Halacha pour jeudi 19 Elul 5779 19 septembre 2019

Pour l'élévation de l'âme de 
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Demander pardon à une défunte

Question d’une dame: Il y a quelques années, j’ai particulièrement offensée une dame, et à présent – après avoir cherché après elle afin de lui demander de me pardonner – j’ai appris à mon grand désarroi qu’elle est décédée. Que dois-je faire?

Réponse: Notre maitre le ROCH écrit (dans son commentaire sur Yoma sect.24) au sujet des Yamim Noraïm:
« Chacun doit prendre conscience en son cœur et veiller à apaiser toute personne envers laquelle il a fauté. »
Il est enseigné dans la Guémara Yoma (87a):
Rabbi Yossé Bar ‘Hanina dit : Lorsqu’on désire demander pardon à une personne défunte, on doit emmener 10 hommes auprès de la tombe du défunt, et dire:
« J’ai fauté envers le D.ieu d’Israël et envers untel. » Fin de citation

Il est donc expliqué ici que lorsqu’on a fauté envers une personne, et que celle-ci est décédée, on doit aller en compagnie de 10 hommes sur la tombe du défunt offensé, et il est juste d’y détailler de manière globale la nature de l’offense qu’on lui a infligée. Par exemple dans notre cas où une dame a offensé une autre dame, elle devra dire:
« J’ai fauté envers Hachem le D.ieu d’Israël et envers untelle ensevelie ici, en lui parlant de manière incorrecte. »
Le Michna Béroura écrit que l’offenseur doit se tenir pieds nus auprès de la tombe lorsqu’il demande pardon.

Les décisionnaires des derniers siècles (A’haronim) écrivent (Chou’t Yabiya’ Omer vol.10 chap.55 note 37 dans ses notes sur Chou’t Rav Pé’alim vol.2) que les personnes présents devront dire 3 fois à l’offenseur qui a demandé pardon au défunt:
« Cela t’est pardonné » (« Ma’houl La’h »)

Par conséquent, il est juste de réunir 10 hommes, et si c’est nécessaire, il faudra rétribuer 10 Avré’him (étudiants en Kolel ou Yéchiva) en leur donnant une petite somme d’argent afin qu’ils acceptent de se libérer et de se rendre au cimetière.
La dame se tiendra donc auprès de la tombe de l’offensée et demandera son pardon comme expliqué.
Le Gaon Rabbénou Yossef ‘HAÏM z.ts.l écrit (Chou’t Rav Pé’alim vol.2 fin du chap.62) que Lé’hatéhila (à priori) il faut agir ainsi en prenant 10 hommes, et Bédi’avad (à postériori) même si on l’a fait avec 10 femmes, cela est suffisant.
De ce fait, dans notre cas où il s’agit d’une dame qui a offensé une autre dame, si elle n’a absolument pas la possibilité de réunir 10 hommes, elle réunira 10 femmes et demandera pardon en leur présence. 

Si l’offensé est enterré dans une autre ville, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (‘Hazon Ovadia-Yamim Noraïm page 244) qu’il est suffisant dans ce cas de demander pardon au défunt en réunissant 10 hommes là où l’on se trouve.
Si l’on a un ami qui habite le lieu où est enterré l’offensé, on le nommera délégué (« Chalia’h ») afin qu’il demande pardon au défunt en notre nom, en présence de 10 hommes auprès de sa tombe.
Notre maitre le Rav z.ts.l rapporte que telle est l’opinion de plusieurs décisionnaires des derniers siècles.

On devra désormais veiller à ne pas négliger la moindre personne au monde que l’on a offensée, et se hâter de demander son pardon de son vivant, et ainsi, le repentir sera agréé.

8 Halachot Les plus populaires

Le devoir de Matanot La-Evyonim

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott »

Le devoir de « Michloa’h Manott » Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la ......

Lire la Halacha

Question : Doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo » après la mention du Nom d’Hachem dans le Kiddouch et la Havdala ?

Réponse: Dans la Halah’a précédente, nous avons expliqué la principale raison pour laquelle on répond « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo », puisque tel était l’usage de notre maître le ROCH qui ré......

Lire la Halacha

Divré Torah sur Térouma

בס''ד Divré Torah sur Térouma Par le Rav David A. PITOUN    4 Divré Torah La Parasha de Térouma est la première des Parashiyot qui traitent de la construction et de l’architecture du Mishkan (le Temple mobile que les Bén&ea......

Lire la Halacha


La règle relative à un œuf, de l’ail ou de l’oignon restés découvert toute une nuit

Les choses interdites par danger Il est enseigné dans la Guémara Nida (17a): Rabbi Chim’on Bar Yoh’aï dit : il y a 5 choses à cause desquelles une personne peut se mettre en danger en les réalisant, et l’une de ces choses est le fait de consommer ......

Lire la Halacha

« Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo»

Question: Quand doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo »? Réponse: Moché Rabbénou dit dans un verset de la Torah: « Lorsque j’invoque le Nom d’Hachem, rendez hommage à notre D. » Le Tar......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’yanou à la vision d’un être cher

Question: Une personne s’absente de chez elle durant 30 jours ou plus. A son retour, cette personne est heureuse de retrouver les membres de sa famille, ainsi que ses amis intimes. Doit-elle réciter la bénédiction de Chehe’heyanou en les revoyant? Réponse: ......

Lire la Halacha

La bénédiction de Mé’hayé Hamétim au bout de 12 mois de séparation avec un être cher

Dans la précédente Hala’ha, nous avons expliqué que lorsque l’on voit un être cher, un ami intime ou un proche parent, que l’on n’a pas vu depuis 30 jours, on doit réciter la bénédiction de Chéhe’heyanou en le voyan......

Lire la Halacha