Halacha pour dimanche 22 Elul 5779 22 septembre 2019

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)

« Ani Lédodi Védodi Li » (« J’appartiens à mon bien-aimé, mon bien-aimé m’appartient »)

Nos maitres ont expliqué que les lettres hébraïques du nom du mois de ELOUL indiquent le verset extrait du Chir Ha-Chirim « Ani Lédodi Védodi Li »
(" אני לדודי ודודי לי ")  
« Mon bien-aimé », c’est Hachem, et « moi », c’est le peuple d’Israël qui s’exprime.
Au mois de Eloul, s’accomplit donc ce verset à travers lequel nous exprimons notre appartenance à Hachem, et qu’Hachem nous appartient.
Cela signifie qu’il existe une proximité particulière entre Israël et Hachem durant ces jours-ci.

On a tendance à penser que durant le mois de Eloul, incombe sur chaque juif l’obligation de s’efforcer de se repentir et de se rapprocher du service divin.
Ceci est parfaitement exact.
Cependant, nous ne devons pas oublier que dans l’autre sens, c'est-à-dire du point de vue d’Hachem – si l’on peut s’exprimer ainsi – Hachem se rapproche de nous durant ce mois, et par la mesure de miséricorde qui domine en ces jours, il se hâte de pardonner et de prendre ses créatures en pitié lorsqu’elles reviennent vers Lui.
Comme le disent nos maitres dans le Midrach, à travers le verset « Ani Lédodi Védodi Li », Hachem dit à Israël: « Ma part est avec vous ! », et Israël disent à Hachem : « Ma part c’est Hachem ! ».
Notre maitre le ‘HYDA écrit (‘Homat Ana’h sur Chir Ha-Chirim chap.6):

« L’homme doit d’abord se stimuler afin de revenir vers Hachem, et ceci correspond à l’allusion « Ani Lédodi » (j’appartiens à mon bien-aimé), lorsque je me stimule et me lie à mon bien-aimé qui est Hachem, à ce moment précis, « Védodi Li » (mon bien-aimé m’appartient), car « Celui qui s’apprête à se purifier, se voit assister (par Hachem) ». En particulier durant ce mois, dans lequel règne un éveil de la miséricorde. » Fin de citation.

A quoi la chose est-elle comparable?
A un homme qui s’est querellé avec son meilleur ami, et il désire à présent se réconcilier avec lui, mais il connait son meilleur ami, et sait qu’il est d’un tempérament assez rigide, qu’il ne lui pardonnera pas facilement.
L’homme va donc avoir de grandes difficultés à aller trouver son ami pour lui demander son pardon, par crainte de se voir repoussé. Dans un tel cas, l’obtention du pardon sera une lourde charge.
Mais si l’on sait que notre ami désire lui aussi se réconcilier, et qu’il est d’un tempérament souple, on aura plus de facilités à aller le trouver et lui demander son pardon, et ainsi, rétablir l’amour mutuel à sa vraie place.

Il en est de même dans notre sujet.
Certains voient une lourde charge à travers ces jours de miséricorde et de demande de pardon auprès d’Hachem, car nous devons réaliser en nous une véritable introspection, et nous stimuler à se repentir.
Mais en réalité, ces jours sont les jours les plus aimés, et nous devons donc nous réjouir car « Ani Lédodi » (j’appartiens à mon bien-aimé), mais « Védodi Li » (mon bien-aimé m’appartient), Hachem se réjouit lui aussi de nous accueillir comme des enfants devant Lui.

Ainsi Hachem dit à Israël:
« Revenez vers Moi, et je reviendrais à vous » (Mal’a’hi chap.3-7)
Nos maitres commentent ce verset ainsi: 
Hachem dit à Israël : « Mes enfants ! Faites moi une ouverture comme le chas d’une aiguille, et je vous ferais une ouverture aussi grande que la porte du Oulam [la pièce la plus vaste du Temple de Jérusalem] ! »
Nous devons nous engager à nous repentir, mais chacun sait à quel point il est loin de la perfection dans le service divin, et de ce fait, comment pouvons-nous nous repentir?!
A cela Hachem répond : « Faites moi une ouverture comme le chas d’une aiguille ! » Cela signifie, un petit trou insignifiant, mais à la condition qu’il soit ouvert de part en part, et qu’il pérennise ainsi pour toujours. C’est alors que l’on peut espérer la miséricorde d’Hachem, afin qu’Il nous ramène vers Lui et qu’il renouvelle nos jours comme auparavant.

