à la personne d’avoir des pensées.

Effectivement, les choses sont en général ainsi, mais il n’y a pas réellement de règle totale sur ce sujet. Il faut donc traiter chaque cas indépendamment.
Cependant, concernant le cœur de la question – où il s’agit d’un rêve « terrifiant », certains rêves ne contiennent absolument aucun sens, mais uniquement une grande peur, et c’est ce que l’on appelle un « cauchemar », et selon la Guémara (Yoma 22a), il s’agit là d’une catégorie de rêves complètement différente, qui n’a pas réellement de conséquence sur l’avenir, à fortiori de notre époque, comme expliqué plus haut.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha


Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

L’obligation de manger dans la Souccah – Le Corona

Un repas régulier Pendant les jours de la fêtes de Souccot – aussi bien la journée que la nuit – il est interdit de consommer un « repas régulier » (Se’oudat Kéva’) en dehors de la Souccah. La mesure d’un « repas r&e......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha

Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha