Halacha pour mardi 17 Tevet 5780 14 janvier 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

« Léchem Chamaïm » - (Pour la seule gloire d’Hachem)

Hier, nous avons mentionné l’unique objectif de l’homme : s’adonner à l’étude de la Torah et à la pratique des Mitsvott, « Léchem Chamïm ».

Dans toute chose que l’on entreprend, on doit prêter attention au fait que ce n’est pas la pensée qui valide les actes.
Cela signifie que l’homme ne peut pas marcher selon son cœur, en disant:
« Là, je ressens que je suis en train d’accomplir une grande Mitsva, et ma pensée est véritablement bonne », et galoper ainsi - comme un cheval à la guerre – vers son but.
L’homme doit prêter attention à son entourage, il doit consulter de véritables Talmidé ‘Ha’hamim (érudits dans la Torah) afin de définir s’il agit effectivement de manière correcte, car nous avons un Choul’han ‘Arou’h, sans lequel personne ne peut faire le moindre mouvement!

Il est dit dans la Torah au sujet de Tamar, la belle fille de Yéhouda:
Yéhouda répondit: « Emmenez la et qu'elle soit brûlée ! » Comme on l'emmenait, elle envoya dire à son beau père: « Je suis enceinte du fait de l'homme à qui ces choses appartiennent. » Et elle dit : « Examine, je te prie, à qui appartiennent ce sceau, ces cordons (Tsitsit) et ce bâton. » Yéhouda les reconnut et dit : « Elle est plus juste que moi … »

On ne peut décrire la grandeur du sacrifice de soi dont a fait preuve Tamar en ne faisant pas honte à autrui. Elle savait à quel point elle avait raison, et malgré tout, puisqu’en dévoilant son secret elle aurait causé une honte à Yéhouda, elle préféra se faire brûler!

Ce fait au sujet de Tamar et de Yéhouda apparait dans la Torah au milieu de l’histoire de Yossef en Egypte.
Rachi explique : Le texte s’est interrompu (de l’histoire de Yossef), afin d’enchainer l’histoire de la femme de Potifar à celle de Tamar, pour indiquer que l’une comme l’autre avaient une intention dirigée vers le Ciel.
Cela signifie qu’au même titre que Tamar avait une intention pure, ainsi la femme de Potifar avait une intention pure, car elle avait consulté les astres et avait compris qu’elle serait amenée dans l’avenir à avoir des enfants de Yossef, et c’est pour cela qu’elle fit autant d’efforts pour qu’il soit avec elle.

Ces deux femmes ont une intention dirigée vers Hachem, puisque Tamar savait qu’elle devait avoir des enfants de Yéhouda, et la femme de Potifar savait qu’elle devait avoir des enfants de Yossef. Quelle est donc la différence entre les deux?

Le Gaon auteur du Lev Eliyahou z.ts.l explique que la femme de Potifar ne savait pas précisément de quelle façon elle devait avoir des enfants de Yossef. Est-ce par elle-même ou par sa fille (Asnatt, qui fut par la suite l’épouse de Yossef) ? Pourquoi la femme de Potifar a-t-elle donc « décidé » qu’elle serait elle-même celle qui sera la femme de Yossef?
Parce qu’elle désirait l’être!
Le sentiment humain de « j’ai envie qu’il en soit ainsi » est venu se mélanger au « Léchem Chamaïm »!
Ce qui n’est pas le cas de Tamar dont le « Léchem Chamaïm » est resté totalement propre!

Le Gaon auteur du « Or Yahel » ajoute que nous pouvons discerner explicitement la différence entre Tamar et la femme de Potifar.
En effet, Tamar, même si elle avait une intention dirigée vers Hachem, au moment où tous ses rêves étaient sur le point d’être engloutis, lorsqu’on l’a condamnée à être brûlée - « Emmenez la et qu'elle soit brûlée ! » - et elle, ainsi que ses deux enfants dans son ventre, étaient sur le point de mourir, elle sait que le Machia’h doit sortir d’elle, quelques instants avant que tous ses projets soient annulés, elle décide de se taire, car « il est préférable de se jeter dans une fournaise et ne pas humilier son prochain en public » ! Même si elle a raison!

Alors que la femme de Potifar a agit de façon complètement inverse.
Lorsqu’elle voit que Yossef n’approuve pas son « Léchem Chamaïm », lorsque son projet ne réussit pas, que fait-elle?
Elle persécute Yossef, elle le fait souffrir par des moyens les plus terribles, en l’humiliant par des mensonges inimaginables.

Voici donc la différence!
Que t’arrive-t-il lorsque quelqu’un n’est pas d’accord avec ta définition du « Léchem Chamaïm » ? …
(Extrait d’une Dracha du Gaon Rabbi Chalom CHWADRON z.ts.l, « Léhaguid » page 282)

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Utiliser un pain congelé pour Leh’em Michné (Double pain lors du Motsi de Chabbat)

Nous avons déjà expliqué la Mitsva de réciter la bénédiction de Motsi sur 2 pains (Leh’em Michné) lors des repas de Chabbat. Il arrive fréquemment de ne pas avoir 2 pains pour le Léh’em Michné, et l’on envisage ......

Lire la Halacha


Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha

Le statut des femmes vis-à-vis des repas de Chabbat – L’usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Les femmes sont-elles soumises à l’obligation de consommer les 3 repas de Chabbat, au même titre que les hommes? Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué les principales règes relatives aux repas du Chabbat. Parmi ......

Lire la Halacha

Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha