Halacha pour vendredi 11 Sivan 5779 14 juin 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Questions/Réponses Halacha Yomit - Jouer au Loto – Une bague que l’on ne peut pas retirer

Recueil de réponses données ces derniers temps

Question: Est-il vrai que notre maitre le Rav z.ts.l a autorisé à la fin de sa vie à jouer au Loto?

Réponse: Dans Chou’t Yabiya’ Omer (vol.7 sect. ‘H.M chap.8 et vol.10 sect. Y.D chap.58 parag.23), notre maitre le Rav z.ts.l traite du fait de participer au tirage au sort du Loto, et conclut qu’il faut interdire d’y participer, car jouer à ce jeu correspond à l’interdit de « Messa’hek Békoubya » (jouer au dés en misant de l’argent) qui est interdit à titre de vol.
La raison essentielle repose sur le fait que la personne qui donne son argent à la loterie nationale, le donne dans le seul but de gagner le tirage au sort, et ne le donne pas dans un but déterminé de l’offrir à la loterie nationale même dans le cas où elle perdrait (cette règle se nomme dans le langage de la Guémara « Asma’hta La Kanya »).
Par conséquent, l’utilisation de l’argent du jeu est interdite à titre de vol.
Le Gaon Rabbi Yossef ‘HAÏM écrit lui aussi (Chou’t Rav Pé’alim sect. Y.D vol.2 chap.30) qu’il faut interdire la participation à ce tirage au sort.

Cependant, selon certains avis, puisque la loterie nationale (en Israël) utilise une partie de l’argent en l’offrant à des institutions de Tsédaka et à des écoles religieuses ou autre, les participants acceptent de manière déterminée d’offrir leur mise (en cas d’échec au tirage au sort) à ces institutions.
Cet avis repose sur les propos du RAMA (‘H.M chap.370-19).
De ce fait, il a été rapporté que dans ce cas, même notre maitre le Rav z.ts.l admettrait que l’on peut autoriser.
Dans la pratique, le petit-fils de notre maitre le Rav z.ts.l, le Gaon Rabbi ‘Ovadia YOSSEF (Roch Yéchiva de « Ohel Yossef ») - fils de notre maitre le Gaon et Richon Lé-Tsion Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita - atteste dans son livre « ‘Ein Michpatt » (chap.207 page 645) qu’il s’est rendu chez notre maitre le Rav z.ts.l environ 4 mois avant la disparition de notre maitre le Rav z.ts.l, et il a eut une discussion avec lui sur ce sujet. Notre maitre le Rav z.ts.l lui a dit que même si la loterie nationale n’offre aux institutions de Tsédaka qu’une minorité de l’argent misé, cela suffit pour que les participants offrent leurs mises de manière sincère à la loterie nationale dans ce but.
Par conséquent, celui qui s’autorise à jouer au Loto (en Israël) a sur qui s’appuyer.
Il s’étend davantage sur le sujet (voir référence citée plus haut).
[En France, la règle est différente, et il est nécessaire de se renseigner].

Mais il faut savoir que selon la morale de notre sainte Torah et selon notre foi en la Providence Divine sur son monde, il n’est pas correct qu’un homme gaspille son argent dans de tels bulletins de tirage au sort, car les chances de gagner sont quasiment nulles.
On rapporte au nom du Gaon Rabbi Ben Tsion ABBA CHAOUL z.ts.l qu’au maximum, si l’on désire remplir un bulletin de Loto, on doit le faire qu’une seule fois par an, à titre d’effort personnel (« Hictadlout ») dans la Parnassa.
Il est clair que les personnes qui dépensent leur argent et achètent plusieurs bulletins ou autres, expriment ainsi leur éloignement de la foi en Hachem qui nourrit et subvient aux besoins de chacun, tous leurs efforts dans ce sens ne leur serviront à rien, et ils s’attirent une grande humiliation, car parfois la « richesse » est destinée au malheur de l’homme.
C’est pourquoi, les grands de ce monde - comme le Gaon Rabbi ‘Haïm FALLAG’I z.ts.l entre autres - se sont opposés à toute sorte de jeux à l’argent, car il est de notoriété que de nombreuses personnes sont tombées dans le piège du jeu et ont détruit leur vie, qu’Hachem ait pitié.
Par conséquent, celui qui désire se préserver doit s’éloigner de ces tirages au sort, et s’il désire y participer de manière très rare, il a sur qui s’appuyer.

