Halacha pour mardi 17 Tevet 5780 14 janvier 2020

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

« Léchem Chamaïm » - (Pour la seule gloire d’Hachem)

Hier, nous avons mentionné l’unique objectif de l’homme : s’adonner à l’étude de la Torah et à la pratique des Mitsvott, « Léchem Chamïm ».

Dans toute chose que l’on entreprend, on doit prêter attention au fait que ce n’est pas la pensée qui valide les actes.
Cela signifie que l’homme ne peut pas marcher selon son cœur, en disant:
« Là, je ressens que je suis en train d’accomplir une grande Mitsva, et ma pensée est véritablement bonne », et galoper ainsi - comme un cheval à la guerre – vers son but.
L’homme doit prêter attention à son entourage, il doit consulter de véritables Talmidé ‘Ha’hamim (érudits dans la Torah) afin de définir s’il agit effectivement de manière correcte, car nous avons un Choul’han ‘Arou’h, sans lequel personne ne peut faire le moindre mouvement!

Il est dit dans la Torah au sujet de Tamar, la belle fille de Yéhouda:
Yéhouda répondit: « Emmenez la et qu'elle soit brûlée ! » Comme on l'emmenait, elle envoya dire à son beau père: « Je suis enceinte du fait de l'homme à qui ces choses appartiennent. » Et elle dit : « Examine, je te prie, à qui appartiennent ce sceau, ces cordons (Tsitsit) et ce bâton. » Yéhouda les reconnut et dit : « Elle est plus juste que moi … »

On ne peut décrire la grandeur du sacrifice de soi dont a fait preuve Tamar en ne faisant pas honte à autrui. Elle savait à quel point elle avait raison, et malgré tout, puisqu’en dévoilant son secret elle aurait causé une honte à Yéhouda, elle préféra se faire brûler!

Ce fait au sujet de Tamar et de Yéhouda apparait dans la Torah au milieu de l’histoire de Yossef en Egypte.
Rachi explique : Le texte s’est interrompu (de l’histoire de Yossef), afin d’enchainer l’histoire de la femme de Potifar à celle de Tamar, pour indiquer que l’une comme l’autre avaient une intention dirigée vers le Ciel.
Cela signifie qu’au même titre que Tamar avait une intention pure, ainsi la femme de Potifar avait une intention pure, car elle avait consulté les astres et avait compris qu’elle serait amenée dans l’avenir à avoir des enfants de Yossef, et c’est pour cela qu’elle fit autant d’efforts pour qu’il soit avec elle.

Ces deux femmes ont une intention dirigée vers Hachem, puisque Tamar savait qu’elle devait avoir des enfants de Yéhouda, et la femme de Potifar savait qu’elle devait avoir des enfants de Yossef. Quelle est donc la différence entre les deux?

Le Gaon auteur du Lev Eliyahou z.ts.l explique que la femme de Potifar ne savait pas précisément de quelle façon elle devait avoir des enfants de Yossef. Est-ce par elle-même ou par sa fille (Asnatt, qui fut par la suite l’épouse de Yossef) ? Pourquoi la femme de Potifar a-t-elle donc « décidé » qu’elle serait elle-même celle qui sera la femme de Yossef?
Parce qu’elle désirait l’être!
Le sentiment humain de « j’ai envie qu’il en soit ainsi » est venu se mélanger au « Léchem Chamaïm »!
Ce qui n’est pas le cas de Tamar dont le « Léchem Chamaïm » est resté totalement propre!

Le Gaon auteur du « Or Yahel » ajoute que nous pouvons discerner explicitement la différence entre Tamar et la femme de Potifar.
En effet, Tamar, même si elle avait une intention dirigée vers Hachem, au moment où tous ses rêves étaient sur le point d’être engloutis, lorsqu’on l’a condamnée à être brûlée - « Emmenez la et qu'elle soit brûlée ! » - et elle, ainsi que ses deux enfants dans son ventre, étaient sur le point de mourir, elle sait que le Machia’h doit sortir d’elle, quelques instants avant que tous ses projets soient annulés, elle décide de se taire, car « il est préférable de se jeter dans une fournaise et ne pas humilier son prochain en public » ! Même si elle a raison!

Alors que la femme de Potifar a agit de façon complètement inverse.
Lorsqu’elle voit que Yossef n’approuve pas son « Léchem Chamaïm », lorsque son projet ne réussit pas, que fait-elle?
Elle persécute Yossef, elle le fait souffrir par des moyens les plus terribles, en l’humiliant par des mensonges inimaginables.

Voici donc la différence!
Que t’arrive-t-il lorsque quelqu’un n’est pas d’accord avec ta définition du « Léchem Chamaïm » ? …
(Extrait d’une Dracha du Gaon Rabbi Chalom CHWADRON z.ts.l, « Léhaguid » page 282)

8 Halachot Les plus populaires

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha


L’interdiction de la viande et du lait

Il est dit à 3 reprises dans notre sainte Torah: « Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère. » (Chémot chap.23 et 34. Dévarim 14).  Nos maîtres commentent dans la Guémara H‘oulin (114a): Une fois pour nous indiq......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement

Question: Quand doit-on réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement? Doit-on la réciter lors de l’achat, ou bien au moment où l’on porte véritablement le vêtement? De plus, doit-on r&eacu......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année? Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de &......

Lire la Halacha

Réciter la Bérah’a de Chéhéh’éyanou sur des fruits greffés

Question: Faut-il réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou lorsque l’on consomme pour la première fois dans l’année des agrumes comme un pamplemousse ou une orange? Réponse: Nous devons tout d’abord introduire l......

Lire la Halacha