Halacha pour vendredi 4 Sivan 5779 7 juin 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

« Comme un pommier parmi les arbres de la forêt » - « … et l'odeur de tes narines comme celle des pommes »

(Extrait d’un discours de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l pour la fête de Chavou’ot)

Il est enseigné dans la Guémara Chabbat (88a):
Pourquoi Israël est-il comparé à la pomme, comme il est dit : « Comme un pommier parmi les arbres de la forêt », ainsi que le verset « … et l'odeur de tes narines comme celle des pommes » (versets du Chir Ha-Chirim) ? Les Tossafott expliquent que la « pomme » mentionnée dans les versets du Chir Ha-Chirim représente en réalité le Etrog (Cédrat), comme précisé dans le Targoum (traduction araméenne) sur ces versets (telle était apparemment la version du Targoum que les Tossafott avaient sous les yeux).

Nos maitres répondent que le point commun entre Israël et le Etrog réside dans le fait que le fruit du Etrog pousse sur l’arbre avant ses feuilles.
Ainsi, Israël devança le « Na’assé » (l’engagement à accomplir les Mitsvot) au « Nichma’ » (l’engagement à étudier la Torah), comme il est dit:
« Il prit le rouleau de l’alliance, il lut aux oreilles du peuple. Ils dirent : « Tout ce qu’à dit Hachem, nous le ferons et nous le comprendrons. »

Mais cet enseignement mérite réflexion.
En effet, Israël est comparé au fruit du Etrog, qui devance ses feuilles sur l’arbre, et ainsi Israël devance le « Na’assé » au « Nichma’ ».
Selon cela, le « Na’assé » d’Israël est comparable au Etrog, alors que leur « Nichma’ » est comparable aux feuilles du Etrog.

Et l’on peut s’interroger:
Puisque le fruit du Etrog est l’image de l’accomplissement des Mitsvot, et ses feuilles représentent la compréhension de la Torah, est-il concevable que le peuple d’Israël devance l’accomplissement de toutes les Mitsvot à la Mitsva d’étudier la Torah?!
Pourtant la valeur de l’étude de la Torah est beaucoup plus grande que celle des autres Mitsvot pratiques, car « l’étude est grande puisqu’elle mène à la pratique », et il est dit par ailleurs au sujet de l’étude de la sainte Torah : « Elle est plus précieuse que des diamants, et tous tes désires ne l’égalent pas ». Or, nos maitres (Yalkout Michlé chap.934) expliquent ce verset ainsi : « tes désires », ce sont les Mitsvot, qui sont en fait les désires d’Hachem, et malgré tout, elles n’égalent pas la valeur de l’étude de la sainte Torah. De plus, le RAMBAM écrit (chap.3 des règles relatives à l’étude de la Torah) : « Tu ne trouveras pas une seule Mitsva parmi toutes les Mitsvot, qui équivaut l’étude de la Torah. C’est au contraire l’étude de la Torah qui équivaut toutes les Mitsvot, car l’étude mène à la pratique. C’est pourquoi, l’étude prime sur l’accomplissement en toute situation. »
Selon tout cela, comment comprendre que nos ancêtres ont devancé l’engagement dans la pratique des Mitsvot, à la Mitsva la plus fondamentale et la plus précieuse qui est celle d’étudier la Torah?

En réalité, il semble que lorsque Israël dit « Na’assé VéNichma’ » (Nous accomplirons et nous comprendrons), leur intention n’était pas de devancer l’accomplissement des Mitsvot à l’étude de la Torah, car de toutes façons il est inconcevable d’accomplir les Mitsvot sans étudier au préalable la Torah, comme il est écrit: « Vous les apprendrez (les Mitsvot), vous les observerez afin de les accomplir. »
La véritable intention d’Israël était d’étudier la Torah et d’accomplir ensuite les Mitsvot, et ce n’est qu’ensuite qu’ils « comprendrons » (Nichma’), c'est-à-dire : nous étudierons ensuite afin de comprendre les raisons des Mitsvot (car le sens du mot « Nichma’ » qui se traduit par « nous écouterons », signifie aussi « comprendre », comme il est dit au sujet de Yossef : « car Yossef écoutait », ce qui signifie que Yossef comprenait les propos de ses frères).
Or, la compréhension du sens de la Mitsva est en réalité d’une importance inférieure au fait d’accomplir la Mitsva elle-même.

C’est donc une véritable comparaison avec le Etrog, dont le fruit - qui est comparé à l’action de la Mitsva - devance les feuilles qui représentent la compréhension du sens de la Mitsva. (voir Maor Israël-Darouchim, discours sur la fête de Chavou’ot).

Tizkou Léchanim Rabbot, Né’imott Vétovott !
‘Hag Saméa’h !

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

תפילת תשלומין
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Les traditions de la période de « Ben Hamétsarim »

Même si nous avons expliqué que l’on ne doit pas réciter la bénédiction de Chéheh’eyanou sur un fruit nouveau ou sur un vêtement nouveau, pendant la période de Ben Ha-Métsarim, depuis le soir du 17 Tamouz jusqu’à a......

Lire la Halacha

Les jours de « Ben Ha-Métsarim »

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz, qui est tombé Chabbat et a été repoussé à aujourd’hui dimanche. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les d&eacut......

Lire la Halacha

Se couper les cheveux pendant Ben Ha-Métsarim - (du 17 Tamouz au 9 Av) cette année (5779)

L’usage de s’interdire la coupe de cheveux En conséquence à la gravité du deuil en vigueur pendant la période de Ben Ha-Métsarim, les Achkénazim ont pour tradition de ne pas se couper les cheveux, ni de se raser, depuis le 17 Tamouz jusqu’......

Lire la Halacha

La prière de H’anna – La plaie des grenouilles

Il est rapporté dans le livre de Chémouel (chap.1) que H’anna la femme d’Elkana n’avait pas d’enfants. Lorsqu’elle se rendit en pèlerinage au Michkan qui se trouvait à cette époque dans la ville de Chilo, H’anna pleura avec toute......

Lire la Halacha


Une Mézouza dans un balcon

Question: À quel endroit précis doit-on placer la Mézouza à la porte d’un balcon: Doit-on la placer à droite en entrant de la maison vers le balcon, ou bien à droite en entrant du balcon vers la maison? Réponse: Nos maîtres apprennent d......

Lire la Halacha

Le devoir de la Mézouza

Il est un devoir positif ordonné par la Torah de rédiger les deux paragraphes suivants : « Chéma’ Israël », et « Véhaya Im Chamowa’ » sur un parchemin, et de les fixer sur l’encadrement de la porte de la m......

Lire la Halacha

Embrasser la Mézouza - Une Mézouza en guise de protection

Question: Est-il permis de se déplacer avec une Mézouza suspendue autour du cou en guise d’amulette ? Y a-t-il une notion particulière à embrasser la Mézouza, ainsi que le Séfer Torah? Réponse: La Mézouza possède une propri&eacu......

Lire la Halacha

Quand doit-on fixer les Mézouzot ?

Question: Dans un mois, nous emménageons dans le nouvel appartement que nous avons acheté, mais nous y avons déjà fixé les Mézouzot, avons-nous agis correctement? Réponse: Le devoir de la Mézouza est une obligation qui incombe à l&rsq......

Lire la Halacha