Le Gaon Rabbi Chalom CHVADRON z.ts.l raconta que lorsqu’il était jeune, son maitre (le Gaon Rabbi Leïb ‘HASMAN z.ts.l) l’appela et lui dit de se préparer à prendre un quelconque engagement en l’honneur de Roch Ha-Chana.
Mais le maitre le mit en garde : « Fais attention à prendre un tout petit engagement, mais à la condition d’être certain de le tenir pour toujours ! »
Rabbi Chalom CHVADRON se retira et revint le lendemain auprès de son maitre.
Il dit à son maitre : « J’ai trouvé une petite chose que je pourrais tenir. »
Rabbi Leïb lui répondit : « Alors divise cette chose en deux et engage toi seulement sur la moitié ! »

L’homme comprend qu’il doit se repentir, et il désire prendre un quelconque engagement pour toujours.
Mais il ne sait pas mesurer ses capacités de manière correcte, et il prend un « lourd » engagement, afin de pouvoir se présenter devant Hachem, et ressentir qu’il a agit et qu’il s’est élevé de niveau.
Ceci est une énorme erreur!
En réalité, l’homme doit être conscient de son bas niveau, et prendre uniquement un petit engagement - si minime soit-il – mais avec la certitude de le tenir, car tout engagement pris et que l’on ne tient pas, n’engendre que mal et amertume.
Alors qu’un engagement à notre niveau de capacités, en prenant l’engagement cette année d’accomplir telle petite chose, l’année suivante on s’engagera davantage, et ainsi, le Ciel nous donnera le mérite de pouvoir accomplir la véritable réparation de notre âme.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

Détails concernant les textes des prières de Roch Ha-Chana et Yom Kippour

Grâce à D., chacun prie toutes les prières de Roch Ha-Chana et de Yom Kippour avec précision, mais dans les différents rituels de prières, il existe différentes versions des textes. Certaines de ces versions sont Halachiquement fondées, d’......

Lire la Halacha

L’allumage des Nérott de Roch Ha-Chana, et le problème se posant cette année

L’allumage des Nérott de Roch Ha-Chana La veille du 1er Yom Tov (jour de fête) de Roch Ha-Chana, comme c’est le cas pour les veilles de Chabbat, nous allumons des Nérott (veilleuses ou bougies) avant le coucher du soleil, lorsqu’il fait encore jour. Pour la ve......

Lire la Halacha

Les modes d’expiation des fautes

Les jours du mois d’Eloul dans lesquels nous nous trouvons sont des jours de repentir, de supplication et d’expiation, comme nous l’avons déjà mentionné. Nous allons à présent nous consacrer aux différentes catégories de fautes, &agr......

Lire la Halacha


L’interdit de manger et de se laver le jour de Yom Kippour

Quelques règles de Yom Kippour Tout le monde a le devoir de jeûner pour Yom Kippour, y compris les femmes enceintes ou celles qui allaitent. Toute femme qui craint que le jeûne risque de porter atteinte à sa santé, doit consulter une autorité Halachique comp......

Lire la Halacha

« L’homme doit toujours se considérer à moitié coupable et à moitié innocent »

Nos maîtres enseignent dans la Guémara Kiddouchin (40b): L’homme doit toujours se considérer à moitié coupable et à moitié innocent. S’il réalise une Mitsva, heureux soit-il car il s’est fait basculer vers le plateau du m&eacu......

Lire la Halacha

Les 10 jours de pénitence

« Réclamez Hachem là où il se trouve » Nos maîtres enseignent (traité Roch Ha-Chana 18a) que les propos du verset « Réclamez Hachem là où il se trouve, implorez le lorsqu’il est proche » concernent la périod......

Lire la Halacha

La sortie de Yom Kippour

Augmenter le temps réel de la journée de Yom Kippour (ajouter du ‘Hol sur le Kodech) Il faut retarder la fin de la fête à la sortie de Yom Kippour, en augmentant le temps Kodesh. Cela signifie qu’il ne faut pas faire sortir cette sainte journée à......

Lire la Halacha