Halacha pour mardi 17 Tevet 5780 14 janvier 2020

« Léchem Chamaïm » - (Pour la seule gloire d’Hachem)

Hier, nous avons mentionné l’unique objectif de l’homme : s’adonner à l’étude de la Torah et à la pratique des Mitsvott, « Léchem Chamïm ».

Dans toute chose que l’on entreprend, on doit prêter attention au fait que ce n’est pas la pensée qui valide les actes.
Cela signifie que l’homme ne peut pas marcher selon son cœur, en disant:
« Là, je ressens que je suis en train d’accomplir une grande Mitsva, et ma pensée est véritablement bonne », et galoper ainsi - comme un cheval à la guerre – vers son but.
L’homme doit prêter attention à son entourage, il doit consulter de véritables Talmidé ‘Ha’hamim (érudits dans la Torah) afin de définir s’il agit effectivement de manière correcte, car nous avons un Choul’han ‘Arou’h, sans lequel personne ne peut faire le moindre mouvement!

Il est dit dans la Torah au sujet de Tamar, la belle fille de Yéhouda:
Yéhouda répondit: « Emmenez la et qu'elle soit brûlée ! » Comme on l'emmenait, elle envoya dire à son beau père: « Je suis enceinte du fait de l'homme à qui ces choses appartiennent. » Et elle dit : « Examine, je te prie, à qui appartiennent ce sceau, ces cordons (Tsitsit) et ce bâton. » Yéhouda les reconnut et dit : « Elle est plus juste que moi … »

On ne peut décrire la grandeur du sacrifice de soi dont a fait preuve Tamar en ne faisant pas honte à autrui. Elle savait à quel point elle avait raison, et malgré tout, puisqu’en dévoilant son secret elle aurait causé une honte à Yéhouda, elle préféra se faire brûler!

Ce fait au sujet de Tamar et de Yéhouda apparait dans la Torah au milieu de l’histoire de Yossef en Egypte.
Rachi explique : Le texte s’est interrompu (de l’histoire de Yossef), afin d’enchainer l’histoire de la femme de Potifar à celle de Tamar, pour indiquer que l’une comme l’autre avaient une intention dirigée vers le Ciel.
Cela signifie qu’au même titre que Tamar avait une intention pure, ainsi la femme de Potifar avait une intention pure, car elle avait consulté les astres et avait compris qu’elle serait amenée dans l’avenir à avoir des enfants de Yossef, et c’est pour cela qu’elle fit autant d’efforts pour qu’il soit avec elle.

Ces deux femmes ont une intention dirigée vers Hachem, puisque Tamar savait qu’elle devait avoir des enfants de Yéhouda, et la femme de Potifar savait qu’elle devait avoir des enfants de Yossef. Quelle est donc la différence entre les deux?

Le Gaon auteur du Lev Eliyahou z.ts.l explique que la femme de Potifar ne savait pas précisément de quelle façon elle devait avoir des enfants de Yossef. Est-ce par elle-même ou par sa fille (Asnatt, qui fut par la suite l’épouse de Yossef) ? Pourquoi la femme de Potifar a-t-elle donc « décidé » qu’elle serait elle-même celle qui sera la femme de Yossef?
Parce qu’elle désirait l’être!
Le sentiment humain de « j’ai envie qu’il en soit ainsi » est venu se mélanger au « Léchem Chamaïm »!
Ce qui n’est pas le cas de Tamar dont le « Léchem Chamaïm » est resté totalement propre!

Le Gaon auteur du « Or Yahel » ajoute que nous pouvons discerner explicitement la différence entre Tamar et la femme de Potifar.
En effet, Tamar, même si elle avait une intention dirigée vers Hachem, au moment où tous ses rêves étaient sur le point d’être engloutis, lorsqu’on l’a condamnée à être brûlée - « Emmenez la et qu'elle soit brûlée ! » - et elle, ainsi que ses deux enfants dans son ventre, étaient sur le point de mourir, elle sait que le Machia’h doit sortir d’elle, quelques instants avant que tous ses projets soient annulés, elle décide de se taire, car « il est préférable de se jeter dans une fournaise et ne pas humilier son prochain en public » ! Même si elle a raison!

