Halacha pour mardi 16 Iyar 5779 21 mai 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Les femmes et l’obligation de la prière

Nous apprenons d’une Michna dans le traité Béra’hot (20b) que les femmes sont soumises à l’obligation de la prière.
La Guémara fait remarquer qu’il y avait apparemment une raison de les en exempter puisqu’il s’agit d’un « commandement positif lié au temps » (une obligation qui dépend du temps, comme l’obligation du Loulav, dont l’accomplissement ne peut se faire qu’à Soukkot, et de ce fait les femmes en sont exemptes).
Cependant, étant donné que la prière est une demande de miséricorde divine, et que les femmes ont elles-aussi besoin de miséricorde d’Hachem, on ne considère donc pas la prière comme une obligation positive liée au temps, et les femmes sont elles-aussi soumises à ce devoir.

Lorsque nous parlons de « prière », il s’agit de la ‘Amida.

Les décisionnaires débattent au sujet du sens des propos de la Guémara citée.
Selon certains décisionnaires, les femmes sont soumises à l’obligation journalière de prier, comme les hommes, et elles doivent elles-aussi prier au moins la ‘Amida de Cha’harit (matin) et celle de Min’ha (après-midi).
Selon d’autres décisionnaires, les femmes ne sont soumises qu’à une seule ‘Amida chaque jour, car le devoir essentiel de prier Hachem est une seule prière chaque jour, et ce n’est que par institution de nos maitres que nous prions 3 prières quotidiennes. Or, les femmes ne sont pas soumises à cette institution de prier 3 prières par jour.

Dans la pratique, selon l’usage des Séfaradim et des originaires du Moyen-Orient, ainsi que selon l’opinion de MARAN l’auteur du Choul’han ‘Arou’h, les femmes ne sont soumises qu’à une seule ‘Amida chaque jour : Cha’harit ou Min’ha ou ‘Arvit, au choix.
Il s’agit là d’une sainte obligation qui incombe sur la femme, et elle ne doit pas s’en dérober.
Mais selon l’usage des Achkénazim, selon certains décisionnaires, les femmes sont soumises à l’obligation de prier Cha’harit et Min’ha.
Concernant ‘Arvit, on peut se montrer souple même pour des femmes Achkénazes, étant donné que cette prière n’a été acceptée en tant qu’obligation que par les hommes et non par les femmes.

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l conseillait que toute femme se fixe une prière régulière chaque jour, Cha’harit ou Minh’a ou ‘Arvit, la même qu’elle priera chaque jour, afin qu’elle ne néglige pas totalement le devoir de prier.
Il est bon et juste que la femme prie la ‘Amida de Cha’harit, en récitant au préalable les bénédictions du matin – qu’elle est tenue de réciter chaque jour (excepté la bénédiction « Ché’assani Kirtsono » que la femme doit réciter sans la mention du nom d’Hachem), et ensuite les bénédictions de la Torah.
Puis, il est juste qu’elle dise au moins le 1er verset du « Chéma’ Israël », suivi du verset « Barou’h Chem Kévod Mal’houto Lé’olam Va’ed ». (Si elle en a la possibilité, elle lira l’intégralité des 3 paragraphes du Chéma’).
Ensuite, elle priera la ‘Amida.

Une femme qui en a la possibilité, est autorisée à prier les 3 prières quotidiennes, Cha’harit, Min’ha et ‘Arvit, même selon l’usage des Séfaradim où les femmes ne récitent jamais la bénédiction sur des obligations desquelles elles sont exemptes.
Malgré tout, au sujet de la prière, elles sont autorisées à prier et à réciter toutes les bénédictions de la ‘Amida, même 3 fois par jour, comme tel était l’usage de femmes très pieuses qui étaient très vigilantes sur le devoir de la prière chaque jour, et ont eu le mérite d’élever des générations de Tsaddikim.

La Rabbanit Sim’ha TSADKA z’’l – la mère du Roch Yéchiva le Gaon Rabbi Yéhouda TSADKA z.ts.l – qui était une femme d’une très grande valeur spirituelle et qui faisait partie de l’élite de la génération, avait une réelle maitrise des lois et de leurs sources. Elle avait l’usage de venir chaque matin à la synagogue au 1er Minyan de Cha’harit et elle terminait sa prière avec les fidèles du 2ème Minyan!
Elle priait les 3 offices quotidiens avec Minyan!
Nous avons constaté cette pieuse attitude chez d’autres femmes justes, puisqu’avec la vieillesse, elle ne sont plus autant occupées à élever les enfants, elles ont donc plus de disponibilité pour prier avec une telle ferveur, et multiplier les supplications devant Hachem, pour elles, leurs enfants et leurs petits-enfants, heureuses soient-elles, heureuse soit leur part.
Cependant, s’il s’agit d’une femme qui doit élever ses enfants, il lui est interdit de les délaisser et de s’adonner à de longues prières (qui ne lui sont pas exigées), ou de lire des Téhilim (sur le compte du temps qu’elle doit consacrer à ses enfants), ou en écoutant des cours toute la journée, car chaque chose a son moment.

8 Halachot Les plus populaires

Le « ’Erouv Tavchiline » - Chavou’ot 5780

Qu’est ce que le ‘Erouv Tavchiline? Cette année (5780), le 1er jour de Chavou’ot tombera un vendredi veille de Chabbat. (29.mai) Nous savons que pendant chaque Yom Tov il est permis de cuisiner pour les besoins du Yom Tov. Par exemple, il est permis de mettre pendant Yom T......

Lire la Halacha

Cuire pendant Yom Tov

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que même si Yom Tov et Chabbat ont un statut identique vis-à-vis de l’interdiction de réaliser des travaux, et pour cette raison il est interdit de voyager en voiture pendant Yom Tov, malgré tout, l......

Lire la Halacha

Manipuler le feu pendant Yom Tov – allumage et extinction

Nous avons expliqué que Yom Tov et Chabbat ont le même statut vis-à-vis de toutes les interdictions, excepté certains travaux liés à la préparation de la nourriture (« Oh’el Nefech ») qui sont permis pendant Yom Tov, comme l’int......

Lire la Halacha

La fête de Chavou’ot - Le Corona

La fête de Chavou’ot – le moment du Don de notre sainte Torah qui est notre vie et de laquelle dépend la longévité de nos jours - tombe cette année 5780 avec l’aide d’Hachem, à la fin des du compte des jours du ‘Omer, ce vendredi......

Lire la Halacha


Bénédiction finale sur une boisson chaude

Question: Une personne qui a bu un thé ou un café, doit-elle ensuite réciter la bénédiction finale « Boré Néfachott »?  Réponse: Nous avons expliqué à plusieurs occasions que lorsqu’on a consomm......

Lire la Halacha

Dire le Kaddich

Question: Quelle est l’importance de dire le Kaddich pour un défunt? Réponse: Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes......

Lire la Halacha

Le 33ème et le 34ème jour du ‘Omer – année 5780

Demain mardi (et dès ce soir lundi) aura lieu le jour de Lag Ba’Omer qui est un jour de joie pendant lequel on ne récite pas le Tah’anoun, car c’est en ce jour que les secrets de la Thora ont été dévoilés. De plus, Rabbi Chimon Bar Yoh&rsqu......

Lire la Halacha

Bénédiction finale sur une boisson refroidie

Dans la précédente Halacha, nous avons cité la règle de la bénédiction dinale après avoir consommé une boisson. Nous avons précisé que lorsqu’on a consommé une quantité de un « Révi’itt&......

Lire la Halacha