Halacha pour mercredi 13 Av 5779 14 août 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

La plaque électrique de Chabbat

Nous avons expliqué hier que nos maitres ont interdit de placer la veille de Chabbat un plat qui n’est pas suffisamment cuit sur un fourneau qui contient des braises, par criante d’en arriver à attiser les braises pendant Chabbat pour augmenter la chaleur du feu.

Nous avons mentionné que selon l’opinion de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, il est permis selon le Din de placer la veille de Chabbat un plat qui n’a pas suffisamment cuit, sur des bruleurs à gaz qui existent de notre époque, car ces bruleurs ne possèdent aucune braise.
Même s’il y a matière à s’imposer la rigueur sur ce point - en recouvrant le feu par un élément quelconque, et en recouvrant également les boutons des bruleurs afin de ne pas augmenter ou diminuer le feu pendant Chabbat par inadvertance - malgré tout, selon le strict Din, il est permis de placer un plat sur de tels bruleurs avant Chabbat, puisqu’ils n’ont pas de braises.

Nous pouvons déduire de là que lorsqu’il s’agit d’une plaque chauffante électrique, où aucun feu n’est visible, et qui est recouverte de métal depuis sa fabrication, son statut est donc celui d’un « fourneau dans lequel on a raclé les braises ou dont les braises sont recouvertes de cendres ».
Il est donc permis d’y placer la veille de Chabbat un plat cuisiné, comme la TAFINA, afin qu’il termine sa cuisson pendant Chabbat, et il n’y a aucune obligation de placer une tôle de métal sur la plaque chauffante électrique puisque - de toute façon – le feu de la plaque chauffante est déjà recouvert par le métal. (C’est ainsi que tranche également le Gaon Rabbi Moshé FAINCHTEIN z.ts.l).
D’autres arguments pour permettre ont été rapportés longuement dans les livres des Poskim.
Certains s’imposent malgré tout la rigueur – même sur une plaque chauffante électrique – de placer au préalable une tôle de métal qui fera interruption entre la marmite du plat cuisiné et la plaque chauffante. Cependant, selon le strict DIN, on permet de façon évidente, même sans tôle de métal.

Chez les Séfaradim et originaires du Moyen-Orient, qui suivent les décisions Halachiques de notre maitre le Rav Ovafia YOSSEF z.ts.l, l’usage est répandu d’autoriser la chose, et ils placent la veille de Chabbat sur la plaque électrique chauffante le plat chaud du Chabbat, même s’il n’est pas encore suffisamment cuit à l’entrée de Chabbat, sans mettre de tôle de métal ou autre élément séparateur entre la plaque et le plat.
Cette autorisation est appliquée même par des Talmidé ‘Ha’hamim, justes et pieux.

Il y a malheureusement des gens qui ne connaissent absolument pas les lois de la Torah, mais ils désirent malgré tout observer le Chabbat, et ils se trompent en pensant qu’il est permis de cuire véritablement pendant Chabbat sur la plaque électrique. Ainsi ils font frire ou cuire toute sorte d’aliments, et agissent comme ils le font en semaine, mais ils le font sur la plaque électrique pendant Chabbat.
Il faut donc les mettre en garde sur le fait que cuire véritablement sur la plaque électrique pendant Chabbat représente une véritable profanation du Chabbat, et que toute l’autorisation n’existe que pour le fait de placer des plats AVANT CHABBAT, ou bien de réchauffer des aliments pendant Chabbat  AUX SEULES CONDITIONS QU’ILS SOIENT DEJA CUITS AVANT CHABBAT, ET QU’ILS NE SOIENT PAS LIQUIDES, comme nous l’expliqueront avec l’aide d’Hachem.

Conclusion: Il est permis de placer la veille de Chabbat un plat qui n’a pas suffisamment cuit, sur une plaque chauffante électrique, et cela, même sans tôle de métal.

Tout ceci ne concerne que le fait de placer des plats avant Chabbat.
Par contre, le fait de placer des plats pendant Chabbat entraîne des détails Halah’iques qui seront développés – avec l’aide d’Hachem - dans les prochaines Halachott.

8 Halachot Les plus populaires

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha


L’interdiction de la viande et du lait

Il est dit à 3 reprises dans notre sainte Torah: « Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère. » (Chémot chap.23 et 34. Dévarim 14).  Nos maîtres commentent dans la Guémara H‘oulin (114a): Une fois pour nous indiq......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement

Question: Quand doit-on réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement? Doit-on la réciter lors de l’achat, ou bien au moment où l’on porte véritablement le vêtement? De plus, doit-on r&eacu......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année? Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de &......

Lire la Halacha

Réciter la Bérah’a de Chéhéh’éyanou sur des fruits greffés

Question: Faut-il réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou lorsque l’on consomme pour la première fois dans l’année des agrumes comme un pamplemousse ou une orange? Réponse: Nous devons tout d’abord introduire l......

Lire la Halacha