Halacha pour mardi 24 Elul 5779 24 septembre 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Règles relatives à Roch Ha-Chana

Puisque le délai est assez court, nous allons expliquer brièvement quelques règles qui touchent Roch Ha-Chana.

  1.  On allume des veilleuses en l’honneur de Roch Ha-Chana, comme on le fait pour chaque Chabbat et Yom Tov. Avant d’allumer, Il faut réciter la bénédiction « … Acher Kiddéchanou Bémitsvotav Vétsivanou Léhadlik Ner Chel Yom Tov ».
     
  2. Certaines femmes ont l’usage de réciter également la bénédiction de « Chéhé’héyanou » lors de l’allumage le 1er soir, mais il est plus juste de ne pas la réciter, car lors du Kiddouch elles s’acquittent de cette même bénédiction récitée par le chef de famille. (‘Hazon Ovadia-Yamim Noraïm page 62 et suite)
     
  3. Durant tous les Yamim Noraïm – de Roch Ha-Chana jusqu’à Yom Kippour inclus – on termine la bénédiction de « Ata Kaddoch » par la formule « Ha-Méle’h Ha-Kaddoch » et non par « Ha-E-l Ha-Kaddoch ». Si quelqu’un à dit « Ha-E-l Ha-Kaddoch », il doit recommencer la ‘Amida du début.
     
  4. Lors de la ‘Amida de Roch Ha-Chana et de Yom Kippour, dans la bénédiction de « Ata Kaddoch », on dit 4 paragraphes qui commencent par « Ouv’hen », qui comportent des secrets selon la Kabbala. Toute la formule de cette bénédiction diffère ces jours là des autres jours de l’année. Si quelqu’un s’est trompé et a poursuivit la bénédiction comme à son habitude, et après avoir dit « Oukdochim Bé’hol Yom Yéhalélou’ha Séla » a conclut en disant « Barou’h Ata A.D.O .N.A.Ï », il devra conclure la bénédiction en disant « HaMéle’h Ha-Kaddoch », et poursuivra ensuite la ‘Amida (par la bénédiction de « Ata Bé’hartanou »). Ceci en raison du fait que l’omission des 4 passages de « Ouv’hen », ainsi que de tous les autres ajouts de la bénédiction de « Ata KKaddoch » n’invalident pas la ‘Amida. De ce fait, si l’on a – par inadvertance – entamé la conclusion de la bénédiction par « Barou’h Ata A.D.O.N.A.Ï », on conclura « Ha-Méle’h Ha-Kaddoch ».
     
  5. Selon la tradition du peuple d’Israël depuis l’époque du Talmud (Kéritott 6a), on consomme plusieurs sortes de fruits et de légumes le soir de Roch Ha-Chana, car ils contiennent une allusion de bon augure, puisque « le signe est significatif », c'est-à-dire, un signe possède une véritable signification. On procède à ces consommations spécifiques après avoir entamé le repas, lorsqu’on a fait « Motsi » et consommé au moins un Kazaït (27g) de pain.
     
  6. Puisque l’ordre de ces fruits et légumes contient aussi la datte – qui fait partie des 7 espèces à travers lesquelles la terre d’Israël fut vantée par la Torah – il faut donc commencer par la datte et réciter sur elle la bénédiction de « Boré Péri Ha-‘Ets ». Si les dattes sont nouvelles pour nous (que l’on n’en a pas consommé depuis l’année précédente), on récitera aussi la bénédiction de Chéhé’héyanou », et ensuite on consommera une datte. Puis, on prendra une autre datte et on dira la formule « Yéhi Ratson Miléfané’ha A.D.O.N.A.Ï Elo-hénou Vélo-hé Avoténou Ché-Itamou Oyévénou Vésson’énou Vé’hol Mévakéché Ra’aténou » [Qu’il en soit Ta volonté, Hachem notre D.ieu et le D.ieu de nos ancêtres, que soient anéantis nos ennemis ainsi que tous ceux qui nous veulent du mal], et on consommera la datte. La bénédiction de « Boré Péri Ha-‘Ets » récitée sur la datte acquitte tous les autres fruits de l’arbre que l’on consommera. De même pour la bénédiction de « Chéhé’héyanou », il faudra penser à acquitter par elle tous les autres fruits nouveaux que l’on consommera.
     
  7. Certains consomment ces « signes » sans dire la formule de « Yéhi Ratson » avant de consommer. Les Kabbalistes écrivent que ceci n’est pas juste, car la parole et la prière avant la consommation, sont les éléments qui causent la descente de l’abondance positive conséquente à la consommation de ces « signes ». C’est ainsi qu’agissait notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, il avait l’usage de dire les formules de « Yéhi Ratson » éditées dans les Ma’hzorim, avec joie et allégresse.
     
  8. Lorsqu’on dit les termes « Ché-Itamou Oyévénou Vésson’énou Vé’hol Mévakéché Ra’aténou » [que soient anéantis nos ennemis ainsi que tous ceux qui nous veulent du mal], on ne doit surtout pas penser à ses ennemis juifs, même s’il s’agit de gens particulièrement mauvais et fauteurs envers Hachem, malgré tout, on ne doit pas penser à eux, car en ce jour, il faut prier pour que tous les fauteurs du peuple d’Israël méritent de se repentir sincèrement. De même, il est enseigné dans la Guémara Ta’anitt au sujet de Abba ‘Hilkiya qui avait des ennemis parmi ses voisins, qui étaient de véritables impies. Un jour, il eut une sécheresse, et Abba ‘Hilkiya pria pour que la pluie tombe, mais il ne fut pas exaucé. Son épouse se tenait sur le côté et pria elle aussi. On constata que les nuages arrivaient du côté de son épouse et la pluie commença à tomber. La raison à cela réside dans le fait que Abba ‘Hilkiya priait pour que ses ennemis soient anéantis, alors que son épouse priait pour qu’ils se repentissent. (‘Hemdatt Yamim – mois de Eloul chap.6).

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

העובר דירה, יכול להוציא את המזוזה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Bérah’a de Léshev Ba-Souccah

Question: Quel est l’usage le plus juste selon la Halah’a concernant la Bérah’a de « Léshev Ba-Souccah » : Faut-il la réciter debout, avant de s’asseoir pour prendre le repas dans la Souccah, ou bien faut-il réciter cette Bérah&r......

Lire la Halacha

Le devoir d’habiter dans la Souccah

Le devoir de siéger dans la Souccah Il est dit dans notre sainte Torah  (Vayikra 23):  « Vous habiterez dans des Souccot pendant 7 jours. Chaque membre d’Israël devra habiter dans les Souccot. Afin que les générations futures sachent que j&rsquo......

Lire la Halacha

« Hocha’ana Rabba »

La tradition des prières le soir de Hocha’ana Rabba Le 7ème jour de la fête de Soukkot – qui tombera cette année ce dimanche (depuis samedi soir) – est appelé le jour de « Hocha’ana Rabba », et l’on augmente ce jour l&agrav......

Lire la Halacha

La veille de Yom Kippour – Les propos de notre maitre le Rav z.ts.l en 5768 : « Je pardonne à tout le monde ! »

Le devoir de consommer la veille de Yom Kippour Il est écrit dans la Torah (Vaykra 23): « …Vous jeûnerez le 9 du mois, au soir… » Ce qui veut dire que, dès le soir qui précède le 10 Tichré, entre en vigueur l’obligation de j......

Lire la Halacha


La sortie de Yom Kippour

Augmenter le temps réel de la journée de Yom Kippour (ajouter du ‘Hol sur le Kodech) Il faut retarder la fin de la fête à la sortie de Yom Kippour, en augmentant le temps Kodesh. Cela signifie qu’il ne faut pas faire sortir cette sainte journée à......

Lire la Halacha

Le statut de celui qui oublie « Ya’ale Veyavo » dans le Birkat Hamazon de Soukkot

Dans une précédente Hala’ha, nous avons développé l’obligation de manger sous la Soukka pendant la fête de Soukkot, ainsi que l’exemption des femmes de la Mitsva de Soukka, et qu’elles sont donc autorisées à manger à l&rs......

Lire la Halacha

La sonnerie du Chofar

Il est un commandement positif (une Mitsvat ‘Assé) ordonné par la Torah d’écouter la sonnerie du Chofar le jour de Rosh Ha-Chana, comme il est dit : « Ce sera pour vous un jour de sonnerie ». Il est interdit de parler entre les diffé......

Lire la Halacha

Sim’hatt Torah

Le RAMBAM écrit (chap.8 des règles relatives au Loulav): Bien qu’il soit un devoir de se réjouir lors de toutes les fêtes, lors de la fête de Soukkot il y avait dans le Temple une joie particulièrement intense, comme il est dit : « Vous vous r&eac......

Lire la Halacha