Halacha pour mercredi 17 Iyar 5779 22 mai 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

« Lag La-‘Omer » - Le 33ème jour du ‘Omer

Le 33ème jour du ‘Omer est un jour de joie et d’allégresse, en l’honneur du Tana Rabbi Chim’on Bar Yo’haï, comme rapporté dans les propos des décisionnaires.
C’est pourquoi, nous avons l’usage de multiplier la joie ce jour là, et on ne dit pas « Ta’hnoun » dans la prière.
Cette année (5779), le 33ème jour du ‘Omer tombe demain jeudi, c'est-à-dire, dès ce soir mercredi. Nous allons donc raconter aujourd’hui un aspect de la grandeur de Rabbi Chim’on Bar Yo’haï.

Nos maitres les Tanaïm (les sages de la Michna) étaient tous de véritables anges, et nous n’avons pas la moindre idée de leur dimension spirituelle.
Cependant, Rabbi Chim’on s’illustrait particulièrement par les nombreux miracles qu’il a réalisé, et par son aptitude spécifique d’être le grand de toutes les générations dans la connaissance de la Kabbala (le sens mystique de la Torah).
C’est lui qui rédigea la majeure partie du Zohar Ha-Kadoch, qui constitue la base de toute la connaissance de la Kabbala.

Il est rapporté dans la Guémara Mé’ila (17a):
L’empire romain avait un jour décrété sur Israël qu’il leur été dorénavant interdit d’observer Chabbat et de pratiquer la circoncision.
Un sage du nom de Rabbi Réouven Astrobéli alla se couper les cheveux à la façon des romains (en laissant pousser la frange) et s’introduisit chez les romains en se faisant passer pour l’un d’eux.
Il leur dit:
« Lorsqu’on a un ennemi, qu’est-il préférable ? Que l’ennemi soit riche ou pauvre ? »
Ils lui répondirent:
« Bien évidement, qu’il soit pauvre ! »
Il leur dit:
« S’il en est ainsi, il est préférable que les juifs ne travaillent pas le Chabbat. »
Ils lui dirent:
« Tu as bien parlé. » Et ils annulèrent le décret sur le Chabbat.

Ensuite, il leur dit:
« Lorsqu’on a un ennemi, qu’est-il préférable ? Que l’ennemi soit fort ou faible ? »
Ils lui répondirent:
« Qu’il soit faible. »
Il leur dit:
« S’il en est ainsi, que les juifs pratiquent la circoncision sur leurs enfants à l’âge de 8 jours, et ainsi ils seront faibles. »
Ils lui dirent:
« Tu as bien parlé. » Et ils annulèrent le décret sur la circoncision.

Par la suite, ces impies comprirent qu’il était juif et ils rétablirent les décrets sur Israël.
Les sages d’Israël se réunirent:
« Qui ira annuler les décrets ? Rabbi Chim’on Bar Yo’haï, car il est habitué aux miracles ! Et Rabbi El’azar Ben Rabbi Yossé l’accompagnera. »

Ils se mirent en route, et durant le voyage, un Ched (un démon) du nom de Ben Tamalyon sorti à la rencontre de Rabbi Chim’on.
Il demanda à Rabbi Chim’on:
« Voulez-vous que je me joigne à vous ? »
A cet instant, Rabbi Chim’on pleura et dit:
« Une simple servante de la maison de mon père (Hagar, la servante de Avraham) a eut le privilège de voir apparaitre un ange à sa rencontre à 3 reprises, alors que moi, pas une seule fois un ange mais un Ched ! Quoi qu’il en soit, le miracle se produira malgré tout. »
Il alla en compagnie de Ben Tamalyon.
Rabbi Chim’on demanda au Ched:
« Qu’allons nous faire ? »
Le Ched lui répondit:
« Je vais m’introduire dans le corps de la fille du gouverneur romain et je vais lui provoquer la démence, ainsi tu pourras annuler le décret. »

Ben Tamalyon se hâta et provoqua la démence à la fille du gouverneur.
Lorsqu’arriva Ra Chim’on, il dit au gouverneur:
« Je peux guérir ta fille. »
Il pénétra dans sa chambre et lui chuchota à l’oreille:
« Ben Tamalyon, sors ! Ben Tamalyon, sors ! »
Dès qu’il entendit l’appel de Rabbi Chim’on, le Ched sortit et s’en alla.
La fille du gouverneur guérit immédiatement.
Le gouverneur leur dit (à Rabbi Chim’on et Rabbi El’azar Ben Rabbi Yossé qui l’accompagnait):
« A présent, demandez-moi tout ce que vous désirez ! Entrez dans ma salle de trésors et prenez ce que vous voulez ! »
Ils entrèrent dans la salle des trésors et trouvèrent le parchemin sur lequel étaient consignés les décrets sur Israël. Ils le prirent et le déchirèrent.
Ainsi les décrets furent annulés.

Nous apprenons de là que parfois, nous ne savons absolument pas d’où Hachem peut faire parvenir la délivrance, même d’une source improbable (comme un Ched).
Lors de la création de l’état d’Israël il y a 71 ans, ses dirigeants n’étaient pas des gens qui observaient la Torah, et certains d’entre eux étaient même très éloignés de la Torah. Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l (qui était âgé de 28 ans) dit:
« Le miracle se produira malgré tout ! A Rabbi Chim’on, on a envoyé Ben Tamalyon, à nous, on a envoyé Ben Gourion … »

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

האם מותר לחמם בשבת סופגנייה עם ריבה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le respect du beau-père et de la belle mère – Les signes de la fin de l’exil

Question: Est-ce qu’un homme est tenu de respecter son beau-père au même titre qu’il est tenu de respecter son père ? Réponse: Il est enseigné dans le Yalkout Chim’oni: David dit à Chaoul : « Mon père, vois et......

Lire la Halacha

Le Kaddich

Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes), afin de pouvoir dire le Kaddich pour le père ou la mère. De même pour un homme qui perd ......

Lire la Halacha

Le respect des parents après leur disparition

Au même titre qu’un homme est soumis au devoir d’honorer ses parents de leur vivant, ainsi il est soumis au devoir de les honorer après leur disparition. Il est certain qu’il lui est interdit de les mépriser après leur disparition. Il est rapport&eacut......

Lire la Halacha

Se lever devant son père et devant son Rav – La réponse de notre maitre le Rav z.ts.l à son petit-fils

Toutes les règles que nous mentionnons au sujet du respect et de la crainte des parents concernent de façon égale aussi bien le fils vis à vis de son père et de sa mère, que la fille vis-à-vis de son père et de sa mère. Si nous éc......

Lire la Halacha


Sur qui reposent les frais d’entretient des parents ?

Nous avons déjà fais mention du fait que le devoir de Kiboud Av Vaem (Respect des parents) inclus aussi le fait de se soucier de nourrir ses parents selon leur volonté, en particulier lorsque les parents sont très âgés et qu’ils ne peuvent plus s’......

Lire la Halacha

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha