Halacha pour dimanche 15 Elul 5779 15 septembre 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Nouvelle cuisson pendant Chabbat d’un aliment cuit au four avant Chabbat (« Bichoul A’har Afiya »)

Nous avons expliqué il y a environ 3 semaines qu’il est permis de chauffer pendant Chabbat sur la plaque électrique (Plata), un aliment qui a été cuit avant Chabbat, à la condition que l’aliment soit un solide, comme un Borekas, une quiche ou autre.
Mais un aliment liquide, comme une soupe de légumes, on ne doit pas le chauffer pendant Chabbat.
La raison à cette règle réside dans le principe:
« Il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment déjà cuit ».
Cela signifie que lorsqu’une chose a déjà été cuite avant Chabbat, il n’y a pas d’interdiction à la chauffer de nouveau pendant Chabbat, car ce geste n’est pas une « cuisson » mais un « réchauffement ».
Mais lorsqu’il s’agit d’une chose liquide, même si elle a été cuite avant Chabbat, le fait de la réchauffer pendant Chabbat constitue une nouvelle cuisson.
En résumé: « Il y a nouvelle cuisson sur un aliment liquide, et il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment solide. »

C’est pourquoi, nous avons également appris qu’il est permis de prendre pendant Chabbat un aliment cuit avant Chabbat et le mettre dans un autre plat bouillant.
Par exemple : Il est permis de prendre pendant Chabbat un œuf dur (donc cuit) et le mettre à l’intérieur d’un ustensile rempli d’eau bouillante. De même, il est permis de prendre un morceau de viande cuite, et le placer dans une marmite chaude qui se trouve sur la plaque, car « Il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment déjà cuit. »

Jusqu’ici, nous avons traité d’un aliment solide déjà cuit, ce qui signifie « cuit avec de l’eau dans une marmite ou une casserole » avant Chabbat.
Qu’en est-il d’un aliment solide qui a été cuit mais au four avant Chabbat?
Est-ce que le fait de le réchauffer pendant Chabbat constitue un interdit à titre de « nouvelle cuisson », ou bien le principe selon lequel « il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment (solide) déjà cuit » inclut aussi un aliment cuit au préalable par enfournement?
Par exemple: Une quiche que l’on a cuit au four vendredi avant Chabbat, est-il permis de la réchauffer pendant Chabbat, ou non?

Cette question ne touche pas seulement un aliment cuit au four avant Chabbat, mais aussi un aliment qui a été « grillé » avant Chabbat, comme de la viande grillée (de même, toute chose que l’on a « torréfiée » avant Chabbat, comme des « pépites » par exemple, ou du café). Dit-on au sujet de ces types d’aliments « qu’il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment déjà cuit », ou bien ces types d’aliments ne sont pas inclus dans ce principe et le fait de les réchauffer pendant Chabbat constitue un interdit à titre de cuire?

En réalité, ce sujet fait l’objet d’une divergence d’opinion parmi nos maitres les décisionnaires médiévaux.
Selon Rabbénou Eli’ezer de Metz dans Séfer Ha-Yéréim ‘(chap.102), même s’il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment déjà cuit, il y a malgré tout, nouvelle cuisson sur un aliment grillé, ainsi que sur un aliment cuit au four.
Il cite une preuve à ses propos, et il ajoute que de ce fait, il faut avoir la vigilance de ne pas mettre du pain dans un plat chaud, et si on l’a fait, on a transgressé Chabbat.

Mais le RAVEYA réfute les propos de Rabbi Eli’ezer de Metz sur ce point, et il cite lui aussi une puissante preuve qui objecte sur les propos de Rabbi Eli’ezer de Metz.
MARAN écrit dans le Beit Yossef (chap.318) que l’objection du RAVEYA sur les propos de Rabbi Eli’ezer de Metz est une forte objection.

Dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.318-5), MARAN tranche dans ces termes:
« Selon un avis, une chose cuite au four ou grillée, si elle est ensuite (pendant Chabbat) de nouveau cuite, cela représente un interdit à titre de cuire. D’autres avis autorisent. » Fin de citation de MARAN.
Le RAMA ajoute sur cela:
« On a l’usage d’être vigilant et de ne pas mettre du pain dans un plat chaud. »

Dans la pratique, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l tranche en ces termes (Chou’t Yabiya’ Omer vol.8 chap.35 ; ‘Hazon Ovadia-Chabbat vol.4 page 306):
« Une chose qui a été cuite au four ou grillée, il est permis selon le Din de la mettre même dans un plat véritablement bouillant, car il n’y a pas de nouvelle cuisson sur un aliment déjà cuit au four ou grillé. La personne qui s’imposera la rigueur sur ce point est digne de la Bénédiction. Nos frères Achkénazim ont l’usage de s’imposer la rigueur sur tout cela, conformément à l’opinion du RAMA. »

Le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l ajoute (Choul’han Chélomo vol.2 page 320) qu’un « Kugel » de pâtes – pour lequel on cuit généralement les pâtes avant de cuire le Kugel dans le four – a le statut d’une chose cuite (et non enfournée), et de ce fait, il est permis – même selon l’usage des Achkénazim – de le mettre dans un plat bouillant pendant Chabbat.
De même, des croutons de soupe – que l’on frit dans de l’huile avant Chabbat – ont le statut d’une chose « cuite » et non enfournée, et il est donc permis (même pour les Achkénazim) de les mettre dans la soupe pendant Chabbat.

En conclusion: Selon l’usage des Séfaradim, il est permis selon le strict Din d’introduire pendant Chabbat un aliment cuit au four avant Chabbat, à l’intérieur d’un plat bouillant. Mais les Achkénazim ont l’usage de s’imposer la rigueur sur cela.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

דין סלייסר בשבת
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

La bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement

Question: Quand doit-on réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement? Doit-on la réciter lors de l’achat, ou bien au moment où l’on porte véritablement le vêtement? De plus, doit-on r&eacu......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année? Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de &......

Lire la Halacha

Réciter la Bérah’a de Chéhéh’éyanou sur des fruits greffés

Question: Faut-il réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou lorsque l’on consomme pour la première fois dans l’année des agrumes comme un pamplemousse ou une orange? Réponse: Nous devons tout d’abord introduire l......

Lire la Halacha

Réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur des fruits de la même espèce

Dans la Halacha précédente, nous avons mentionné qu’il faut réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou avant de consommer un fruit pour la première fois de l’année, et ce, même s’il s’agit d......

Lire la Halacha


Programmer un réveil la veille de Chabbat pour qu’il sonne pendant Chabbat

Question: Est-il permis de programmer un réveil depuis la veille de Chabbat, afin qu’il sonne pendant Chabbat? Réponse: La programmation d’un réveil pour qu’il sonne pendant Chabbat est apparemment interdite puisque nous avons déjà fait mention......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou »

Il est enseigné dans la Guémara ‘Erouvinn (40b) que l’on récite la bénédiction de « Chéhé’héyanou » à la vue d’un fruit nouveau qui se renouvelle d’année en année. On récite ......

Lire la Halacha

Mesurer ou peser pendant Chabbat et Yom Tov

Question: Pendant Yom Tov où il est permis de cuisiner, m’est-il permis de peser au moyen d’une balance mécanique (non-électrique) le poids des ingrédients nécessaires à ma cuisson? Réponse: Nos maitres ont décrété ......

Lire la Halacha

Mesurer ou peser pour les nécessités d’une Mitsva pendant Chabbat ou Yom Tov

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que nos maitres ont interdit de réaliser une « mesure » pendant Chabbat et Yom Tov. Par exemple, il est interdit de peser pendant Chabbat des aliments ou liquides divers au moyen d’une balance, même s......

Lire la Halacha