Halacha pour mercredi 29 Cheshvan 5780 27 novembre 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Le manque de respect envers les parents et les maitres

La faute du manque de respect envers les parents est une faute beaucoup plus grave que ce que l’on s’imagine.

En effet, nos maitres des derniers siècles se sont longuement étendu afin d’indiquer un moyen de réparation propre à chaque faute commise. Par exemple : si quelqu’un a prêté un faux serment – faute extrêmement grave comme on le sait – sa réparation consiste à observer 37 jours de jeûne afin d’expier sa faute (mais nous ne n’entrerons pas ici dans la pratique afin définir comment agir de notre époque où la constitution physique s’est affaiblie).
Les grands kabbalistes (des générations passées) – qui savaient la source de chaque chose, ainsi que le dégât provoquée par chaque faute – étaient à même de procurer des réparations aux fauteurs.
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l racontait que de nombreuses personnes venaient trouver le Gaon et kabbaliste Rabbi Efraïm COHEN z.ts.l (le père du Gaon Rabbi Chalom COHEN Chlita), et il écrivait à chacun la réparation de sa faute.

Mais concernant le cas de celui qui manque de respect envers ses parents, Rabbénou Eli’ezer AZKARI écrit dans Séfer ‘Harédim que sa réparation consiste à observer 60 jours de jeûne !
Nous apprenons de là la gravité de la faute de celui qui n’est pas vigilant vis-à-vis du respect de ses parents, et heureux est celui qui se montre vigilant sur ce devoir, car la mesure positive est plus grande que la mesure négative.

C’est l’occasion de rappeler l’attitude de notre maitre le Rav z.ts.l envers ses parents, qu’il honorait énormément. Et tout particulièrement sa mère, par reconnaissance envers elle, car lorsqu’il était enfant, lorsqu’il étudiait la Torah avec assiduité, c’était elle qui allait travailler à sa place dans le magasin de son père, et elle l’encourageait toujours à étudier la Torah avec assiduité. Alors que la misère et la difficulté matérielle régnaient à cette époque, elle lui gardait des friandises comme du chocolat ou des bonbons très chers, et les lui offrait à son retour de l’étude.
C’est ainsi qu’il fut motivé à poursuivre avec assiduité son étude de la Torah, alors que ses voisins et ses amis de son âge se sont consacrés aux affaires et ont tiré profit des plaisirs de ce monde.

Lorsque notre maitre le Rav z.ts.l fut nommé Dayan (juge rabbinique) au Beit Din de Péta’h Tikva, on lui offrit le « Frack » (vêtement particulier des Dayanim), et notre maitre le Rav z.ts.l tenu à le vêtir pour la première fois en présence de sa mère afin qu’elle puisse voir sa grandeur et qu’elle se réjouisse dans son cœur.
De même, il veillait à lui rendre souvent visite chez elle et à la réjouir.
Même après sa mort, il la mentionnait avec éloge dans les introductions à ses ouvrages. Heureuse soit-elle et heureuse soit sa part.

A partir de tout cela, chacun se doit d’apprendre à apprêter son cœur à honorer ses parents. Même si cela est difficile, comme par exemple lorsque les parents sont durs et exigeants, ou bien lorsqu’ils sont – ‘Hass Véchalom – malades et dépendants, on doit avoir la grande vigilance de les honorer comme il se doit.
Celui qui honore ses parents méritera la longévité de la vie, et méritera aussi que ses propres enfants l’honoreront comme il se doit.
Combien sont dignes d’éloges les communautés où les enfants ont l’usage d’honorer leurs parents âgés, et les nourrissent jusqu’à la vieillesse dans leurs propres foyers, en se souciant de tous leurs besoins. Une telle Mitsva est si grande que par son mérite ils recevront toutes les bénédictions inscrites dans la Torah.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les traditions de la période de « Ben Hamétsarim »

Même si nous avons expliqué que l’on ne doit pas réciter la bénédiction de Chéheh’eyanou sur un fruit nouveau ou sur un vêtement nouveau, pendant la période de Ben Ha-Métsarim, depuis le soir du 17 Tamouz jusqu’à a......

Lire la Halacha

Se couper les cheveux pendant Ben Ha-Métsarim - (du 17 Tamouz au 9 Av) cette année (5780)

L’usage de s’interdire la coupe de cheveux En conséquence à la gravité du deuil en vigueur pendant la période de Ben Ha-Métsarim, les Achkénazim ont pour tradition de ne pas se couper les cheveux, ni de se raser, depuis le 17 Tamouz jusqu’......

Lire la Halacha

Le poisson et la viande

Après avoir appris ces derniers jours plusieurs règles concernant la consommation de la viande et des laitages, nous allons traiter de plusieurs règles concernant la consommation du poisson avec la viande, ainsi que d’autres sujets liés à cette interdiction. ......

Lire la Halacha

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha


L’interdiction de consommer de la viande et des laitages sur la même table

Raisons et définitions de la Halacha Une personne qui consomme des laitages, n’a pas le droit de placer de la viande sur la même table. Ou bien le contraire, une personne qui consomme de la viande, n’a pas le droit de placer des laitages sur la même table. Ceci par d&......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha