Halacha pour lundi 22 Iyar 5779 27 mai 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Les petites-filles qui viennent à la synagogue

Question: Est-il permis de prier et de réciter des bénédictions lorsque des petites-filles de 6 ou 7 ans, habillées de manière non-pudique, sont présentes à la synagogue?

Réponse: Il est écrit dans la Torah:
« … car Hachem ton D.ieu marche à travers ton camp … Il ne devra pas y voir une nudité … ».
Nos maitres expliquent à travers ce verset qu’il est interdit de prier ou de réciter une bénédiction, ou de prononcer toute parole sacrée lorsqu’on est face à une nudité, c'est-à-dire quelque chose d’impudique.

Nos maitres ont interdit de prier ou de réciter une bénédiction face à un « Téfa’h », censé être couvert.
C'est-à-dire lorsqu’on est en présence d’une femme dont l’une des parties du corps - qui doit être recouvert selon la Halacha - est découverte, comme les bras (la partie du bras proche de l’épaule) ou autre, il est interdit lire le Chéma’ ou réciter une bénédiction tant que cette partie est visible de celui qui prie ou qui récite.

Les petites-filles – Les propos du Michna Béroura
Concernant les petites-filles qui viennent à la synagogue, habillées de manières non-pudique, le Gaon ‘Hafets ‘Haïm écrit dans son livre Michna Béroura (chap.75), que cette règle (Un « Téfa’h du corps de la femme est une nudité ») s’applique même à une petite-fille à partir de 3 ans. Diverses explications ont été rapportées par les décisionnaires sur ce point.

Le Gaon auteur du Echel Avraham (de Boutchatch) écrit lui aussi que même s’il y avait matière à considérer que les petites-filles en bas âge ne sont pas concernées par cet interdit, malgré tout, il ne faut pas se montrer souple sur ce point, pour diverses raisons.

Les propos du ‘Hazon Ich
Mais notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l (Chou’t Yabiya’ Omer vol.6 chap.14 et Halichott ‘Olam vol.1 page 120) cite les propos du Gaon ‘Hazon Ich, ainsi que ceux d’autres grands décisionnaires qui écrivent qu’étant donné que la raison essentielle de l’interdit réside dans les éventuelles mauvaises pensées, il semble donc que les petites-filles en bas âge, envers lesquelles les adultes n’ont pas de pensées particulières du fait de leur jeune âge, ne sont pas soumises à la règle de « Téfa’h Bé-icha ‘Erva » (« un Téfa’h du corps de la femme est une nudité »).
Il explique ses propos à partir de sources très fiables.

Par conséquent dans la pratique, lorsque se trouvent dans la synagogue des petites-filles habillées de manière non-pudique, s’il s’agit de petites-filles de 8 ou 9 ans, même s’il est souhaitable de fermer les yeux ou de regarder exclusivement le Siddour ou autre, malgré tout, selon la règle il est permis de prier ou d lire le Chéma’ ou autre face à elles, lorsqu’il n’y a pas à craindre de mauvaises pensées.

Le devoir d’éducation
Cependant, notre maitre le Rav z.ts.l ajoute et écrit qu’il est certain qu’il n’est pas correct d’amener de telles petites-filles à la synagogue, et il est certain qu’il est interdit aux parents d’habiller leurs filles avec des vêtements non-pudiques, car il faut les éduquer afin qu’elles se conduisent avec pudeur.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles de la prière de rattrapage

Lors des dernières Halachot, nous avons traité du cas de la personne qui a oublié l’une des prières journalières, et nous avons établi que cette personne est tenue de rattraper la prière manquée, en priant 2 fois la ‘Amida lors de l......

Lire la Halacha

Prier ‘Arvit en guise de « ‘Amida offerte » (Téfilatt Nédava)

Dans les précédente Halacha, nous avons fait mention du cas de celui qui prie la ‘Amida et se souvient soudainement qu’il a déjà prié cet office. Nous avons établit qu’il doit immédiatement interrompre la ‘Amida puisque ses b&e......

Lire la Halacha

Shavou’ot - Le Don de le Torah : Israël et les Anges

Guémara Shabbat (88): Rabbi Yéhoshou’a Ben Levi dit : Lorsque Moshé Rabbenou monta dans les hauteurs (pour aller recevoir la Torah), les Anges du Service Divin s’exclamèrent devant Hashem en disant : « Maître du Monde ! Que vi......

Lire la Halacha

Cas pratiques sur la « prière de rattrapage » – Statut des femmes sur ce sujet

Dans les précédentes Halachot diffusées avant Chavou’ot, nous avons expliqué de façon générale le principe de rattraper une prière manquée, principe selon lequel, lorsqu’on a oublié de prier l’une de prièr......

Lire la Halacha


Une personne est en train de prier la ‘Amida et se rappelle qu’elle a déjà prié cet office

Question: Comment faire lorsqu’on est en train de prier la ‘Amida et que l’on se souvient subitement que l’on a déjà prié cet office? Réponse: Nous avons déjà expliqué que selon le strict Din une personne peut prier une &lsq......

Lire la Halacha

La veillée de Chavou’ot

La tradition est répandue au sein de toutes les communautés d’Israël de rester éveillés durant la nuit de Chavou’ot et d’étudier la Torah jusqu’à l’aube, comme il est écrit dans le Zohar Ha-Kadoch : Les premier......

Lire la Halacha

Bénédictions alimentaires et lecture du Chéma’ la nuit de Chavou’ot

Dans la précédente Halacha, nous avons fais mention de la tradition de la veillée de Chavou’ot, durant laquelle nous restons éveillés pour étudier la Torah. Lecture du « Tikkoun » imprimé dans le livre « Kérié ......

Lire la Halacha

Des pains « ‘Halavi » (pétris avec du lait)

Il est expliqué dans la Guémara Péssa’him (36a) que nos maitres ont interdit de pétrir une pâte avec du lait, car il est à craindre que l’on ne porte pas attention à cela et que l’on en vienne à consommer ce pain avec de la via......

Lire la Halacha