Halacha pour mardi 26 Av 5779 27 août 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Quelques précisions sur la bénédiction de « ‘Al Hami’hya »

Question: Dans la bénédiction finale de « ‘Al Hami’hya », lorsqu’on conclut la fin de la bénédiction, doit-on dire « Barou’h Ata A.D.O.N.A.Ï ‘Al Haarets Vé’al Hami’hya Vé’al Hakalkala » ou seulement « ‘Al Haarets Vé’al Hami’hya »?
Dans quels cas doit-on dire « ‘Al Mi’hyata »?

Réponse: Lorsqu’on a consommé des « Mézonott », comme des pâtisseries ou des gâteaux, ou bien des pâtes ou autre, et que l’on en a consommé une quantité d’au moins un Kazaït (27 g), on récite la bénédiction finale de « ‘Al Hami’hya ».

Nos maitres les décisionnaires débattent afin de définir comment conclure le texte de la bénédiction, si l’on doit dire « Barou’h Ata A.D.O.N.A.Ï ‘Al Haarets Vé’al Hami’hya Vé’al Hakalkala » ou seulement « ‘Al Haarets Vé’al Hami’hya »?

MARAN cite dans le Beit Yossef (chap.208) les propos du SAMAG, selon lesquels il faut conclure en disant « ‘Al Haarets Vé’al Hami’hya », et il précise que tels sont les termes de Rabbénou Moché (le RAMBAM). Le Ba’al Halachott Guédolott écrit également ainsi, qu’il faut conclure par « ‘Al Haarets Vé’al Hami’hya », et non « ‘Al Haarets Vé’al Hami’hya Vé’al Hakalkala ».

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l (dans Chou’t Yabiya’ Omer vol.8 chap.11, et dans Halichott ‘Olam vol.2 page 121) cite les propos des décisionnaires sur ce point, et prouve qu’il n’est pas juste de conclure par « ‘Al Haarets Vé’al Hami’hya Vé’al Hakalkala . il cite que telle est l’opinion du Gaon Rabbi Zalman l’auteur du Tanya dans son Siddour, car c’est la version originale de la bénédiction telle qu’elle est citée dans la Guémara ainsi que par la majorité des décisionnaires médiévaux, Séfaradim et Achkénazim.
C’est ainsi que tranche également le Gaon Rabbi Moché FEINCHTEIN z.ts.l (Chou’t Iguérott Moché sect.Y.D vol.3 chap.179-4), ainsi que d’autres décisionnaires.

Concernant la deuxième question, dans quels cas doit-on dire « ‘Al Haarets Vé’al Mi’hyata », lorsqu’on consomme des Mézonott dont la farine a poussé en Israël, il faut dire dans ce cas « ‘Al Haarets Vé’al Mi’hyata » (sur la terre et sur sa subsistance).
Mais de notre époque, il n’existe quasiment pas de farine de production israélienne, car la plupart des farines proviennent de l’étranger.
C’est pourquoi, on ne doit pas conclure par les termes « ‘Al Haarets Vé’al Mi’hyata », mais seulement par « ‘Al Haarets Vé’al Hami’hya », excepté quelques cas où l’on consomme un aliment dont la farine provient d’Israël de manière certaine, comme de la Matsa Chémoura (en dehors de Péssa’h) de production israélienne, car il est certain que cette farine est fabriquée en Israël, puisqu’il faut particulièrement surveiller le blé depuis la moisson afin qu’il n’entre pas en contact avec de l’eau, et cela se fait en Israël.

En conclusion: On doit conclure par « ‘Al Haarets Vé’al Hami’hya », et on ne doit dire « ‘Al Haarets Vé’al Mi’hyata » que dans le cas où il s’agit de façon certaine d’une farine fabriquée en Israël.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

דין חולה בצום י"ז בתמוז
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha

L’interdiction de la viande et du lait

Il est dit à 3 reprises dans notre sainte Torah: « Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère. » (Chémot chap.23 et 34. Dévarim 14).  Nos maîtres commentent dans la Guémara H‘oulin (114a): Une fois pour nous indiq......

Lire la Halacha


La bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement

Question: Quand doit-on réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement? Doit-on la réciter lors de l’achat, ou bien au moment où l’on porte véritablement le vêtement? De plus, doit-on r&eacu......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année? Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de &......

Lire la Halacha

Réciter la Bérah’a de Chéhéh’éyanou sur des fruits greffés

Question: Faut-il réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou lorsque l’on consomme pour la première fois dans l’année des agrumes comme un pamplemousse ou une orange? Réponse: Nous devons tout d’abord introduire l......

Lire la Halacha

Réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur des fruits de la même espèce

Dans la Halacha précédente, nous avons mentionné qu’il faut réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou avant de consommer un fruit pour la première fois de l’année, et ce, même s’il s’agit d......

Lire la Halacha