Halacha pour dimanche 29 Elul 5779 29 septembre 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Roch Ha-Chana – Rabbi ‘Haïm BEN ‘ATTAR

Le jour de Roch Ha-Chana est le jour du jugement, où toutes les créatures de l’univers passent devant Hachem, le Roi du jugement.
Tout ce qu’il doit arriver à chacun durant toute l’année, ainsi que durant les années à venir, est décrété ce jour là.
De ce fait, chacun se doit de se stimuler, de se repentir, et d’améliorer ses actions futures, afin de mériter d’être inscrit et scellé dans le Livre des Justes, pour qu’il est – lui et tous les membres de son foyer – un année bonne et bénie.

Certains pensent: « Il nous est tellement difficile de nous repentir ! Comment pourrions-nous nous repentir ?! »

Sur cela, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l rapporta un jour que l’on raconte au sujet du Gaon Rabbi ‘Haïm BEN ‘ATTAR (l’auteur du Or Ha-‘Haïm Ha-Kadoch) qu’il se tenait un jour à la porte de la Maison d’Etudes et prononçait un discours sur le sujet du repentir, entouré d’une importante foule d’auditeurs.
Un homme non pratiquant passa à proximité, et demanda:
« Pourquoi cet attroupement ? »
On lui répondit:
« Entre et écoute ! »
L’homme se fraya un chemin et se plaça devant le Rav, qui exprima des puissants propos sur la grandeur du repentir.

Les paroles touchèrent le cœur de l’homme à un tel point qu’il en versa des larmes.
Lorsque le Rav termina de parler et que la foule se dispersa, l’homme s’approcha du Rav et lui dit:
« Rabbénou ! Vos propos ont trouvé leur chemin vers mon cœur, et je m’engage à faire un sincère repentir, mais j’ai une demande à formuler au Rav : Priez pour que ce soir je me couche et que je ne me relève plus, car je n’ai pas la force de poursuivre une vie de Torah et de Mitsvot, et je ne pourrais pas tenir mon engagement. De ce fait, il est préférable que je meure méritant, et non coupable ! »

Le Rav lui répondit:
« Jamais je ne ferais une chose pareille ! Saches que quelqu’un d’autre avant toi a formulé la même demande, il s’agit de Bil’am le mécréant, qui dit:
« Je voudrais connaitre la mort des justes, ainsi que leur fin ». Bil’am savait que « vivre une vie de juste », il n’en avait pas la force, mais il était prêt à « mourir » comme les justes …

 

Mais nous – poursuivit le Rav – nous sommes les descendants de Avraham, de Its’hak et de Ya’akov, et nous avons reçu la promesse d’Hachem « Faites moi une ouverture comme le chas d’une aiguille, et je vous ferais une ouverture aussi large que la Porte de Oulam (pièce très vaste dans le Temple). N’as-tu pas porté attention à cette grande assistance du Ciel dont bénéficie un repentant ? Nos maitres nous ont enseigné : « Celui qui s’apprête à se purifier, se voit assister par le Ciel ! On ne te demande que de faire une toute petite ouverture, « le chas d’une aiguille », et une grande porte – aussi grande que celle du Oulam - te sera ouverte. Vas et adonne-toi à l’étude de la Torah ! Elève-toi de niveau en niveau, et je serais avec toi ! »
L’homme écouta la voix du Rav, il fit un repentir sincère, épousa une femme qui craignait Hachem et il fondit une famille de justes.

 
Nous devons méditer sur les gens qui étaient très éloignés des chemins de la Torah, et qui ont eu le mérite de se repentir sincèrement, qui sont aujourd’hui très aimés d’Hachem. Prenons par exemple le cas du grand Rav Ouri ZOHAR Chlita, qui était dans le passé pleinement investi dans les futilités de ce monde en étant une des têtes de la culture laïque éphémère, il y a plusieurs dizaines d’années, et durant une période précise, il s’efforça de se repentir, et se sacrifia pour cela, jusqu’à ce qu’on l’éclaira depuis le Ciel, et il eu le mérite de s’élever dans la Torah et dans la Crainte du Ciel dans la joie. Il est devenu l’un des plus importants parmi ceux qui étudient la Torah et qui servent Hachem de notre époque.
 
Il y en a eu encore beaucoup d’autres comme lui, dans notre génération comme dans les générations précédentes.
A fortiori pour quelqu’un qui n’est pas totalement éloigné des chemins de la Torah, mais qui doit seulement améliorer ses actes, il se verra accomplir la promesse qu’on l’assistera depuis le Ciel, « Faites moi une ouverture comme le chas d’une aiguille, et je vous ferais une ouverture aussi large que la Porte de Oulam ».
 
Du plus profond de notre cœur, nous souhaitons à tous les chers étudiant et étudiantes de la « Halacha Yomit » - qui consacrent de leur temps et de leur attention à l’étude de la Torah – qu’il en soit la volonté d’Hachem que vous méritiez une année bonne et bénie, que vous ayez le mérite de vous élever encore de niveau en niveau dans la Torah et la crainte du Ciel, que vous soyez bénis de toutes les bénédictions de la Torah, qu’Hachem exauce toutes vos demandes pour le bien et pour la bénédiction pour Le servir ! Tizkou Léchanim Rabbott Né’imott Vétovott!

8 Halachot Les plus populaires

Les traditions de la période de « Ben Hamétsarim »

Même si nous avons expliqué que l’on ne doit pas réciter la bénédiction de Chéheh’eyanou sur un fruit nouveau ou sur un vêtement nouveau, pendant la période de Ben Ha-Métsarim, depuis le soir du 17 Tamouz jusqu’à a......

Lire la Halacha

Se couper les cheveux pendant Ben Ha-Métsarim - (du 17 Tamouz au 9 Av) cette année (5780)

L’usage de s’interdire la coupe de cheveux En conséquence à la gravité du deuil en vigueur pendant la période de Ben Ha-Métsarim, les Achkénazim ont pour tradition de ne pas se couper les cheveux, ni de se raser, depuis le 17 Tamouz jusqu’......

Lire la Halacha

Le poisson et la viande

Après avoir appris ces derniers jours plusieurs règles concernant la consommation de la viande et des laitages, nous allons traiter de plusieurs règles concernant la consommation du poisson avec la viande, ainsi que d’autres sujets liés à cette interdiction. ......

Lire la Halacha

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha


L’interdiction de consommer de la viande et des laitages sur la même table

Raisons et définitions de la Halacha Une personne qui consomme des laitages, n’a pas le droit de placer de la viande sur la même table. Ou bien le contraire, une personne qui consomme de la viande, n’a pas le droit de placer des laitages sur la même table. Ceci par d&......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha