Halacha pour vendredi 13 Elul 5779 13 septembre 2019

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Questions/Réponses Halacha Yomit - Sautiller lors de « Hachem, Hachem » - Un assistant-officiant qui est célibataire – Un officiant séparé de son épouse – Une personne qui a porté plainte auprès d’un tribunal civil

Recueil de réponses données ces derniers temps

Question: Doit-on sautiller lorsqu’on prononce les mots « Hachem, Hachem, E-l Ra’houm Vé’hanoun … » (après « Vaya’avor ») dans les Séli’hott (ainsi que toute l’année, dans les Tah’anounim), comme on le fait lorsqu’on dit « Kadoch, Kadoch, Kadoch »?

Réponse: Lorsqu’on dit « Hachem, Hachem », il faut marquer un léger temps d’arrêt entre les 2 « Hachem », c'est-à-dire, « Hachem – Hachem » et non de manière consécutive et enchaînée. Notre maitre le ‘HYDA écrit (Chiyouré Béra’ha chap.131) qu’il ne faut pas sautiller lorsqu’on mentionne le Nom d’Hachem comme on le fait dans la Kédoucha lorsqu’on dit « Kadoch, Kadoch, Kadoch », il faut le dire en restant dressé de manière normale. C’est ainsi que tranche notre maitre le Rav z.ts.l dans ‘Hazon Ovadia-Yamim Noraïm (page 32).
Cependant, les décisionnaires écrivent qu’il est bon de se courber légèrement lorsqu’on mentionne le Nom d’Hachem à cet endroit (nous avons remarqué que notre maitre le Rav z.ts.l se courbait légèrement également lorsqu’il disait « Vay’avor »).

 

Question: Y a-t-il un problème dans le fait que l’assistant de l’officiant pendant les Yamim Noraïm soit célibataire ? Quel est le Din pour un officiant séparé de son épouse?

Réponse: En effet, Lé’haté’hila (à priori), l’officiant doit être marié, comme l’écrit le RAMA (chap.581). Cependant, concernant l’assistant (le « Some’h ») qui aide l’officiant, le Nahar Mitsraïm écrit qu’à Jérusalem on avait l’usage d’autoriser un célibataire à remplir cette fonction, à la condition que cet assistant soit digne de cela.
Tel était l’usage de notre maitre le Rav z.ts.l qui – durant plusieurs années – fut assisté pendant les offices des Yamim Noraïm par le Gaon Rabbi Golan ALOUF Chlita, qui était célibataire à cette époque.
Concernant la 2ème question, un homme séparé de son épouse parce qu’il a voyagé à l’étranger pour remplir les fonctions d’officiant lors des Yamim Noraïm, ceci ne pose aucun problème, et l’on peut le nommer à cette fonction même en l’absence de son épouse à ses côtés.
Par contre, un homme séparé de son épouse en raison d’une dispute ou autre, le Kaf Ha-‘Haïm écrit (note 46) qu’’il est juste de ne pas le nommer dans de telles conditions.
Cependant, il y a dans ce cas plusieurs situations différentes, et il faut consulter une autorité rabbinique pour chaque cas.

 

Question: Si un homme s’est tourné vers les tribunaux civils des non-juifs afin de poursuivre son voisin juif en justice, est-il digne d’être officiant?

Réponse: Le MAHARA SASSON (qui faisait partie des Guéonim de Turquie, proche de l’époque de MARAN le Beit Yossef) écrit dans son livre Torat Emet (chap.158) que si quelqu’un poursuit son prochain juif au tribunal civil des non-juifs, et ne veut pas faire juger son litige par la Loi de la Torah, s’il veut être officiant pour Roch Ha-Chana et Yom Kippour, il est évident qu’il n’en est pas digne. Il mérite un grand châtiment pour avoir préféré abandonner la source de l’eau vive au bénéfice de puits asséchés.
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l ajoute (‘Hazon Ovadia-Yamim Noraïm page 39 ; Chou’t Yé’havé Da’at vol.4 chap.65) qu’il ne fait aucun doute que la règle est la même au sujet des tribunaux civils israéliens, car leur statut est encore pire que celui de juges non-juifs qui ne sont pas soumis à la Loi de la Torah.
Nous avons constaté par nous même dernièrement, lorsqu’un juge arabe israélien a statué en faveur d’un public observant la Torah (concernant la séparation hommes/femmes lors d’évènements), alors que les juges juifs avaient condamné et statué l’interdiction de mettre en pratique les commandements de la Torah.
Ils ont ainsi montré leur vrai visage, et ont fait preuve d’effronterie envers les fondements de notre sainte Torah. Celui qui désire se préserver, doit s’éloigner de ces gens là.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha


L’obligation de manger dans la Souccah – Le Corona

Un repas régulier Pendant les jours de la fêtes de Souccot – aussi bien la journée que la nuit – il est interdit de consommer un « repas régulier » (Se’oudat Kéva’) en dehors de la Souccah. La mesure d’un « repas r&e......

Lire la Halacha

Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha

Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha