Halacha pour vendredi 4 Sivan 5779 7 juin 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

« Comme un pommier parmi les arbres de la forêt » - « … et l'odeur de tes narines comme celle des pommes »

(Extrait d’un discours de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l pour la fête de Chavou’ot)

Il est enseigné dans la Guémara Chabbat (88a):
Pourquoi Israël est-il comparé à la pomme, comme il est dit : « Comme un pommier parmi les arbres de la forêt », ainsi que le verset « … et l'odeur de tes narines comme celle des pommes » (versets du Chir Ha-Chirim) ? Les Tossafott expliquent que la « pomme » mentionnée dans les versets du Chir Ha-Chirim représente en réalité le Etrog (Cédrat), comme précisé dans le Targoum (traduction araméenne) sur ces versets (telle était apparemment la version du Targoum que les Tossafott avaient sous les yeux).

Nos maitres répondent que le point commun entre Israël et le Etrog réside dans le fait que le fruit du Etrog pousse sur l’arbre avant ses feuilles.
Ainsi, Israël devança le « Na’assé » (l’engagement à accomplir les Mitsvot) au « Nichma’ » (l’engagement à étudier la Torah), comme il est dit:
« Il prit le rouleau de l’alliance, il lut aux oreilles du peuple. Ils dirent : « Tout ce qu’à dit Hachem, nous le ferons et nous le comprendrons. »

Mais cet enseignement mérite réflexion.
En effet, Israël est comparé au fruit du Etrog, qui devance ses feuilles sur l’arbre, et ainsi Israël devance le « Na’assé » au « Nichma’ ».
Selon cela, le « Na’assé » d’Israël est comparable au Etrog, alors que leur « Nichma’ » est comparable aux feuilles du Etrog.

Et l’on peut s’interroger:
Puisque le fruit du Etrog est l’image de l’accomplissement des Mitsvot, et ses feuilles représentent la compréhension de la Torah, est-il concevable que le peuple d’Israël devance l’accomplissement de toutes les Mitsvot à la Mitsva d’étudier la Torah?!
Pourtant la valeur de l’étude de la Torah est beaucoup plus grande que celle des autres Mitsvot pratiques, car « l’étude est grande puisqu’elle mène à la pratique », et il est dit par ailleurs au sujet de l’étude de la sainte Torah : « Elle est plus précieuse que des diamants, et tous tes désires ne l’égalent pas ». Or, nos maitres (Yalkout Michlé chap.934) expliquent ce verset ainsi : « tes désires », ce sont les Mitsvot, qui sont en fait les désires d’Hachem, et malgré tout, elles n’égalent pas la valeur de l’étude de la sainte Torah. De plus, le RAMBAM écrit (chap.3 des règles relatives à l’étude de la Torah) : « Tu ne trouveras pas une seule Mitsva parmi toutes les Mitsvot, qui équivaut l’étude de la Torah. C’est au contraire l’étude de la Torah qui équivaut toutes les Mitsvot, car l’étude mène à la pratique. C’est pourquoi, l’étude prime sur l’accomplissement en toute situation. »
Selon tout cela, comment comprendre que nos ancêtres ont devancé l’engagement dans la pratique des Mitsvot, à la Mitsva la plus fondamentale et la plus précieuse qui est celle d’étudier la Torah?

En réalité, il semble que lorsque Israël dit « Na’assé VéNichma’ » (Nous accomplirons et nous comprendrons), leur intention n’était pas de devancer l’accomplissement des Mitsvot à l’étude de la Torah, car de toutes façons il est inconcevable d’accomplir les Mitsvot sans étudier au préalable la Torah, comme il est écrit: « Vous les apprendrez (les Mitsvot), vous les observerez afin de les accomplir. »
La véritable intention d’Israël était d’étudier la Torah et d’accomplir ensuite les Mitsvot, et ce n’est qu’ensuite qu’ils « comprendrons » (Nichma’), c'est-à-dire : nous étudierons ensuite afin de comprendre les raisons des Mitsvot (car le sens du mot « Nichma’ » qui se traduit par « nous écouterons », signifie aussi « comprendre », comme il est dit au sujet de Yossef : « car Yossef écoutait », ce qui signifie que Yossef comprenait les propos de ses frères).
Or, la compréhension du sens de la Mitsva est en réalité d’une importance inférieure au fait d’accomplir la Mitsva elle-même.

C’est donc une véritable comparaison avec le Etrog, dont le fruit - qui est comparé à l’action de la Mitsva - devance les feuilles qui représentent la compréhension du sens de la Mitsva. (voir Maor Israël-Darouchim, discours sur la fête de Chavou’ot).

Tizkou Léchanim Rabbot, Né’imott Vétovott !
‘Hag Saméa’h !

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles de la prière de rattrapage

Lors des dernières Halachot, nous avons traité du cas de la personne qui a oublié l’une des prières journalières, et nous avons établi que cette personne est tenue de rattraper la prière manquée, en priant 2 fois la ‘Amida lors de l......

Lire la Halacha

Prier ‘Arvit en guise de « ‘Amida offerte » (Téfilatt Nédava)

Dans les précédente Halacha, nous avons fait mention du cas de celui qui prie la ‘Amida et se souvient soudainement qu’il a déjà prié cet office. Nous avons établit qu’il doit immédiatement interrompre la ‘Amida puisque ses b&e......

Lire la Halacha

Shavou’ot - Le Don de le Torah : Israël et les Anges

Guémara Shabbat (88): Rabbi Yéhoshou’a Ben Levi dit : Lorsque Moshé Rabbenou monta dans les hauteurs (pour aller recevoir la Torah), les Anges du Service Divin s’exclamèrent devant Hashem en disant : « Maître du Monde ! Que vi......

Lire la Halacha

Cas pratiques sur la « prière de rattrapage » – Statut des femmes sur ce sujet

Dans les précédentes Halachot diffusées avant Chavou’ot, nous avons expliqué de façon générale le principe de rattraper une prière manquée, principe selon lequel, lorsqu’on a oublié de prier l’une de prièr......

Lire la Halacha


Une personne est en train de prier la ‘Amida et se rappelle qu’elle a déjà prié cet office

Question: Comment faire lorsqu’on est en train de prier la ‘Amida et que l’on se souvient subitement que l’on a déjà prié cet office? Réponse: Nous avons déjà expliqué que selon le strict Din une personne peut prier une &lsq......

Lire la Halacha

La veillée de Chavou’ot

La tradition est répandue au sein de toutes les communautés d’Israël de rester éveillés durant la nuit de Chavou’ot et d’étudier la Torah jusqu’à l’aube, comme il est écrit dans le Zohar Ha-Kadoch : Les premier......

Lire la Halacha

Bénédictions alimentaires et lecture du Chéma’ la nuit de Chavou’ot

Dans la précédente Halacha, nous avons fais mention de la tradition de la veillée de Chavou’ot, durant laquelle nous restons éveillés pour étudier la Torah. Lecture du « Tikkoun » imprimé dans le livre « Kérié ......

Lire la Halacha

Des pains « ‘Halavi » (pétris avec du lait)

Il est expliqué dans la Guémara Péssa’him (36a) que nos maitres ont interdit de pétrir une pâte avec du lait, car il est à craindre que l’on ne porte pas attention à cela et que l’on en vienne à consommer ce pain avec de la via......

Lire la Halacha