Halacha pour dimanche 15 Elul 5779 15 septembre 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Nouvelle cuisson pendant Chabbat d’un aliment cuit au four avant Chabbat (« Bichoul A’har Afiya »)

Nous avons expliqué il y a environ 3 semaines qu’il est permis de chauffer pendant Chabbat sur la plaque électrique (Plata), un aliment qui a été cuit avant Chabbat, à la condition que l’aliment soit un solide, comme un Borekas, une quiche ou autre.
Mais un aliment liquide, comme une soupe de légumes, on ne doit pas le chauffer pendant Chabbat.
La raison à cette règle réside dans le principe:
« Il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment déjà cuit ».
Cela signifie que lorsqu’une chose a déjà été cuite avant Chabbat, il n’y a pas d’interdiction à la chauffer de nouveau pendant Chabbat, car ce geste n’est pas une « cuisson » mais un « réchauffement ».
Mais lorsqu’il s’agit d’une chose liquide, même si elle a été cuite avant Chabbat, le fait de la réchauffer pendant Chabbat constitue une nouvelle cuisson.
En résumé: « Il y a nouvelle cuisson sur un aliment liquide, et il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment solide. »

C’est pourquoi, nous avons également appris qu’il est permis de prendre pendant Chabbat un aliment cuit avant Chabbat et le mettre dans un autre plat bouillant.
Par exemple : Il est permis de prendre pendant Chabbat un œuf dur (donc cuit) et le mettre à l’intérieur d’un ustensile rempli d’eau bouillante. De même, il est permis de prendre un morceau de viande cuite, et le placer dans une marmite chaude qui se trouve sur la plaque, car « Il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment déjà cuit. »

Jusqu’ici, nous avons traité d’un aliment solide déjà cuit, ce qui signifie « cuit avec de l’eau dans une marmite ou une casserole » avant Chabbat.
Qu’en est-il d’un aliment solide qui a été cuit mais au four avant Chabbat?
Est-ce que le fait de le réchauffer pendant Chabbat constitue un interdit à titre de « nouvelle cuisson », ou bien le principe selon lequel « il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment (solide) déjà cuit » inclut aussi un aliment cuit au préalable par enfournement?
Par exemple: Une quiche que l’on a cuit au four vendredi avant Chabbat, est-il permis de la réchauffer pendant Chabbat, ou non?

Cette question ne touche pas seulement un aliment cuit au four avant Chabbat, mais aussi un aliment qui a été « grillé » avant Chabbat, comme de la viande grillée (de même, toute chose que l’on a « torréfiée » avant Chabbat, comme des « pépites » par exemple, ou du café). Dit-on au sujet de ces types d’aliments « qu’il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment déjà cuit », ou bien ces types d’aliments ne sont pas inclus dans ce principe et le fait de les réchauffer pendant Chabbat constitue un interdit à titre de cuire?

En réalité, ce sujet fait l’objet d’une divergence d’opinion parmi nos maitres les décisionnaires médiévaux.
Selon Rabbénou Eli’ezer de Metz dans Séfer Ha-Yéréim ‘(chap.102), même s’il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment déjà cuit, il y a malgré tout, nouvelle cuisson sur un aliment grillé, ainsi que sur un aliment cuit au four.
Il cite une preuve à ses propos, et il ajoute que de ce fait, il faut avoir la vigilance de ne pas mettre du pain dans un plat chaud, et si on l’a fait, on a transgressé Chabbat.

Mais le RAVEYA réfute les propos de Rabbi Eli’ezer de Metz sur ce point, et il cite lui aussi une puissante preuve qui objecte sur les propos de Rabbi Eli’ezer de Metz.
MARAN écrit dans le Beit Yossef (chap.318) que l’objection du RAVEYA sur les propos de Rabbi Eli’ezer de Metz est une forte objection.

Dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.318-5), MARAN tranche dans ces termes:
« Selon un avis, une chose cuite au four ou grillée, si elle est ensuite (pendant Chabbat) de nouveau cuite, cela représente un interdit à titre de cuire. D’autres avis autorisent. » Fin de citation de MARAN.
Le RAMA ajoute sur cela:
« On a l’usage d’être vigilant et de ne pas mettre du pain dans un plat chaud. »

Dans la pratique, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l tranche en ces termes (Chou’t Yabiya’ Omer vol.8 chap.35 ; ‘Hazon Ovadia-Chabbat vol.4 page 306):
« Une chose qui a été cuite au four ou grillée, il est permis selon le Din de la mettre même dans un plat véritablement bouillant, car il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment déjà cuit au four ou grillé. La personne qui s’imposera la rigueur sur ce point est digne de la Bénédiction. Nos frères Achkénazim ont l’usage de s’imposer la rigueur sur tout cela, conformément à l’opinion du RAMA. »

Le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l ajoute (Choul’han Chélomo vol.2 page 320) qu’un « Kugel » de pâtes – pour lequel on cuit généralement les pâtes avant de cuire le Kugel dans le four – a le statut d’une chose cuite (et non enfournée), et de ce fait, il est permis – même selon l’usage des Achkénazim – de le mettre dans un plat bouillant pendant Chabbat.
De même, des croutons de soupe – que l’on frit dans de l’huile avant Chabbat – ont le statut d’une chose « cuite » et non enfournée, et il est donc permis (même pour les Achkénazim) de les mettre dans la soupe pendant Chabbat.

En conclusion: Selon l’usage des Séfaradim, il est permis selon le strict Din d’introduire pendant Chabbat un aliment cuit au four avant Chabbat, à l’intérieur d’un plat bouillant. Mais les Achkénazim ont l’usage de s’imposer la rigueur sur cela.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

באמצע "שמונה עשרה" הופעלה אזעקה, מה יעשה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha

Lorsque le père renonce à son respect et à sa crainte

Les sujets que nous allons traiter aujourd’hui sont des plus fondamentaux dans les règles relatives au devoir du respect des parents.  Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué plusieurs principes relatifs au respect du père et de la mè......

Lire la Halacha


Les boissons alcoolisées (Cognac ; Brandy ; Champagne) – Les juifs naufragés

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué la règle selon laquelle nos maîtres ont décrété une sévère interdiction sur le vin des non-juifs, qui inclus non seulement un interdit de le consommer, mais aussi un interdit d&......

Lire la Halacha

Introduction aux lois de respect des parents – La relation de notre maitre le Rav z.ts.l avec sa mère z’’l

Il y a plusieurs années, nous avions traité des lois de respect des parents, mais puisque nombreux de nos lecteurs nous demandent souvent de clarifier plusieurs points concernant ces règles, nous avons décidé de consacrer les jours à venir à apporter ......

Lire la Halacha

Le statut d’un juif qui profane Chabbat, vis-à-vis du vin

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué le principe de l’interdiction de « Stam Yénam » (un simple vin des non-juifs), sur lequel nos maîtres ont décrété une interdiction à la consommation et au profit. De m&e......

Lire la Halacha

Le vin « Mévouchal » vis-à-vis de celui qui profane Chabbat

Nous avons expliqué dernièrement qu’une personne qui profane Chabbat en public, interdit le vin par le touché, comme un non-juif. Ceci, malgré le fait qu’il est juif et qu’il préserve sa sainteté de juif, comme nous l’avons expliqu&ea......

Lire la Halacha