Halacha pour dimanche 24 Kislev 5780 22 décembre 2019

Pour l'élévation de l'âme de 
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Règles relatives à l’allumage des Nérot ‘Hanouka

L’heure de l’allumage
L’heure de l’allumage des Nérot ‘Hanouka est l’heure de la sortie des étoiles.
Certains Achkénazim ont l’usage d’allumer immédiatement au coucher du soleil.
Si l’on a tardé et que l’on n’a pas allumé, on doit allumer immédiatement.
Même si l’on a beaucoup tardé, on peut allumer jusqu’à l’aube.

L’obligation de l’allumage
Nous avons déjà mentionné que selon l’usage des Séfaradim, seul le maitre de maison allume les Nérot et ainsi, tous les membres du foyer sont acquittés de leur devoir. Mais selon l’usage des Achkénazim, chaque membre du foyer allume ses propres Nérot ‘Hanouka.
Nous avons également mentionné le fait que les femmes sont soumises au devoir de l’allumage des Nérot ‘Hanouka, et de ce fait, une femme qui n’a pas d’époux, ou bien dont l’époux ne se trouve pas à la maison, est tenue d’allumer les Nérot ‘Hanouka elle-même.
De même, si le mari sait par avance qu’il rentrera tard dans la soirée, il peut nommer son épouse déléguée, afin qu’elle allume les Nérot ‘Hanouka. Ainsi, l’épouse allumera les Nérot avec les bénédictions, et son époux sera acquitté de son devoir.

Allumage par un enfant
Puisque l’obligation de l’allumage des Nérot ‘Hanouka n’incombe que des hommes et des femmes au-delà de « l’âge des Mitsvot » (13 ans et plus pour un garçon ; 12 ans et plus pour une fille), si un enfant allume les Nérot ‘Hanouka (pour le foyer), les autres adultes ne pourront pas s’acquitter de l’allumage de cet enfant.
Il ne faut donc pas permettre à un enfant d’allumer les Nérot ‘Hanouka.
Si l’on est le 2ème soir (et plus), il faut que le père ou le chef de famille allume le 1er Ner du soir, et les autres Nérot du soir pourront être allumés par un enfant qui n’est pas Bar/Bat Mitsva (même dans ce cas, il est bon que le père prenne la main de l’enfant pendant que celui-ci allume les autres Nérot du soir).
Le « Chamach » peut être allumé par n’importe qui.

Cependant, puisque le sujet de l’enfant - qui peut ou pas acquitter le foyer par son allumage – fait l’objet d’une divergence d’opinion Halachique parmi les décisionnaires, si à postériori un enfant non Bar/Bat Mitsva a allumé les Nérot ‘Hanouka pour le foyer, il n’est pas nécessaire de les éteindre et d’en rallumer d’autres, et certainement pas avec bénédictions.

Emettre une condition sur les Nérot ‘Hanouka
Les restes d’huile, de mèches ou de bougies de l’allumage des Nérot ‘Hanouka ont un statut de « Kédoucha » (sainteté) du fait qu’ils ont servis à la Mitsva de l’allumage des Nérot ‘Hanouka.
De ce fait, il faut brûler ces restes après ‘Hanouka.
Or, afin d’éviter cette situation, il est juste et bon d’émettre une condition verbale avant ‘Hanouka, selon laquelle on n’a pas l’intention d’assigner l’huile ou les mèches pour la Mitsva (au-delà de la ½ heure obligatoire où les Nérot doivent brûler chaque soir), et ainsi, la Kédoucha ne reposera pas sur les restes d’huile et de mèches, et l’on pourra les utiliser comme on le désire.

8 Halachot Les plus populaires

Le devoir de Matanot La-Evyonim

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott »

Le devoir de « Michloa’h Manott » Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la ......

Lire la Halacha

Divré Torah sur Térouma

בס''ד Divré Torah sur Térouma Par le Rav David A. PITOUN    4 Divré Torah La Parasha de Térouma est la première des Parashiyot qui traitent de la construction et de l’architecture du Mishkan (le Temple mobile que les Bén&ea......

Lire la Halacha

Question : Doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo » après la mention du Nom d’Hachem dans le Kiddouch et la Havdala ?

Réponse: Dans la Halah’a précédente, nous avons expliqué la principale raison pour laquelle on répond « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo », puisque tel était l’usage de notre maître le ROCH qui ré......

Lire la Halacha


La règle relative à un œuf, de l’ail ou de l’oignon restés découvert toute une nuit

Les choses interdites par danger Il est enseigné dans la Guémara Nida (17a): Rabbi Chim’on Bar Yoh’aï dit : il y a 5 choses à cause desquelles une personne peut se mettre en danger en les réalisant, et l’une de ces choses est le fait de consommer ......

Lire la Halacha

« Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo»

Question: Quand doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo »? Réponse: Moché Rabbénou dit dans un verset de la Torah: « Lorsque j’invoque le Nom d’Hachem, rendez hommage à notre D. » Le Tar......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’yanou à la vision d’un être cher

Question: Une personne s’absente de chez elle durant 30 jours ou plus. A son retour, cette personne est heureuse de retrouver les membres de sa famille, ainsi que ses amis intimes. Doit-elle réciter la bénédiction de Chehe’heyanou en les revoyant? Réponse: ......

Lire la Halacha

La bénédiction de Mé’hayé Hamétim au bout de 12 mois de séparation avec un être cher

Dans la précédente Hala’ha, nous avons expliqué que lorsque l’on voit un être cher, un ami intime ou un proche parent, que l’on n’a pas vu depuis 30 jours, on doit réciter la bénédiction de Chéhe’heyanou en le voyan......

Lire la Halacha