Halacha pour mercredi 29 Cheshvan 5780 27 novembre 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Le manque de respect envers les parents et les maitres

La faute du manque de respect envers les parents est une faute beaucoup plus grave que ce que l’on s’imagine.

En effet, nos maitres des derniers siècles se sont longuement étendu afin d’indiquer un moyen de réparation propre à chaque faute commise. Par exemple : si quelqu’un a prêté un faux serment – faute extrêmement grave comme on le sait – sa réparation consiste à observer 37 jours de jeûne afin d’expier sa faute (mais nous ne n’entrerons pas ici dans la pratique afin définir comment agir de notre époque où la constitution physique s’est affaiblie).
Les grands kabbalistes (des générations passées) – qui savaient la source de chaque chose, ainsi que le dégât provoquée par chaque faute – étaient à même de procurer des réparations aux fauteurs.
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l racontait que de nombreuses personnes venaient trouver le Gaon et kabbaliste Rabbi Efraïm COHEN z.ts.l (le père du Gaon Rabbi Chalom COHEN Chlita), et il écrivait à chacun la réparation de sa faute.

Mais concernant le cas de celui qui manque de respect envers ses parents, Rabbénou Eli’ezer AZKARI écrit dans Séfer ‘Harédim que sa réparation consiste à observer 60 jours de jeûne !
Nous apprenons de là la gravité de la faute de celui qui n’est pas vigilant vis-à-vis du respect de ses parents, et heureux est celui qui se montre vigilant sur ce devoir, car la mesure positive est plus grande que la mesure négative.

C’est l’occasion de rappeler l’attitude de notre maitre le Rav z.ts.l envers ses parents, qu’il honorait énormément. Et tout particulièrement sa mère, par reconnaissance envers elle, car lorsqu’il était enfant, lorsqu’il étudiait la Torah avec assiduité, c’était elle qui allait travailler à sa place dans le magasin de son père, et elle l’encourageait toujours à étudier la Torah avec assiduité. Alors que la misère et la difficulté matérielle régnaient à cette époque, elle lui gardait des friandises comme du chocolat ou des bonbons très chers, et les lui offrait à son retour de l’étude.
C’est ainsi qu’il fut motivé à poursuivre avec assiduité son étude de la Torah, alors que ses voisins et ses amis de son âge se sont consacrés aux affaires et ont tiré profit des plaisirs de ce monde.

Lorsque notre maitre le Rav z.ts.l fut nommé Dayan (juge rabbinique) au Beit Din de Péta’h Tikva, on lui offrit le « Frack » (vêtement particulier des Dayanim), et notre maitre le Rav z.ts.l tenu à le vêtir pour la première fois en présence de sa mère afin qu’elle puisse voir sa grandeur et qu’elle se réjouisse dans son cœur.
De même, il veillait à lui rendre souvent visite chez elle et à la réjouir.
Même après sa mort, il la mentionnait avec éloge dans les introductions à ses ouvrages. Heureuse soit-elle et heureuse soit sa part.

A partir de tout cela, chacun se doit d’apprendre à apprêter son cœur à honorer ses parents. Même si cela est difficile, comme par exemple lorsque les parents sont durs et exigeants, ou bien lorsqu’ils sont – ‘Hass Véchalom – malades et dépendants, on doit avoir la grande vigilance de les honorer comme il se doit.
Celui qui honore ses parents méritera la longévité de la vie, et méritera aussi que ses propres enfants l’honoreront comme il se doit.
Combien sont dignes d’éloges les communautés où les enfants ont l’usage d’honorer leurs parents âgés, et les nourrissent jusqu’à la vieillesse dans leurs propres foyers, en se souciant de tous leurs besoins. Une telle Mitsva est si grande que par son mérite ils recevront toutes les bénédictions inscrites dans la Torah.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le « ’Erouv Tavchiline » - Chavou’ot 5780

Qu’est ce que le ‘Erouv Tavchiline? Cette année (5780), le 1er jour de Chavou’ot tombera un vendredi veille de Chabbat. (29.mai) Nous savons que pendant chaque Yom Tov il est permis de cuisiner pour les besoins du Yom Tov. Par exemple, il est permis de mettre pendant Yom T......

Lire la Halacha

« Chover Oyévim Ou-Mah’nya’ Zédim »

Question: Dans la ‘Amida, dans la formule de la bénédiction contre les hérétiques (Minim), comment doit-on conclure la terminaison de la bénédiction ? « Chover Oyévim Ou-Mah’nya’ Zédim » ou bien &laq......

Lire la Halacha

Cuire pendant Yom Tov

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que même si Yom Tov et Chabbat ont un statut identique vis-à-vis de l’interdiction de réaliser des travaux, et pour cette raison il est interdit de voyager en voiture pendant Yom Tov, malgré tout, l......

Lire la Halacha

Manipuler le feu pendant Yom Tov – allumage et extinction

Nous avons expliqué que Yom Tov et Chabbat ont le même statut vis-à-vis de toutes les interdictions, excepté certains travaux liés à la préparation de la nourriture (« Oh’el Nefech ») qui sont permis pendant Yom Tov, comme l’int......

Lire la Halacha


Escroquerie et tromperie

Il est interdit d’escroquer les gens dans le domaine du commerce, ou bien de les tromper. Si le produit comporte un défaut, le vendeur se doit d’en informer le client. Par exemple: lorsque quelqu’un désire vendre son appartement, sachant que le toit a des infiltrati......

Lire la Halacha

Règles du comportement au réveil, le matin

Il est enseigné dans une Michna des Pirké Avot (chap.5): Yéhouda Ben Téma dit: « Sois effronté comme la panthère, agile comme l’aigle, rapide comme le cerf, et fort comme le lion, afin d’accomplir la Volonté de Ton Père ......

Lire la Halacha

La fête de Chavou’ot - Le Corona

La fête de Chavou’ot – le moment du Don de notre sainte Torah qui est notre vie et de laquelle dépend la longévité de nos jours - tombe cette année 5780 avec l’aide d’Hachem, à la fin des du compte des jours du ‘Omer, ce vendredi......

Lire la Halacha

Bénédiction finale sur une boisson chaude

Question: Une personne qui a bu un thé ou un café, doit-elle ensuite réciter la bénédiction finale « Boré Néfachott »?  Réponse: Nous avons expliqué à plusieurs occasions que lorsqu’on a consomm......

Lire la Halacha