Halacha pour mardi 16 Iyar 5779 21 mai 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Les femmes et l’obligation de la prière

Nous apprenons d’une Michna dans le traité Béra’hot (20b) que les femmes sont soumises à l’obligation de la prière.
La Guémara fait remarquer qu’il y avait apparemment une raison de les en exempter puisqu’il s’agit d’un « commandement positif lié au temps » (une obligation qui dépend du temps, comme l’obligation du Loulav, dont l’accomplissement ne peut se faire qu’à Soukkot, et de ce fait les femmes en sont exemptes).
Cependant, étant donné que la prière est une demande de miséricorde divine, et que les femmes ont elles-aussi besoin de miséricorde d’Hachem, on ne considère donc pas la prière comme une obligation positive liée au temps, et les femmes sont elles-aussi soumises à ce devoir.

Lorsque nous parlons de « prière », il s’agit de la ‘Amida.

Les décisionnaires débattent au sujet du sens des propos de la Guémara citée.
Selon certains décisionnaires, les femmes sont soumises à l’obligation journalière de prier, comme les hommes, et elles doivent elles-aussi prier au moins la ‘Amida de Cha’harit (matin) et celle de Min’ha (après-midi).
Selon d’autres décisionnaires, les femmes ne sont soumises qu’à une seule ‘Amida chaque jour, car le devoir essentiel de prier Hachem est une seule prière chaque jour, et ce n’est que par institution de nos maitres que nous prions 3 prières quotidiennes. Or, les femmes ne sont pas soumises à cette institution de prier 3 prières par jour.

Dans la pratique, selon l’usage des Séfaradim et des originaires du Moyen-Orient, ainsi que selon l’opinion de MARAN l’auteur du Choul’han ‘Arou’h, les femmes ne sont soumises qu’à une seule ‘Amida chaque jour : Cha’harit ou Min’ha ou ‘Arvit, au choix.
Il s’agit là d’une sainte obligation qui incombe sur la femme, et elle ne doit pas s’en dérober.
Mais selon l’usage des Achkénazim, selon certains décisionnaires, les femmes sont soumises à l’obligation de prier Cha’harit et Min’ha.
Concernant ‘Arvit, on peut se montrer souple même pour des femmes Achkénazes, étant donné que cette prière n’a été acceptée en tant qu’obligation que par les hommes et non par les femmes.

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l conseillait que toute femme se fixe une prière régulière chaque jour, Cha’harit ou Minh’a ou ‘Arvit, la même qu’elle priera chaque jour, afin qu’elle ne néglige pas totalement le devoir de prier.
Il est bon et juste que la femme prie la ‘Amida de Cha’harit, en récitant au préalable les bénédictions du matin – qu’elle est tenue de réciter chaque jour (excepté la bénédiction « Ché’assani Kirtsono » que la femme doit réciter sans la mention du nom d’Hachem), et ensuite les bénédictions de la Torah.
Puis, il est juste qu’elle dise au moins le 1er verset du « Chéma’ Israël », suivi du verset « Barou’h Chem Kévod Mal’houto Lé’olam Va’ed ». (Si elle en a la possibilité, elle lira l’intégralité des 3 paragraphes du Chéma’).
Ensuite, elle priera la ‘Amida.

Une femme qui en a la possibilité, est autorisée à prier les 3 prières quotidiennes, Cha’harit, Min’ha et ‘Arvit, même selon l’usage des Séfaradim où les femmes ne récitent jamais la bénédiction sur des obligations desquelles elles sont exemptes.
Malgré tout, au sujet de la prière, elles sont autorisées à prier et à réciter toutes les bénédictions de la ‘Amida, même 3 fois par jour, comme tel était l’usage de femmes très pieuses qui étaient très vigilantes sur le devoir de la prière chaque jour, et ont eu le mérite d’élever des générations de Tsaddikim.

La Rabbanit Sim’ha TSADKA z’’l – la mère du Roch Yéchiva le Gaon Rabbi Yéhouda TSADKA z.ts.l – qui était une femme d’une très grande valeur spirituelle et qui faisait partie de l’élite de la génération, avait une réelle maitrise des lois et de leurs sources. Elle avait l’usage de venir chaque matin à la synagogue au 1er Minyan de Cha’harit et elle terminait sa prière avec les fidèles du 2ème Minyan!
Elle priait les 3 offices quotidiens avec Minyan!
Nous avons constaté cette pieuse attitude chez d’autres femmes justes, puisqu’avec la vieillesse, elle ne sont plus autant occupées à élever les enfants, elles ont donc plus de disponibilité pour prier avec une telle ferveur, et multiplier les supplications devant Hachem, pour elles, leurs enfants et leurs petits-enfants, heureuses soient-elles, heureuse soit leur part.
Cependant, s’il s’agit d’une femme qui doit élever ses enfants, il lui est interdit de les délaisser et de s’adonner à de longues prières (qui ne lui sont pas exigées), ou de lire des Téhilim (sur le compte du temps qu’elle doit consacrer à ses enfants), ou en écoutant des cours toute la journée, car chaque chose a son moment.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles de la prière de rattrapage

Lors des dernières Halachot, nous avons traité du cas de la personne qui a oublié l’une des prières journalières, et nous avons établi que cette personne est tenue de rattraper la prière manquée, en priant 2 fois la ‘Amida lors de l......

Lire la Halacha

Shavou’ot - Le Don de le Torah : Israël et les Anges

Guémara Shabbat (88): Rabbi Yéhoshou’a Ben Levi dit : Lorsque Moshé Rabbenou monta dans les hauteurs (pour aller recevoir la Torah), les Anges du Service Divin s’exclamèrent devant Hashem en disant : « Maître du Monde ! Que vi......

Lire la Halacha

Prier ‘Arvit en guise de « ‘Amida offerte » (Téfilatt Nédava)

Dans les précédente Halacha, nous avons fait mention du cas de celui qui prie la ‘Amida et se souvient soudainement qu’il a déjà prié cet office. Nous avons établit qu’il doit immédiatement interrompre la ‘Amida puisque ses b&e......

Lire la Halacha

Cas pratiques sur la « prière de rattrapage » – Statut des femmes sur ce sujet

Dans les précédentes Halachot diffusées avant Chavou’ot, nous avons expliqué de façon générale le principe de rattraper une prière manquée, principe selon lequel, lorsqu’on a oublié de prier l’une de prièr......

Lire la Halacha


Une personne est en train de prier la ‘Amida et se rappelle qu’elle a déjà prié cet office

Question: Comment faire lorsqu’on est en train de prier la ‘Amida et que l’on se souvient subitement que l’on a déjà prié cet office? Réponse: Nous avons déjà expliqué que selon le strict Din une personne peut prier une &lsq......

Lire la Halacha

La veillée de Chavou’ot

La tradition est répandue au sein de toutes les communautés d’Israël de rester éveillés durant la nuit de Chavou’ot et d’étudier la Torah jusqu’à l’aube, comme il est écrit dans le Zohar Ha-Kadoch : Les premier......

Lire la Halacha

Bénédictions alimentaires et lecture du Chéma’ la nuit de Chavou’ot

Dans la précédente Halacha, nous avons fais mention de la tradition de la veillée de Chavou’ot, durant laquelle nous restons éveillés pour étudier la Torah. Lecture du « Tikkoun » imprimé dans le livre « Kérié ......

Lire la Halacha

Des pains « ‘Halavi » (pétris avec du lait)

Il est expliqué dans la Guémara Péssa’him (36a) que nos maitres ont interdit de pétrir une pâte avec du lait, car il est à craindre que l’on ne porte pas attention à cela et que l’on en vienne à consommer ce pain avec de la via......

Lire la Halacha