Halacha pour dimanche 15 Elul 5779 15 septembre 2019

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen

 

Nouvelle cuisson pendant Chabbat d’un aliment cuit au four avant Chabbat (« Bichoul A’har Afiya »)

Nous avons expliqué il y a environ 3 semaines qu’il est permis de chauffer pendant Chabbat sur la plaque électrique (Plata), un aliment qui a été cuit avant Chabbat, à la condition que l’aliment soit un solide, comme un Borekas, une quiche ou autre.
Mais un aliment liquide, comme une soupe de légumes, on ne doit pas le chauffer pendant Chabbat.
La raison à cette règle réside dans le principe:
« Il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment déjà cuit ».
Cela signifie que lorsqu’une chose a déjà été cuite avant Chabbat, il n’y a pas d’interdiction à la chauffer de nouveau pendant Chabbat, car ce geste n’est pas une « cuisson » mais un « réchauffement ».
Mais lorsqu’il s’agit d’une chose liquide, même si elle a été cuite avant Chabbat, le fait de la réchauffer pendant Chabbat constitue une nouvelle cuisson.
En résumé: « Il y a nouvelle cuisson sur un aliment liquide, et il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment solide. »

C’est pourquoi, nous avons également appris qu’il est permis de prendre pendant Chabbat un aliment cuit avant Chabbat et le mettre dans un autre plat bouillant.
Par exemple : Il est permis de prendre pendant Chabbat un œuf dur (donc cuit) et le mettre à l’intérieur d’un ustensile rempli d’eau bouillante. De même, il est permis de prendre un morceau de viande cuite, et le placer dans une marmite chaude qui se trouve sur la plaque, car « Il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment déjà cuit. »

Jusqu’ici, nous avons traité d’un aliment solide déjà cuit, ce qui signifie « cuit avec de l’eau dans une marmite ou une casserole » avant Chabbat.
Qu’en est-il d’un aliment solide qui a été cuit mais au four avant Chabbat?
Est-ce que le fait de le réchauffer pendant Chabbat constitue un interdit à titre de « nouvelle cuisson », ou bien le principe selon lequel « il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment (solide) déjà cuit » inclut aussi un aliment cuit au préalable par enfournement?
Par exemple: Une quiche que l’on a cuit au four vendredi avant Chabbat, est-il permis de la réchauffer pendant Chabbat, ou non?

Cette question ne touche pas seulement un aliment cuit au four avant Chabbat, mais aussi un aliment qui a été « grillé » avant Chabbat, comme de la viande grillée (de même, toute chose que l’on a « torréfiée » avant Chabbat, comme des « pépites » par exemple, ou du café). Dit-on au sujet de ces types d’aliments « qu’il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment déjà cuit », ou bien ces types d’aliments ne sont pas inclus dans ce principe et le fait de les réchauffer pendant Chabbat constitue un interdit à titre de cuire?

En réalité, ce sujet fait l’objet d’une divergence d’opinion parmi nos maitres les décisionnaires médiévaux.
Selon Rabbénou Eli’ezer de Metz dans Séfer Ha-Yéréim ‘(chap.102), même s’il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment déjà cuit, il y a malgré tout, nouvelle cuisson sur un aliment grillé, ainsi que sur un aliment cuit au four.
Il cite une preuve à ses propos, et il ajoute que de ce fait, il faut avoir la vigilance de ne pas mettre du pain dans un plat chaud, et si on l’a fait, on a transgressé Chabbat.

Mais le RAVEYA réfute les propos de Rabbi Eli’ezer de Metz sur ce point, et il cite lui aussi une puissante preuve qui objecte sur les propos de Rabbi Eli’ezer de Metz.
MARAN écrit dans le Beit Yossef (chap.318) que l’objection du RAVEYA sur les propos de Rabbi Eli’ezer de Metz est une forte objection.

Dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.318-5), MARAN tranche dans ces termes:
« Selon un avis, une chose cuite au four ou grillée, si elle est ensuite (pendant Chabbat) de nouveau cuite, cela représente un interdit à titre de cuire. D’autres avis autorisent. » Fin de citation de MARAN.
Le RAMA ajoute sur cela:
« On a l’usage d’être vigilant et de ne pas mettre du pain dans un plat chaud. »

Dans la pratique, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l tranche en ces termes (Chou’t Yabiya’ Omer vol.8 chap.35 ; ‘Hazon Ovadia-Chabbat vol.4 page 306):
« Une chose qui a été cuite au four ou grillée, il est permis selon le Din de la mettre même dans un plat véritablement bouillant, car il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment déjà cuit au four ou grillé. La personne qui s’imposera la rigueur sur ce point est digne de la Bénédiction. Nos frères Achkénazim ont l’usage de s’imposer la rigueur sur tout cela, conformément à l’opinion du RAMA. »

Le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l ajoute (Choul’han Chélomo vol.2 page 320) qu’un « Kugel » de pâtes – pour lequel on cuit généralement les pâtes avant de cuire le Kugel dans le four – a le statut d’une chose cuite (et non enfournée), et de ce fait, il est permis – même selon l’usage des Achkénazim – de le mettre dans un plat bouillant pendant Chabbat.
De même, des croutons de soupe – que l’on frit dans de l’huile avant Chabbat – ont le statut d’une chose « cuite » et non enfournée, et il est donc permis (même pour les Achkénazim) de les mettre dans la soupe pendant Chabbat.

En conclusion: Selon l’usage des Séfaradim, il est permis selon le strict Din d’introduire pendant Chabbat un aliment cuit au four avant Chabbat, à l’intérieur d’un plat bouillant. Mais les Achkénazim ont l’usage de s’imposer la rigueur sur cela.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Une personne malade du Corona par négligence, doit –elle réciter le Gomel à sa guérison ?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la personne qui tombe malade et qui est alitée, comme la grippe ou le Corona, doit réciter le Gomel une fois guérie, et que cela doit être fait en présence de 10 hommes. M......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. il ......

Lire la Halacha

Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel? Réponse: Dans la précéde......

Lire la Halacha


Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Bérah’a du Gomel

Nos sages ont instauré que toute personne qui vie un événement dangereux se doit de remercier Hachem en récitant une Bérah’a devant 10 personnes comme nous allons l’expliqué. Dans la Guémara, traité de Bérah’ott page......

Lire la Halacha

Tou Bé-Av – le 15 Av

Aujourd’hui, nous célébrerons « Tou Bé-Av ». On enseigne dans une Michna de Ta’anit (26b): Rabban Chim’on Ben Gamliel dit: « Il n’y a pas de plus belles fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom KIPPOUR. Ces jours-là, le......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av

Un malade sans danger Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av, car la sévérité du jeûne du 9 Av est moins importante que celle de Yom Kippour sur ce point. D......

Lire la Halacha