Halacha pour lundi 25 Av 5779 26 août 2019

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Explication de la bénédiction « Boré Néfachott »

Lorsqu’on a consommé certaines boissons ou certains légumes, on récite la bénédiction finale de « Boré Néfchott ».

Par exemple: Lorsqu’on a consommé des légumes en quantité d’au moins un Kazaït (27 g), on doit réciter ensuite la bénédiction de « Boré Néfachott ».

Bien évidemment, si l’on consomme ces légumes dans le cadre d’un repas de pain, on ne récite aucune bénédiction, ni avant de consommer les légumes, ni après les avoir consommés.
Nous ne parlons que du cas où l’on consomme des légumes en dehors d’un repas de pain.

De même, si l’on a consommé des fruits, qui ne font pas partie de la catégorie des « 7 espèces », par exemple, lorsqu’on a consommé une pèche ou une pomme, après avoir terminé la consommation, il faudra réciter la bénédiction de « Boré Néfachott » (qui est imprimée dans tous les Siddourim, après le Birkat Ha-Mazon).

Voici le texte de la bénédiction de « Boré Néfachott »

Barou’h Ata A.D.O .N.A.Ï Elo-hénou Méle’h Ha-‘Olam, Boré Néfachott Rabbott Vé’hésronann, ‘Al Kol Ma Chébarata Léha’hayott Bahenn Néfech Kol ‘Haï, Barou’h ‘Haï Ha’olamim.

(Tu es béni, Toi Hachem Notre D.ieu Roi de l’univers, qui crée de nombreuses âmes ainsi que leurs manques, pour tout ce que tu as créé afin de faire vivre l’âme de tout être vivant, Béni soit Celui qui est éternel.)

Le Gaon Rabbénou Yossef ‘HAÏM écrit dans son livre Ben Ich ‘Haï une explication de cette bénédiction selon la Kabbala (le sens mystique de la Torah).
En effet, selon les Kabbalistes, les âmes reviennent parfois en « Guilgoul » (réincarnation, des notions que nous ne maitrisons pas totalement) sous forme végétal ou animal.
En récitant la bénédiction de l’aliment, nous « réparons » ces âmes réincarnées dans l’aliment.
C’est pour cela que nous disons « Boré Néfachott Rabbott, Vé’hésronann Al Kol Ma Chébarata » (qui crée de nombreuses âmes, ainsi que leurs manques pour tout ce que tu as créé) [selon cette explication, la virgule est à marquer après le mot « Rabbott »]. Cela signifie que le « manque » dans les actions de ces âmes leur a causé de revenir en réincarnation dans toutes choses que tu as créé.
C’est pour cela que nous devons – par la force de cette bénédiction – « Léha’hayott Bahenn Néfech Kol ‘Haï » (faire vivre l’âme de tout être vivant), c'est-à-dire, « réparer » l’âme de tout être vivant réincarnée dans l’aliment, et de ce fait, « Barou’h ‘Haï Ha’olamim » (Béni soit Celui qui est éternel), qui réalise une chose aussi stupéfiante par notre intermédiaire. Fin de citation des propos du Ben Ich ‘Haï.

Cependant, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l cite l’explication de cette bénédiction selon le sens littéral, et il émet la remarque : « Le sens de la bénédiction ne sort pas de son contexte littéral ».
Voici donc l’explication littérale donnée par les Tossafot (Béra’hott 37a):

« Boré Néfachott Rabbott Vé’hésronann, » (qui crée de nombreuses âmes ainsi que leurs manques,), qui crée des âmes avec leurs manques respectifs [selon cette explication, la virgule est à marquer après le mot « Vé’hésronann »], comme le pain ou l’eau qui sont indispensables à l’homme pour vivre, mais il a créé aussi de nombreuses autres choses, et c’est pourquoi, « ‘Al Kol Ma Chébarata Léha’hayott Bahenn Néfech Kol ‘Haï » (pour tout ce que tu as créé afin de faire vivre l’âme de tout être vivant) – il s’agit là des autres choses non indispensables, sans lesquelles le monde aurait existé même sans être créées par Hachem, et qu’Hachem n’a créées que pour le plaisir de l’homme, comme les différents fruits ou autre. (Ben Ich ‘Haï et Halichott ‘Olam – Mattott).

Heureux celui ou celle qui se concentre lors de ces bénédictions, car tout le déroulement de leur vie prendra un aspect spirituel totalement différent.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les 8 niveaux de la Tsédaka

Le RAMBAM écrit (chap.10 des règles relatives aux dons aux nécessiteux): Il y a 8 niveaux dans la Tsédaka, l’un supérieur à l’autre. C'est-à-dire: 8 façons de donner la Tsédaka, l’une supérieure à l&......

Lire la Halacha

Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim

A la demande de nombreuses personnes, nous continuons à développer le sujet de la Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim (dîme financière), à partir des propos de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ et des décisi......

Lire la Halacha

Déduire du Ma’asser les dépenses liées aux enfants

Question: Les personnes qui ont l’usage de prélever chaque mois le « Ma’asser Késsafim » (la dîme financière), peuvent-elles déduire du Ma’asser, les frais de prise en charge de leurs enfants qui vivent encore avec eux? R&e......

Lire la Halacha

Quelle est la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka?

Concernant la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka, nos maîtres - le RAMBAM, le TOUR et MARAN l’auteur du Choulh'an ‘Arouh’ – écrivent que lorsqu’on possède les moyens suffisants, il faut donner selon les besoins ......

Lire la Halacha


Qui est soumis à l’obligation de donner la Tsédaka

Toute personne du peuple d’Israël est soumise à l’obligation de donner la Tsédaka. Même le nécessiteux qui se nourrit de la Tsédaka, qui n’a pas d’autre moyen de se nourrir, et dont toute la subsistance provient de ce que lui donnent le......

Lire la Halacha

La Mitsva de Tsédaka – Notre maitre le Rav z.ts.l

Notre maitre le TOUR écrit: La Mitsva de Tsédaka incombe chaque membre du peuple d’Israël, en donnant de son argent, selon ses possibilités. Hormis le fait que toute personne qui donne la Tsédaka, accompli une ordonnance positive de la Torah, toute personne......

Lire la Halacha

Le mérite nécessaire pour donner de la Tsédaka – Le rêve extraordinaire

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné la demande du prophète Irméyahou auprès d’Hachem afin que lorsque les Récha’im (impies) désireront donner de la Tsédaka, Hachem les heurte à des gens incorrectes. Cela s......

Lire la Halacha

La Tsédaka envers des personnes incorrectes

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué les principes de la Mitsva de Tsédaka. Une personne qui transgresse une des Mitsvot de la Torah et ne fait pas Téchouva, par exemple un homme qui a conscience de l’interdiction de se raser à la lame......

Lire la Halacha