Halacha pour vendredi 25 Sivan 5779 28 juin 2019

Pour l'élévation de l'âme de 
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Questions/Réponses Halacha Yomit - Un enfant en bas-âge pendant Chabbat – Un soldat âgé de 20 ans – « Le rabbinat enterre ses représentants » (proverbe talmudique)

Recueil de réponses données ces derniers temps

Question: Est-il permis de dire à un enfant en bas-âge d’allumer la lumière pendant Chabbat?

Réponse: Il est dit dans la Torah : « Tu ne feras aucune Méla’ha (activité interdite pendant Chabbat), toi, ton fils et ta fille ». Nos maitres commentent ce verset ainsi dans la Mé’hilta qu’il s’agit ici des fils et des filles en bas-âge.
Cela signifie que la Torah met l’homme en garde afin qu’il ne demande pas à son fils ou à sa fille en bas-âge de réaliser un interdit pendant Chabbat.
Nous apprenons également dans une Michna (Chabbat 121a) que lorsqu’un enfant en bas-âge désire éteindre un feu pendant Chabbat, on ne doit pas le laisser faire, car les parents sont soumis à l’obligation de faire chômer leurs enfants en bas-âge de toute activité interdite pendant Chabbat, exactement comme les adultes.
C’est pour cela que notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l tranche (‘Hazon Ovadia-Chabbat vol.4 page 119) qu’il est interdit de dire à un enfant en bas-âge de traire un animal pendant Chabbat, car au même titre qu’il est interdit à un adulte de traire pendant Chabbat, ainsi il est interdit à un enfant en bas-âge de le faire.

 

Question: Pourquoi selon la Torah, l’âge d’enrôlement dans l’armée est-il fixé à 20 ans?

Réponse: Il est dit dans la Torah (début de Bamidbar) : « Depuis l’âge de 20 ans et au-delàs, toute personne qui rejoint l’armée … »
Le Kéli Yakar écrit que si la Torah ne donne pas la possibilité à un jeune de 18 ans de s’enrôler dans l’armée c’est parce qu’ « Hachem ne désire pas la force de l’homme ». Cela signifie que la réussite à la guerre du point de vue du peuple d’Israël, ne dépend pas uniquement de la fore du combattant, mais essentiellement du mérite du combattant, qu’il ait de nombreux mérites.
Or, puisqu’après 20 ans l’homme est beaucoup plus responsable vis-à-vis de ses actes, il est un peu plus vigilant à ne pas fauter.
Comme il est dit: « Ce n’est ni avec les armes, ni avec la force, mais seulement par mon esprit, parole d’Hachem. »
Certes, même selon notre sainte Torah le peuple d’Israël doit avoir une armée.
Mais il ne faut pas se contenter de la seule force et la seule puissance militaire, il faut s’efforcer essentiellement sur le fait que les combattants soient des gens qui craignent Hachem, et c’est là qu’ils réussiront de manière certaine à la guerre.
C’est pour cela que lorsqu’on fit trébucher les soldats de Tsahal sur plusieurs transgressions de la Torah au sein de l’armée (en 5712 – 1952), notre maitre le Rav z.ts.l dit à cette époque : « Plusieurs de mes élèves – contraints de servir au sein de l’armée - m’ont raconté quelle grande souffrance ils subissent pour accomplir les Mitsvott d’Hachem, pour prier ou pour réciter Birkat Ha-Mazon, ou pour s’écarter de toute nourriture non-Cacher, comme l’enseignent nos maitres (Sanhédrin 97a) : « Celui qui s’écarte du mal, passe pour un fou aux yeux des gens. » Les officiers de l’armée oppressent fortement les soldats pratiquants, fautent et entraînent les autres dans la faute. Pouvons-nous avoir encore un espoir de réussir avec une telle armée qui mènera nos guerres ?? Nous n’avons rien sur quoi nous appuyer si ce n’est notre père qui est aux Cieux !! Qu’il ramène les fauteurs d’Israël dans le droit chemin, en leur montrant des miracles dévoilés, car on sait que tous les miracles dont nos ancêtres ont bénéficié en Egypte, ne sont qu’une préparation aux futurs miracles qui sont appelés à se réaliser, rapidement et de nos jours, Amen. »

 

Question: Selon un dicton talmudique, « Le rabbinat enterre ses représentants ». Pourquoi y a-t-il malgré tout des sages de la Torah nommés à des postes de Rabbanim?

Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Sanhédrin (92a):
Rabbi El’azar dit: Sois toujours caché et vis ! » Cela signifie cache-toi, et ne te divulgue pas en tant que Rav, afin que tu vives.
De même, dans Péssa’him (87b):
Rabbi Yo’hanan dit: Malheur au rabbinat (occuper la fonction de Rav), car il enterre ses représentants.
Nous apprenons de là que la fonction officielle de Rav nuit à ses représentants.
Cependant, sans les Rabbanim, Israël aurait été avalé parmi les nations et la sainte Torah aurait été oubliée d’Israël, ‘Hass Véchalom.
C’est pourquoi, certains ont accepté le rabbinat, même s’ils étaient pieux et justes.
La Guémara rapporte encore (ibid.14a) que Rabbi Zéra se cachait des gens, afin que l’on ne le nomme pas au poste de Rav et décisionnaire, en tant que Dayan (juge rabbinique) au sein du peuple d’Israël. Tout ceci jusqu’au jour où il entendit l’enseignement de Rabbi El’azar : « Personne n’accède au pouvoir, sauf si on lui expie toutes ses fautes. ». En entendant cela, Rabbi Zéra accepta immédiatement d’être ordonné Rav. Lorsqu’on donna l’ordination de décisionnaire à Rabbi Zéra, on entonna devant lui un chant que l’on avait l’usage de chanter pour des mariées spécifiques : « Sans bleu (aux yeux), ni rouge (sur les joues), ni nattes, et elle resplendie de grâce ! »
Cela signifie que l’on faisait l’éloge de la mariée en disant que même sans le moindre maquillage ni le moindre soin du cheveu, elle resplendie de grâce.
Ainsi, Rabbi Zéra, même sans le moindre éloge, même sans faire quoi que ce soit pour divulguer sa grandeur, on distinguait en lui de manière spontanée qu’il était rempli de Torah et de crainte d’Hachem.
Heureuse la génération dans laquelle Rabbi Zéra a vécut.

8 Halachot Les plus populaires

Le devoir de Matanot La-Evyonim

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott »

Le devoir de « Michloa’h Manott » Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la ......

Lire la Halacha

Divré Torah sur Térouma

בס''ד Divré Torah sur Térouma Par le Rav David A. PITOUN    4 Divré Torah La Parasha de Térouma est la première des Parashiyot qui traitent de la construction et de l’architecture du Mishkan (le Temple mobile que les Bén&ea......

Lire la Halacha

Question : Doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo » après la mention du Nom d’Hachem dans le Kiddouch et la Havdala ?

Réponse: Dans la Halah’a précédente, nous avons expliqué la principale raison pour laquelle on répond « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo », puisque tel était l’usage de notre maître le ROCH qui ré......

Lire la Halacha


La règle relative à un œuf, de l’ail ou de l’oignon restés découvert toute une nuit

Les choses interdites par danger Il est enseigné dans la Guémara Nida (17a): Rabbi Chim’on Bar Yoh’aï dit : il y a 5 choses à cause desquelles une personne peut se mettre en danger en les réalisant, et l’une de ces choses est le fait de consommer ......

Lire la Halacha

« Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo»

Question: Quand doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo »? Réponse: Moché Rabbénou dit dans un verset de la Torah: « Lorsque j’invoque le Nom d’Hachem, rendez hommage à notre D. » Le Tar......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’yanou à la vision d’un être cher

Question: Une personne s’absente de chez elle durant 30 jours ou plus. A son retour, cette personne est heureuse de retrouver les membres de sa famille, ainsi que ses amis intimes. Doit-elle réciter la bénédiction de Chehe’heyanou en les revoyant? Réponse: ......

Lire la Halacha

La bénédiction de Mé’hayé Hamétim au bout de 12 mois de séparation avec un être cher

Dans la précédente Hala’ha, nous avons expliqué que lorsque l’on voit un être cher, un ami intime ou un proche parent, que l’on n’a pas vu depuis 30 jours, on doit réciter la bénédiction de Chéhe’heyanou en le voyan......

Lire la Halacha