Halacha pour mardi 15 Sivan 5779 18 juin 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Des pains « ‘Halavi » (pétris avec du lait)

Il est expliqué dans la Guémara Péssa’him (36a) que nos maitres ont interdit de pétrir une pâte avec du lait, car il est à craindre que l’on ne porte pas attention à cela et que l’on en vienne à consommer ce pain avec de la viande, comme c’est fréquemment l’usage.

C’est ainsi que tranchent tous les décisionnaires, ainsi que MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h (Y.D chap.97), qu’il est interdit de pétrir une pâte avec du lait, par crainte que l’on en vienne à la consommer avec de la viande.
Si une telle pâte a été pétrie, il est interdit de la consommer, même lorsqu’elle seule sans accompagnement.

La Guémara rapporte encore (ibid.) que Rabbi Yéhochoua’ demanda à ses enfants de lui préparer de la Matsa pour le 1er Yom Tov de Péssa’h, en veillant à ne rien ajouter dans la pâte, car la Matsa doit être « un pain de misère », mais pour les autres jours de la fête, il leur demanda de lui pétrir des Matsot avec du lait.
La Guémara objecte sur cela puisque l’on a apprit qu’il est interdit de pétrir une pâte avec du lait, et que si cette pâte a été pétrie ainsi, elle est interdite à la consommation.
Mais la Guémara répond que Rabbi Yéhochoua’ leur demanda de lui pétrir une pâte à base de lait pour les autres jours, « comme l’œil du taureau ».
Rachi explique: Rabbi Yéhochoua’ leur demanda une petite quantité de Matsa à base de lait pour les autres jours de la fête, comme un œil de taureau, car avec une telle petite quantité, il n’y a pas à craindre d’incident, puisqu’on la consommera immédiatement après la cuisson, lorsqu’on sait qu’elle faite à base de lait.

Mais nos maitres le RIF et le RAMBAM expliquent les propos de la Guémara différemment, et selon eux, « l’œil du taureau » signifie que Rabbi Yéhochoua’ leur demanda de lui préparer de la Matsa à base de lait mais avec une apparence différente de celle de la Matsa ordinaire, afin que l’on distingue qu’elle à base de lait, et ainsi, il n’y a pas à craindre de la consommer avec de la viande.

Du point de vue de la Halacha, les 2 explications données par nos maitres les décisionnaires médiévaux sont retenues, et même s’il est interdit de pétrir une pâte à base de lait, malgré tout, si on le fait en très petite quantité, ou bien si on donne une apparence inhabituelle à la pâte afin que l’on sache qu’elle est faite à base de lait, la chose est permise sous ces conditions.
C’est ainsi que tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h.

Nous avons donc apprit qu’il est interdit selon la Halacha de cuire en boulangerie des pains à base de lait (Yaourt ou lait), puisqu’il est à craindre que l’on consomme par erreur ces pains avec de la viande.
Si par contre on donne une forme inhabituelle au pain en guise de signe distinctif qui indique que le pain est à base de lait, on peut autoriser.
De même, on peut autoriser un particulier à cuire une petite quantité de pain à base de lait (nous expliquerons plus tard – avec l’aide d’Hachem - à quoi correspond « une petite quantité »).

Notre maitre le ‘HYDA écrit en ces termes (Chiyouré Béra’ha note 2):
« En Erets Israël et en Turquie, il est d’usage de fabriquer des « Borekas » farcis à la viande ou au fromage ou aux légumes, et il faut être vigilant sur ce point. »

Cela signifie que lorsqu’on cuit des Borekas au fromage, il faut veiller à ce que le Borekas ait une forme qui indique qu’il est au fromage, afin que l’on ne fasse pas l’erreur de le consommer avec de la viande.
C’est pourquoi, il est d’usage en Israël de fabriquer les Borekas au fromage sous forme triangulaire exclusivement.
Le Kaf Ha’Haïm écrit (note 16) que pour un Borekas à la viande, il n’est généralement pas nécessaire de lui donner une forme particulière afin que l’on sache qu’il est à base de viande, car la viande se voit de l’extérieur, et on n’en arrivera pas à se tromper.

En conclusion: Dans les boulangeries ou autres, on ne doit pas cuire des pains à base de lait, afin que l’on n’en arrive pas à les consommer par erreur avec de la viande.

8 Halachot Les plus populaires

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha


L’interdiction de la viande et du lait

Il est dit à 3 reprises dans notre sainte Torah: « Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère. » (Chémot chap.23 et 34. Dévarim 14).  Nos maîtres commentent dans la Guémara H‘oulin (114a): Une fois pour nous indiq......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement

Question: Quand doit-on réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement? Doit-on la réciter lors de l’achat, ou bien au moment où l’on porte véritablement le vêtement? De plus, doit-on r&eacu......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année? Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de &......

Lire la Halacha

Réciter la Bérah’a de Chéhéh’éyanou sur des fruits greffés

Question: Faut-il réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou lorsque l’on consomme pour la première fois dans l’année des agrumes comme un pamplemousse ou une orange? Réponse: Nous devons tout d’abord introduire l......

Lire la Halacha