Alors que la femme de Potifar a agit de façon complètement inverse.
Lorsqu’elle voit que Yossef n’approuve pas son « Léchem Chamaïm », lorsque son projet ne réussit pas, que fait-elle?
Elle persécute Yossef, elle le fait souffrir par des moyens les plus terribles, en l’humiliant par des mensonges inimaginables.

Voici donc la différence!
Que t’arrive-t-il lorsque quelqu’un n’est pas d’accord avec ta définition du « Léchem Chamaïm » ? …
(Extrait d’une Dracha du Gaon Rabbi Chalom CHWADRON z.ts.l, « Léhaguid » page 282)

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

ORDEN RITUAL DE LA NOCHE DE ROSH HASHANA

Las dos noches de Rosh Hashana es costumbre comer alimentos que simbolizan buenos designios para Israel. Por ello se come Rubia o lubia en árabe, zapallo –calabaza dulce-, dátiles, acelga, puerro, cabeza de cordero, manzana y miel. Ya hemos escrito oportunamente, que la perso......

Lire la Halacha

COMO RETRACTARSE DE LAS CALUMNIAS HABLADAS

Pregunta: Es necesario, para poder retractarse correctamente, acercarse a la persona que se criticó –sobre la que se habló “lashon hara”- para aclararle lo que habló de él? Por otro lado, el rabino que dictaminó en forma rigurosa, prohibió ......

Lire la Halacha

ENCENDIDO DE VELAS EN ROSH HASHANA

El primer día de Rosh Hashana es costumbre encender las luminarias del Yom Tob –festividad- antes de la caída del sol, como se lo hace en la víspera de Shabbat. De todas formas, si no se encendieron las luminarias en la víspera de la festividad, podrá la muje......

Lire la Halacha

PORMENORES DE LA PLEGARIA DE ROSH HASHANA

Obviamente, las plegarias de Rosh Hashana son pronunciadas desde un “majzor” o libro de plegarias en los cuales encontramos distintos textos y semánticas, según la costumbre de cada comunidad. Sin embargo, debido a la inquietud que cada año nos hacen llegar sobre alg......

Lire la Halacha


SOBRE EL LLANTO EN ROSH HASHANA

Pregunta: Se puede llorar en Rosh Hashan en las plegarias para invocar la misericordia divina? O acaso es preferible desarrollar las plegarias con alegría? Respuesta: Analizaron las autoridades rabínicas si en el día de Rosh Hashana es asimismo un precepto alegrarse al igual ......

Lire la Halacha

EL HOMBRE CONSIDERARSE MEDIO INOCENTE Y MEDIO CULPABLE

El Talmud (Kiddushin 40) nos dice: El hombre debe verse a si mismo como medio culpable y medio inocente, si observa un precepto, dichoso de él, pues inclina su balanza hacia la inocencia, pero si comete un pecado, pobre de él, pues la inclina hacia su condena. Esto significa, que la......

Lire la Halacha

SONIDOS DEL SHOFAR

Es un precepto de la Torá oír el sonido del shofar el día de Rosh Hashana, como está escrito: Día de Teruá -sonido del shofar-será para ustedes. Por lo tanto a partir de que se ha recitado la bendición sobre dicho sonido u oído la misma ......

Lire la Halacha

PREPARATIVOS PARA ROSH HASHANA

En los días previos a Rosh Hashana, cada quien debe realizar una reflexión personal para determinar qué aspectos de la conducta individual se deben corregir y esto mismo servirá como argumento de ayuda en el día del juicio de R.H. Explicó nuestro maestro ......

Lire la Halacha