 

Question: Est-il obligatoire de retirer la bague lors de la Nétilatt Yadaïm ? J’ai une bague que je n’arrive pas à retirer de la main?

Réponse: Lors de la Nétilatt Yadaïm, il est interdit qu’une chose fasse séparation entre la main et l’eau.
Une bague serrée au corps, représente un élément séparateur lors de la Nétila, et c’est pourquoi il faut la retirer.
Nous avons l’usage de retirer même les bagues qui ne sont pas serrées au corps.
Selon le Strict Din, lorsqu’il s’agit d’une bague que l’on ne retire jamais, il n’est pas nécessaire de la retirer lors de la Nétilatt Yadaïm.
C’est pourquoi, dans le cas de notre question où il s’agit d’une bague qu’il est impossible de retirer, il est permis de procéder à la Nétilatt Yadaïm avec une telle bague.
Cependant, il est juste d’aller voir un expert afin qu’il retire la bague, car pour la Tévila (l’immersion dans le Mikvé), nous avons l’usage de retirer tout élément séparateur, en particulier une bague serrée qui peut très probablement représenter un élément séparateur entre l’eau du Mikvé et le doigt.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

האם מותר לחמם בשבת סופגנייה עם ריבה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives à l’allumage des Nerot de H’anouka

Le devoir de l’allumage Nous avons expliqué qu’il est un devoir d’allumer les Nérot durant les jours de ‘Hanouka, et ce devoir concerne aussi les hommes que les femmes. La quantité d’huile Avant d’allumer les Nerot de ‘H'anouka,......

Lire la Halacha

La fête de ‘Hanouka

Nous sommes à l’approche de la fête de ‘Hanouka, nous allons donc commencer à expliquer l’essentiel des lois relatives à cette fête. Les dates de H’anoukah pour cette année (5780) La fête de ‘Hanouka dure 8 jours, &agrav......

Lire la Halacha

Le respect du beau-père et de la belle mère – Les signes de la fin de l’exil

Question: Est-ce qu’un homme est tenu de respecter son beau-père au même titre qu’il est tenu de respecter son père ? Réponse: Il est enseigné dans le Yalkout Chim’oni: David dit à Chaoul : « Mon père, vois et......

Lire la Halacha

Le Kaddich

Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes), afin de pouvoir dire le Kaddich pour le père ou la mère. De même pour un homme qui perd ......

Lire la Halacha


Le respect des parents après leur disparition

Au même titre qu’un homme est soumis au devoir d’honorer ses parents de leur vivant, ainsi il est soumis au devoir de les honorer après leur disparition. Il est certain qu’il lui est interdit de les mépriser après leur disparition. Il est rapport&eacut......

Lire la Halacha

Se lever devant son père et devant son Rav – La réponse de notre maitre le Rav z.ts.l à son petit-fils

Toutes les règles que nous mentionnons au sujet du respect et de la crainte des parents concernent de façon égale aussi bien le fils vis à vis de son père et de sa mère, que la fille vis-à-vis de son père et de sa mère. Si nous éc......

Lire la Halacha

Détails au sujet du respect des parents après leur disparition

Question: Quelle est l’utilité de dire l’expression « Haréni Kaparatt Michkavo » lorsqu’on mentionne les parents après leur décès? Y a-t-il une importance à dire cette expression même après les 12 mois dep......

Lire la Halacha

Sur qui reposent les frais d’entretient des parents ?

Nous avons déjà fais mention du fait que le devoir de Kiboud Av Vaem (Respect des parents) inclus aussi le fait de se soucier de nourrir ses parents selon leur volonté, en particulier lorsque les parents sont très âgés et qu’ils ne peuvent plus s’......

Lire la Halacha