Halacha pour vendredi 6 Elul 5779 6 septembre 2019

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen

 

Questions/Réponses Halacha Yomit - « ‘Assé Lém’ann Israël Ha’Aniim » - Dire les Séli’hott avant ‘Hatsot – Un officiant qui se rase à la lame

Recueil de réponses données ces derniers temps

Question: Quelle est la différence entre « ‘Assé Léma’ann Israël Ha’Aniim » et « ‘Assé Léma’ann Israël HaDalim » (les deux expressions signifient « Agis pour les pauvres du peuple d’Israël »)?

Réponse: Dans les Séli’hott, nous disons « ‘Assé Léma’ann Israël Ha’Aniim », et ensuite « ‘Assé Léma’ann Israël HaDalim ». Le Gaon Ya’abets écrit (dans Chéilatt Ya’abets chap.85) que le « ‘Ani » est une personne qui n’a pas d’argent, alors que le « Dal » est une personne dont la pauvreté est telle qu’il en est tombé malade, du fait de sa grande précarité et de son dénuement.
C’est pourquoi, nous disons d’abord « ‘Assé Léma’ann Israël Ha’Aniim », et ensuite « ‘Assé Léma’ann Israël HaDalim ».
Le Gaon de Vilna explique dans le sens inverse, que le « ‘Ani » est celui qui vit dans le dénuement total, alors que le « Dal » désigne quelqu’un qui était riche et qui a tout  perdu, même s’il n’est pas totalement pauvre.
Notre maitre le Rav z.ts.l (dans son livre ‘Hazon Ovadia-Yamim Noraïm page 18) conclut : « Quoi qu’il en soit, nous demandons aussi bien pour les « ‘Aniim », aussi bien pour les « Dalim », car leur souffrance est « ressenti » (si l’on peut s’exprimer ainsi) par Hachem.

 

Question: Dans notre synagogue, nous nous heurtons à une grande difficulté à commencer les Séli’hott après l’heure de « ‘Hatsot ». Y a-t-il une possibilité de commencer 10 minutes avant ‘Hatsot?

Réponse: L’essentiel des Séli’hott est contenu dans les passages de « Chévett Yéhouda », ainsi que dans les 13 attributs de la Miséricorde Divine (« Vaya’avor … Hachem, Hachem E-l Ra’houm etc … ») et d’autres versets de prière.
Mais « Achré Yochevé Bété’ha » ainsi que le début des Séli’hott et le « Viddouï » (« Achamnou, Bagadnou … ») n’entrent pas dans le cadre véritable des Séli’hott qu’il ne faut pas dire avant ‘Hatsot.
C’est pourquoi, en cas de nécessité, il semble que l’assemblée peut commencer les Séli’hott (« Achré Yochevé Bété’ha »), et lorsqu’on arrivera au passage de « Chévett Yéhouda », on sautera jusqu’à « Ribono Chel ‘Olam », et lorsqu’arrivera l’heure de ‘Hatsot, on reviendra en arrière au passage de Chévett Yéhouda » et on dira les passages que l’on a sauté.
Une situation pratique similaire se présenta au Rav d’une communauté (le Gaon Rabbi Chim’on MOURSIA Chlita, petit-fils du Gaon Rabbi ‘Hizkiya CHABBETAÏ z.ts.l) qui désira instaurer cela, et notre maitre le Rav z.ts.l – après réflexion – lui répondit qu’il pouvait le faire.

 

Question: Dans notre synagogue, un officiant qui possède une très belle voix a été nommé à ce poste, mais il se rase à la lame. Que faire?

Réponse: Il est écrit dans le « Séder Rav ‘Amram Gaon » (vol.2 chap.55):
« On a consulté les membres de la Yéchiva : Un officiant sur lequel de mauvaises rumeurs se répandent, est-il permis de le destituer et de nommer un autre officiant à sa place ? Ils ont répondu : Est-ce une question ?? Il est certain que telle est la règle, qu’il faut le destituer et nommer quelqu’un d’autre à sa place, car il est l’intermédiaire entre l’assemblée et leur Père qui est au Ciel, et il doit être un Tsaddik, droit et honnête, au-delàs de tout soupçon. Si ce n’est pas le cas, le verset dit de lui : « Elle a donné de sa voix contre moi, c’est pourquoi je l’ai prise en haine ».
Tout ceci pour un officiant tout au long de l’année, mais pour un officiant pendant les Yamim Noraïm (Eloul, Roch Ha-Chana et Yom Kippour), la règle est encore plus sévère, car il est nécessaire de multiplier les demandes de pardon et les supplications auprès d’Hachem.
Notre maitre le Rav z.ts.l cite tout cela en tant qu’Halacha, et il écrit que si l’officiant se rase à la lame, à fortiori s’il transgresse le Chabbat, il est inapte à occuper le poste de ‘Hazzan (officiant). (‘Hazon Ovadia-Yamim Noraïm page 36).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Une personne malade du Corona par négligence, doit –elle réciter le Gomel à sa guérison ?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la personne qui tombe malade et qui est alitée, comme la grippe ou le Corona, doit réciter le Gomel une fois guérie, et que cela doit être fait en présence de 10 hommes. M......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. il ......

Lire la Halacha

Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel? Réponse: Dans la précéde......

Lire la Halacha


Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Bérah’a du Gomel

Nos sages ont instauré que toute personne qui vie un événement dangereux se doit de remercier Hachem en récitant une Bérah’a devant 10 personnes comme nous allons l’expliqué. Dans la Guémara, traité de Bérah’ott page......

Lire la Halacha

Tou Bé-Av – le 15 Av

Aujourd’hui, nous célébrerons « Tou Bé-Av ». On enseigne dans une Michna de Ta’anit (26b): Rabban Chim’on Ben Gamliel dit: « Il n’y a pas de plus belles fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom KIPPOUR. Ces jours-là, le......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av

Un malade sans danger Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av, car la sévérité du jeûne du 9 Av est moins importante que celle de Yom Kippour sur ce point. D......

Lire la Halacha