Halacha pourvendredi 26 Elul 5779 septembre 26 2019

Les « Signes » - Le Séder de Roch Ha-Chana

« Le signe est déterminant »
Il est enseigné dans la Guémara Kéritott (6a), ainsi que dans la Guémara Horayott (12a):
« On doit toujours s’habituer à « voir » en signe de bon augure à Roch Ha-Chana, la courge, le poireau, les blettes et les dattes. »
Rachi explique que ces espèces sont un bon signe, car elles poussent plus rapidement que les autres espèces de fruits ou de légumes, et c’est un bon signe de les voir à Roch Ha-Chana.
Cependant, la version de ce même enseignement tel que le rapporte la Guémara Kérotott stipule qu’il faut « consommer » ces espèces et pas seulement les voir.
Telle est la tradition du peuple d’Israël comme rapporté dans le TOUR et le Choul’han ‘Arou’h (chap.583) de consommer ces espèces à Roch Ha-Chana.
Le Kol Bo ajoute que l’on a l’usage de dire une formule de « Yéhi Ratson » sur chaque espèce, selon le nom de l’aliment (comme édité dans les Ma’hzorim).

Réciter d’abord la bénédiction
Il faut réciter au préalable la bénédiction propre au fruit ou au légume.
Par exemple: Lorsqu’on prend la datte, on récite d’abord la bénédiction de « Boré Péri Ha-‘Ets », on goutte, et ensuite on dit le « Yéhi Ratson » et on consomme de nouveau une datte (par la suite, on ne devra plus réciter la bénédiction « Boré Péri Ha-‘Ets » sur d’autres fruits de l’arbre).

Certains ont l’usage de dire d’abord le « Yéhi Ratson », et ensuite de réciter la bénédiction et consommer. Cet usage est rapporté dans le livre Matté Moché (chap.790), ainsi que dans d’autres ouvrages.
Cependant, puisqu’il n’est pas juste de formuler d’abord notre demande personnelle avant de bénir et de glorifier Hachem, l’usage préférable est de réciter d’abord la bénédiction, de goutter, et ensuite de dire le « Yéhi Ratson, et de consommer de nouveau. Tel était l’usage de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l.
Une preuve est citée à cet usage préférable, à partir de l’enseignement de la Guéméra Nédarim (32b) au sujet de Chem fils de Noa’h qui est Malki Tsédek roi de Chalem, qui sorti à la rencontre de Avraham Avinou et lui offrit du pain vin et du vin.
Il le bénit et lui dit: « Béni soit Avram pour le D.ieu Très haut, qui a créé le ciel et la terre. » Ensuite, il lui dit: « Et que soit béni le D.ieu Très haut qui a donné tes ennemis dans tes mains. » Avraham lui dit : « Est-il juste de devancer la bénédiction d’un serviteur à celle de son maitre ?! »
Il en est de même dans notre sujet, il est plus juste de devancer la bénédiction propre au fruit, de goutter, et seulement ensuite de dire la prière du « Yéhi Ratson » qui est une demande de miséricorde pour nous. (voir aussi ‘Hazon Ovadia-Yamim Noraïm page 94 et suivantes).

Le jour et la nuit
Notre maitre le ‘HYDA écrit (Ma’hzik Béra’ha chap.583) qu’il est d’usage de réaliser de nouveau le Séder de Roch Ha-Chana le 2ème soir.
Le Ben Ich ‘Haï écrit (Nitsavim) qu’il est d’usage de le faire également lors des repas des 2 journées de Roch Ha-Chana.
Dans la pratique, l’usage le plus répandu est de le faire uniquement lors des repas des 2 soirs de Roch Ha-Chana.
Tel était l’usage de notre maitre le Rav z.ts.l.

La courge, les haricots et la grenade
La courge est appelée dans le langage de la Guémara « Kra » (avec « Alef »), et en arabe « Kra’ » (avec « ‘Aïn ») (la langue araméenne et la langue arabe sont très proche l’une de l’autre, car l’arabe est constituée d’araméen et d’hébreu déformés au fil du temps). C’est pourquoi, le Ben Ich ‘Haï écrit (Nitsavim) que nous faisons allusion aux noms de la courge dans les 2 langues, et on dit ainsi:
« Yéhi Ratson Miléfané’ha A.D.O.N.A.Ï Elo-hénou Vélo-hé Avoténou Ché-Ikara’ (‘Aïn ») Roa’ Guézar Dinénou Vé-Ikaréou (« Alef ») Léfané’ha Za’houyoténou ».

[Qu’il en soit ta volonté Hachem notre D.ieu et le D.ieu de nos ancêtres, que soit déchiré le décret de notre sentence négative, et que soient lus devant Toi nos mérites.]

« Roubya » représente le haricot, et en arabe il se nomme « Loubya ».
Nous disons sur le haricot : « Yéhi Ratson Miléfané’ha A.D.O.N.A.Ï Elo-hénou Vélo-hé Avoténou Ché-Irbou Za’houyoténou Outlabévénou. »

[Qu’il en soit ta volonté Hachem notre D.ieu et le D.ieu de nos ancêtres, que nos mérites se multiplient et que l’on mérite Ton amour.]

On a l’usage de consommer la grenade en disant:
« … que l’on soient remplis de Mitsvot comme la grenade ».

La pomme dans le miel et la viande de tête (d’agneau)
Les Achkénazim ont la tradition de consommer la pomme trempée dans le miel, mais les Séfaradim ont la tradition de consommer la pomme « confite » dans le miel, c'est-à-dire une « confiture » de pomme ou même une « confiture » de coing. Tel était l’usage chez notre maitre le Rav z.ts.l. On dit : « … que se renouvelle pour nous une bonne et douce année ».
Cependant, si quelqu’un a des difficultés à consommer la pomme confite dans le miel, il est certain qu’il peut se contenter de la pomme trempée dans le miel sans être confite.
(Notre maitre le Rav z.ts.l avait coutume de dire : « Que ce soit une année douce, dans le sens « une année d’étude de la Torah », car les paroles de la Torah sont plus douces que le miel »)

Nous avons l’usage de consommer la viande de tête d’agneau, et on dit : « … que nous soyons à la tête et non à la queue, et ceci est en souvenir du bélier de Its’hak Avinou fils de Avraham Avinou ‘Alav Ha-Chalom ».
Si l’on n’a pas de tête d’agneau, on peut prendre une tête de poulet (dans ce cas, il est bon d’y joindre de la viande d’agneau, afin de pouvoir dire « ceci est en souvenir du bélier de Its’hak Avinou …).
Si l’on n’a pas de tête de poulet, on peut dire le Yéhi Ratson » sans rien.

Chacun pour lui-même
Chacun des membres du foyer peut réciter les bénédictions pour lui-même, ainsi que les « Yéhi Ratson », et on n’est pas tenu de s’acquitter du chef du foyer.
En chaque endroit on agira à sa guise sur ce point.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

The Laws of the Holiday of Sukkot

As per the request of many of our members and as a public service, we shall now list a synopsis of some laws which are essential for the upcoming Sukkot holiday: The Sukkah must be made of three walls and Sechach (the roof). The walls may be made of any material which can withstand a normal wi......

Lire la Halacha

Chol Ha’Mo’ed

The days between the first and seventh days (outside of Israel between the second and eighth days) of the Pesach holiday and the days between the first day of Sukkot and the holiday of Shemini Atzeret (outside of Israel between the second day of Sukkot and Shemini Atzeret) are called “Chol Ha&......

Lire la Halacha

The Blessing of “Lee’shev Ba’Sukkah”

Question: Regarding the “Lee’shev Ba’Sukkah” blessing, what is more halachically preferable: To recite the blessing while standing before sitting down to begin one’s meal in the Sukkah or should one recite this blessing when he is already seated after having recited the......

Lire la Halacha

The Laws of Dwelling in the Sukkah

Since we will not have enough time to discuss the laws of Sukkot between Yom Kippur and Sukkot, we shall therefore begin discussing some of the pertinent laws of the Sukkot holiday now. The Mitzvah of Dwelling in the Sukkah The Torah (Vayikra 23) states: “You shall dwell in the huts for se......

Lire la Halacha


Motza’ei Yom Kippur

Adding From the Mundane Onto the Holiness One must add some of the mundane weekday onto the holiness of Yom Kippur upon its exit, i.e. one should not end this holy day immediately with nightfall; rather, one should wait another few minutes. Thus, it is prohibited to eat or perform work on Motza&rsq......

Lire la Halacha

Erev Yom Kippur and Maran zt”l’s Epic Words, “I Forgive Everyone”

The Mitzvah to Eat on Erev Yom Kippur The Torah (Vayikra 23) states: “And you shall oppress yourselves on the ninth of the month at night,” meaning that the obligation to fast on Yom Kippur begins from the night of the tenth of Tishrei. Our Sages (Berachot 8a) inquired about the languag......

Lire la Halacha

Simchat Torah

The Rambam (end of Chapter 8 of Hilchot Lulav) states: “Even though it is a Mitzvah to rejoice on all the festivals, there was an additional celebration in the Temple on the festival of Sukkot, as the Torah commands: ‘And you shall rejoice before Hashem, your G-d, for seven days.’ ......

Lire la Halacha

Ha’Melech Ha’Kadosh

Today is the Fast of Gedaliah. We have discussed the laws of public fast days in the context of the other public fast days of the year. The Gemara (Berachot 12b) states: “Rabba bar Hinena said in the name of Rav: Throughout the entire year, one recites the blessings of ‘Ha’el H......

Lire la Halacha