Halacha pour mardi 16 Iyar 5779 21 mai 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Les femmes et l’obligation de la prière

Nous apprenons d’une Michna dans le traité Béra’hot (20b) que les femmes sont soumises à l’obligation de la prière.
La Guémara fait remarquer qu’il y avait apparemment une raison de les en exempter puisqu’il s’agit d’un « commandement positif lié au temps » (une obligation qui dépend du temps, comme l’obligation du Loulav, dont l’accomplissement ne peut se faire qu’à Soukkot, et de ce fait les femmes en sont exemptes).
Cependant, étant donné que la prière est une demande de miséricorde divine, et que les femmes ont elles-aussi besoin de miséricorde d’Hachem, on ne considère donc pas la prière comme une obligation positive liée au temps, et les femmes sont elles-aussi soumises à ce devoir.

Lorsque nous parlons de « prière », il s’agit de la ‘Amida.

Les décisionnaires débattent au sujet du sens des propos de la Guémara citée.
Selon certains décisionnaires, les femmes sont soumises à l’obligation journalière de prier, comme les hommes, et elles doivent elles-aussi prier au moins la ‘Amida de Cha’harit (matin) et celle de Min’ha (après-midi).
Selon d’autres décisionnaires, les femmes ne sont soumises qu’à une seule ‘Amida chaque jour, car le devoir essentiel de prier Hachem est une seule prière chaque jour, et ce n’est que par institution de nos maitres que nous prions 3 prières quotidiennes. Or, les femmes ne sont pas soumises à cette institution de prier 3 prières par jour.

Dans la pratique, selon l’usage des Séfaradim et des originaires du Moyen-Orient, ainsi que selon l’opinion de MARAN l’auteur du Choul’han ‘Arou’h, les femmes ne sont soumises qu’à une seule ‘Amida chaque jour : Cha’harit ou Min’ha ou ‘Arvit, au choix.
Il s’agit là d’une sainte obligation qui incombe sur la femme, et elle ne doit pas s’en dérober.
Mais selon l’usage des Achkénazim, selon certains décisionnaires, les femmes sont soumises à l’obligation de prier Cha’harit et Min’ha.
Concernant ‘Arvit, on peut se montrer souple même pour des femmes Achkénazes, étant donné que cette prière n’a été acceptée en tant qu’obligation que par les hommes et non par les femmes.

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l conseillait que toute femme se fixe une prière régulière chaque jour, Cha’harit ou Minh’a ou ‘Arvit, la même qu’elle priera chaque jour, afin qu’elle ne néglige pas totalement le devoir de prier.
Il est bon et juste que la femme prie la ‘Amida de Cha’harit, en récitant au préalable les bénédictions du matin – qu’elle est tenue de réciter chaque jour (excepté la bénédiction « Ché’assani Kirtsono » que la femme doit réciter sans la mention du nom d’Hachem), et ensuite les bénédictions de la Torah.
Puis, il est juste qu’elle dise au moins le 1er verset du « Chéma’ Israël », suivi du verset « Barou’h Chem Kévod Mal’houto Lé’olam Va’ed ». (Si elle en a la possibilité, elle lira l’intégralité des 3 paragraphes du Chéma’).
Ensuite, elle priera la ‘Amida.

Une femme qui en a la possibilité, est autorisée à prier les 3 prières quotidiennes, Cha’harit, Min’ha et ‘Arvit, même selon l’usage des Séfaradim où les femmes ne récitent jamais la bénédiction sur des obligations desquelles elles sont exemptes.
Malgré tout, au sujet de la prière, elles sont autorisées à prier et à réciter toutes les bénédictions de la ‘Amida, même 3 fois par jour, comme tel était l’usage de femmes très pieuses qui étaient très vigilantes sur le devoir de la prière chaque jour, et ont eu le mérite d’élever des générations de Tsaddikim.

La Rabbanit Sim’ha TSADKA z’’l – la mère du Roch Yéchiva le Gaon Rabbi Yéhouda TSADKA z.ts.l – qui était une femme d’une très grande valeur spirituelle et qui faisait partie de l’élite de la génération, avait une réelle maitrise des lois et de leurs sources. Elle avait l’usage de venir chaque matin à la synagogue au 1er Minyan de Cha’harit et elle terminait sa prière avec les fidèles du 2ème Minyan!
Elle priait les 3 offices quotidiens avec Minyan!
Nous avons constaté cette pieuse attitude chez d’autres femmes justes, puisqu’avec la vieillesse, elle ne sont plus autant occupées à élever les enfants, elles ont donc plus de disponibilité pour prier avec une telle ferveur, et multiplier les supplications devant Hachem, pour elles, leurs enfants et leurs petits-enfants, heureuses soient-elles, heureuse soit leur part.
Cependant, s’il s’agit d’une femme qui doit élever ses enfants, il lui est interdit de les délaisser et de s’adonner à de longues prières (qui ne lui sont pas exigées), ou de lire des Téhilim (sur le compte du temps qu’elle doit consacrer à ses enfants), ou en écoutant des cours toute la journée, car chaque chose a son moment.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

אונן יברך ברכת המוציא?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Les boissons alcoolisées (Cognac ; Brandy ; Champagne) – Les juifs naufragés

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué la règle selon laquelle nos maîtres ont décrété une sévère interdiction sur le vin des non-juifs, qui inclus non seulement un interdit de le consommer, mais aussi un interdit d&......

Lire la Halacha

Le vin des non-juifs (Yaïn Néssèh’)

Question: Un vin Cachère servi par un serveur non-juif dans un restaurant, est-il interdit à la consommation? Réponse: Dans l’antiquité, les non-juifs idolâtres avaient l’usage de verser du vin en l’honneur de leurs idoles. Cet usage étai......

Lire la Halacha

Les choses que l’on ne distingue qu’au moyen d’un microscope

Les poissons ne sont permis à la consommation que lorsqu’ils possèdent les 2 critères de pureté explicités dans la Torah: les nageoires et les écailles. Les Poskim (décisionnaires) débattent au sujet de poissons qui possèdent des ......

Lire la Halacha

Poison et pesticide contre les nuisibles pendant Chabbat – 2ème partie

Résumé de la précédente Halah’a Nous avons expliqué dans la précédente Halah’a qu’il est permis de placer un animal pendant Chabbat au-dessus de l’herbe, afin que l’animal le consomme, même si l’animal arrach......

Lire la Halacha


Poison et pesticide contre les nuisibles pendant Chabbat – 1ère partie

Question: Est-il permis de poser ou d’asperger du poison contre des nuisibles pendant Chabbat? Réponse : Cette question est liée à un autre sujet que nous allons développer dans cette Halah’a. Dans la prochaine Halah’a, nous conclurons la r&egrav......

Lire la Halacha

Prendre pendant Chabbat des vitamines ou des comprimés qui ne sont pas destinés à soigner

Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué le décret érigé par nos maîtres selon lequel il est interdit à une personne qui n’est pas réellement malade de prendre des médicaments pendant Shabbat, sauf s’il ......

Lire la Halacha

Poser des pièges pendant Chabbat

Question: Est-il interdit de poser des pièges pour animaux, lorsque le piège va fonctionner pendant Chabbat? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que l’une des activités interdites pendant Chabbat est celle de captur......

Lire la Halacha

Poser des pièges à souris pendant Chabbat

Question: Est-il permis de poser des pièges à souris pendant Chabbat? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que l’une des activités interdites pendant Chabbat est celle de capturer un animal (Tséda), ce qui sig......

Lire la Halacha