Halacha pour dimanche 15 Tevet 5780 12 janvier 2020

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

« Ils répondirent Amen après elle »

Question: Lorsque quelqu’un me bénit – par exemple en me souhaitant une bonne santé (« Tihyé Bari ») – dois-je répondre « Amen »?

Réponse: Le Gaon auteur du Michna Béroura écrit (chap.215 note 9) au nom du Midrach que lorsqu’on entend un homme prier pour quelque chose, ou qu’il bénit un juif, on est tenu de répondre « Amen ». C’est pour cela que s’est répandu l’usage de répondre « Amen » lors des « Hara’haman » à la fin du Birkat Ha-Mazon.

Cela signifie que même lorsqu’il ne s’agit pas d’une véritable bénédiction instaurée par nos maitres, et même si le Nom d’Hachem n’est absolument pas mentionnée dans cette prière ou cette bénédiction adressée à quelqu’un, malgré tout, il est juste de répondre « Amen » après cette prière ou cette bénédiction adressée.
Il ressort des propos du Midrach cité qu’il y a là une véritable obligation.
C’est ainsi qu’écrivent plusieurs décisionnaires des siècles derniers.

Cependant, le Gaon Natsi’’v écrit qu’il n’y a pas de véritable obligation, mais seulement un bon comportement, car par le fait de dire « Amen », on renforce les choses afin qu’elles se réalisent, comme l’écrit Rachi (Chévou’ott 36a).
Telle est également l’opinion de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l dans Chou’t Yé’havé Da’at (vol.3 chap.9).

Mais il faut ajouter que notre maitre le Rav z.ts.l était pointilleux sur ce point, car lorsqu’on le bénissait en lui souhaitant « Réfoua Chéléma » (une totale guérison), ou qu’aucun incident ne soit conséquent à ses actes ou autre, il répondait « Amen ». Même lorsqu’une personne simple le bénissait, il répondait « Amen ».
Même lorsqu’il bénissait lui-même ses petits-enfants, il attendait que l’on réponde « Amen », et lorsqu’on ne répondait pas, il faisait parfois la remarque.

Il est rapporté dans la Guémara Kétoubott (65a):
Rabbi Yo’hanan dit : Un jour, la belle-fille de Nakdimon Ben Gourion – qui était veuve et dont le mari était décédé sans laisser d’enfants – se rendit au Beit Din afin qu’on lui octroie une subsistance matérielle à partir de l’argent laissé par son défunt mari. Le Beit Din lui octroya une forte somme d’argent, puisqu’elle était une femme importante et riche, et de ce fait, il fallait lui octroyer de manière approprié à son statut.

Elle dit aux sages qui siégeaient au Beit Din:
« Qu’il en soit la volonté d’Hachem, que vous octroyez autant à vos filles ! »
Mais les sages ne répondirent pas « Amen » à sa bénédiction.
La Guémara en explique la raison.
En effet, cette femme était veuve, et son mari était décédé sans laisser d’enfants (dans cette situation, la veuve a le statut de « Chomrett Yabam » ou « tributaire de la décision du Yabam », qui est le frère de son défunt mari, qui décidera si oui ou non il accepte de l’épouser afin d’établir une descendance au défunt), et c’est pour cette raison qu’ils ne voulurent pas répondre « Amen » à sa bénédiction, car ses propos contenaient aussi un aspect de malédiction.

Quoi qu’il en soit, le fait que la Guémara s’étend longuement pour expliquer la raison pour laquelle les sages ne répondirent pas « Amen » à sa bénédiction, indique qu’il faut répondre « Amen » après une bénédiction souhaitée et adressée par quelqu’un.
De même, la Guémara rapporte encore (ibid.66b) que lorsque la fille de Nakdimon Ben Gourion était mariée, elle se rendit avec son époux au Beit Din afin de demander quelle somme d’argent son mari devait lui accorder pour ses frais de parfum, et le Beit Din ordonna la somme de 400 pièces d’argent. Elle leur répondit:
« Qu’il en soit la volonté d’Hachem, que vous ordonnez autant pour vos filles ! », et ils répondirent « Amen » après elle.
Les Tossafott expliquent que dans ce cas, les sages du Beit Din répondirent « Amen » après sa bénédiction, car cette femme était mariée, et il était donc approprié de répondre « Amen » puisque sa bénédiction était entièrement constituée de bien.

Nous apprenons de tout ceci à quel point est mauvais l’usage répandu dans plusieurs synagogues où l’assemblée ne porte aucune attention aux bénédictions adressées par l’officient sous la formule de « Mi Chébéra’h » aux personnes qui montent à la Torah, ou aux bénédictions adressées par le Rav à certaines personnes lors de l’ouverture du Hé’hal, et ceci constitue un très grand manque, car toute l’importance du « Mi Chébéra’h » se trouve justement dans la force de l’assemblée, qui répond « Amen » dans un moment solennel, et par le mérite de la sainte Torah nous espérons que les prières soient acceptées.
Mais si l’assemblée ne prête aucune attention et ne répond pas « Amen », ils perdent l’essentiel de la valeur de cette précieuse bénédiction.
Il est rapporté au nom du Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l qu’il y a une obligation de répondre « Amen » à un « Mi Chébéra’h » du point de vue du devoir de « Véahavta Léréa’ha Kamo’ha » (aimer son prochain comme soi-même).

8 Halachot Les plus populaires

Les traditions de la période de « Ben Hamétsarim »

Même si nous avons expliqué que l’on ne doit pas réciter la bénédiction de Chéheh’eyanou sur un fruit nouveau ou sur un vêtement nouveau, pendant la période de Ben Ha-Métsarim, depuis le soir du 17 Tamouz jusqu’à a......

Lire la Halacha

Se couper les cheveux pendant Ben Ha-Métsarim - (du 17 Tamouz au 9 Av) cette année (5780)

L’usage de s’interdire la coupe de cheveux En conséquence à la gravité du deuil en vigueur pendant la période de Ben Ha-Métsarim, les Achkénazim ont pour tradition de ne pas se couper les cheveux, ni de se raser, depuis le 17 Tamouz jusqu’......

Lire la Halacha

Le poisson et la viande

Après avoir appris ces derniers jours plusieurs règles concernant la consommation de la viande et des laitages, nous allons traiter de plusieurs règles concernant la consommation du poisson avec la viande, ainsi que d’autres sujets liés à cette interdiction. ......

Lire la Halacha

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha


L’interdiction de consommer de la viande et des laitages sur la même table

Raisons et définitions de la Halacha Une personne qui consomme des laitages, n’a pas le droit de placer de la viande sur la même table. Ou bien le contraire, une personne qui consomme de la viande, n’a pas le droit de placer des laitages sur la même table. Ceci par d&......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha