Halacha pourיום שלישי י"ד חשון תש"פ 12 בnovembre 2019

Acquérir des mérites dans l’étude de la Torah d’un autre

Question: Est-il possible de verser une somme d’argent significative à un Talmid ‘Ha’ham (érudit dans la Torah), afin de prendre une part dans l’étude de la Torah, qu’il a réalisé jusqu’à présent?

Réponse: En effet, le devoir d’étudier la Torah ainsi que celui de la Tsédaka incluent le grand devoir de soutenir les érudits dans la Torah, et en particulier ceux d’entre eux qui sont nécessiteux, afin de les aider et de se tenir à leurs côtés, pour qu’ils puissent poursuivre avec davantage de force leur saint service.
Comme notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l le rappelait fréquemment durant des décennies, en Israël comme à l’étranger, heureuse est la part de ceux qui ont le mérite d’être « les soutiens de la Torah », puisqu’ils gagnent ainsi le mérite de recevoir une récompense dans ce monde-ci, et essentiellement dans le Monde Futur.

Cependant, il est rapporté dans la Guémara Sota (21a):
Hillel l’ancien avait un frère très riche, et il se nommait Chabna.
Hillel étudiait la Torah dans une terrible pauvreté, alors que Chabna s’adonnait au commerce et s’était immensément enrichi.
Même si Chabna connaissait la difficile situation économique de Hillel, il ne jugeait pas utile de l’aider et de le sortir de la détresse.
Lorsque Hillel monta en Erets Israël, et qu’il fut nommé chef du Sanhédrin du fait de sa grande sagesse dans la Torah, son frère Chabna vint le trouver et lui dit:
« Je te propose la moitié de ma richesse contre la moitié de ta part dans le Monde Futur ! »
Une voix céleste retentit et dit : « Si un homme donnerait toute la fortune de sa maison pour acheter l’amour, il ne recueillerait que dédain. » (Chir Ha-Chirim 8-7).

Cela signifie que même s’il est possible d’aider depuis le début un érudit qui consacre sa vie à l’étude de la Torah et au service d’Hachem, et mériter ainsi une part de la récompense des actions de cet érudit - puisque grâce à l’aide qu’on lui apporte, il est disposé à étudier et à servir Hachem – malgré tout, tout ceci n’est valable que lorsque les choses sont convenues « dès le début », et cela représente une très bonne « affaire » incomparable.
Mais venir plus tard et demander à « acquérir » le Monde Futur, ceci est une chose inconcevable, car il n’est pas possible d’acquérir quelque chose dont la valeur est insaisissable selon les concepts de ce monde-ci, même avec la plus grosse somme d’argent.

Similairement, notre maitre le Rav z.ts.l avait coutume de raconter au sujet du Gaon Rabbi Its’hak El’hanan z.ts.l qui – dans son enfance - étudiait la Torah avec assiduité dans la pauvreté et la misère matérielle. En plein hiver, en conséquence au froid glacial, ses chaussures s’étaient déchirées et le froid pénétrait dans ses os en lui causant une grande souffrance.
Face au Beit Ha-Midrach (maison d’étude) où il étudiait, se trouvait un grand magasin de chaussures qui appartenait à un important notable de la communauté.
Dans sa grande souffrance, Rabbi Its’hak El’hanan alla trouver le propriétaire du magasin et lui demanda s’il pouvait avoir l’amabilité de lui offrir une paire de chaussures, car il étudiait la Torah jour et nuit.
Le propriétaire du magasin le chassa en lui disant : « Est-ce que je distribue des chaussures gratuitement ?! Je les vends ! »
Rabbi Its’hak El’hanan sorti du magasin déprimé et continua à étudier la Torah dans la pauvreté et la grande difficulté.

Bien des années plus tard, l’érudition de Rabbi Its’hak El’hanan fut de grande renommée, et du fait de son importante assiduité dans l’étude de la Torah, il devint un immense expert de tous les domaines de la Torah, il vit se réalisé en lui l’enseignement de nos maitres : « Celui qui accomplit la Torah dans la pauvreté, finira par l’accomplir dans la richesse ». Il fut nommé Rav et chef du Beit Din de la ville de Kovna (Kovno). C’est alors qu’il commença à éditer ses illustres ouvrages, pleins de paroles de sagesse et d’érudition dans les profondeurs des lois de la Torah. De nombreux et généreux donateurs se pressaient à sa porte pour offrir au Rav leurs contributions financières afin de soutenir l’édition de ses livres, et pour avoir leurs noms en première page du livre.

Parmi les donateurs, se trouvait également le fameux vendeur de chaussures.
Il dit qu’il désirait lui-aussi contribuer à l’édition des livres du Rav.
Le Rav lui demanda: « Connais-tu Its’hak El’hanan ? »
Le marchand lui répondit: « Je ne vois pas de quoi le Rav veut parler ! »
Rabbi Its’hak El’hanan lui dit: « Je me souviens encore lorsque je n’étais « que » Its’hak El’hanan dans ma jeunesse, et que je suis venu te trouver dans ton magasin en te demandant de m’offrir une paire de chaussures pour me protéger du froid qui me faisait souffrir, tu m’as chassé de ton magasin. Si tu m’avais donné cette paire de chaussures, tu aurais acquis ton Monde Futur. Maintenant, tu as raté le rendez-vous ! Je n’ai pas besoin de ta contribution, et le verset dit sur toi:
« Si un homme donnerait toute la fortune de sa maison pour acheter l’amour, il ne recueillerait que dédain. » (Chir Ha-Chirim 8-7).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

The Customary Order of Rosh Hashanah

It is customary to eat certain symbolic foods during the two nights of Rosh Hashanah which signify good fortune for the entire upcoming year. It is therefore customary to eat black-eyed peas, pumpkin, leek, spinach, dates, pomegranates, apples dipped in honey, and meat of a sheep’s head on the......

Lire la Halacha

Some Details Regarding the Prayers of the Days of Awe

Anyone who appreciates the loftiness of the Days of Awe customarily tries to recite all prayers of these days with much precision and care. There are many Machzorim on the market containing several versions for various texts, some which can be relied upon and others which cannot be relied upon at al......

Lire la Halacha

Should One Cry on Rosh Hashanah?

Question: What is the proper way to behave during the prayers of Rosh Hashanah: Should one arouse himself to cry during the prayers in order for Hashem to pity us and grant us all of our requests or should one pray amid great joy? Answer: The Mitzvah to be Glad on Rosh Hashanah The Poskim deli......

Lire la Halacha

Lighting Candles on Rosh Hashanah and the Issue this Year

The Laws of Candle-Lighting on Rosh Hashanah On the first day of Rosh Hashanah, we customarily light Yom Tov candles before the onset of Yom Tov similar to the way we light them on Erev Shabbat. If the candles were not lit before the onset of Yom Tov, a woman may even light the candles on Yom Tov i......

Lire la Halacha


One Should Constantly View Himself as Half Innocent and Half Guilty

Our Sages (Kiddushin 40b) teach us that one should always view himself as half innocent and half guilty. If one performs one Mitzvah, one is praiseworthy, for one has tipped the scale to the innocent side. If one transgresses one prohibition, woe unto him, for he has tipped the scale to the guilty s......

Lire la Halacha

Repenting for Speaking Lashon Hara and Rendering a Mistaken Halachic Ruling

Question: If I have spoken Lashon Hara (evil slander) about my friend, must I confront him and tell him what I have done in order to request his forgiveness? Also, what is the law regarding a rabbi who has ruled stringently on a matter when, in fact, there is actually room for leniency, must he ask ......

Lire la Halacha

Preparing for the Day of Judgment

During the days preceding Rosh Hashanah, every single member of the Jewish nation must contemplate his/her actions and perform some sort of self-introspection in order to ascertain how one can improve one’s actions and Mitzvah observance so as to guarantee one’s self powerful defenders o......

Lire la Halacha

Atonement for Sin, Torah Study, and Sinners in Our Generation

In the previous Halacha we have discussed four varying levels of sin. We have also pointed out that there are some sins for which one cannot obtain atonement until suffering or death befalls him, as the verse states, “I shall remember their iniquities with a staff and with affliction their sin......

Lire la Halacha