Halacha pour vendredi 12 Iyar 5779 17 mai 2019

Pour l'élévation des âmes de:
Mess’od ben Ra’hel Vé-Yossef
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Le Tsaddik Rabbi David ‘Hananya Ben Mazal PINTO
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Questions/Réponses Halacha Yomit - « Nakdicha’h Véna’aritsa’h » - Se mettre en colère contre les enfants – Changer un nom de famille

Recueil de réponses données ces derniers temps

Question: Dans la « Kédoucha » que nous disons lors de la répétition de la ‘Amida, est-il juste de dire « Nakdicha'h Véna’aritsa’h » (forme féminine), ou plutôt « Nakdich’ha Véna’arits’ha (forme masculine)?

Réponse: Notre usage est de dire la formule « Nakdicha'h Véna’aritsa’h ».
Et même si dans la suite du texte de la Kédoucha, la forme masculine apparaît dans les termes « Haméchaléchim Lé’ha Kédoucha », malgré tout, il n’y a pas d’utilité à ce que tout le texte de la Kédoucha soit dans la même formulation verbale.
C’est ce qu’écrivent notre maitre le ‘HYDA dans Chou’t Yossef Omets (chap.10), ainsi que d’autres des grands décisionnaires, pour les sujets qui touches la prière, il ne faut rien modifier dans le but de se conformer aux règles de la grammaire.
Tel est également l’avis du Gaon Rabbi Eliyahou MANi z.ts.l, Rav de la ville de ‘Hévron (il y a environ 200 ans).
Cependant, ces dernières années, certains ont voulu se montrer intelligents dans des Siddourim et des Ma’hzorim, en modifiant pour mettre tout au masculin ou tout au féminin. Mais notre maitre le Rav z.ts.l n’avait pas cet usage.
De même, les grands des générations qui l’ont précédé n’ont pas modifié l’usage traditionnel en vigueur dans la prière, car nous ne connaissons pas la réelle racine des choses instituées par les grands des générations précédentes.
De plus, nous trouvons un très grand nombre d’exemples similaires dans les versets, qui débutent sous forme masculine et qui terminent sous forme féminine, ou bien l’inverse. (Voir Dévarim 31-8 ; Dévarim 32-7 ; Téhilim 120-3).

 

Question: Lorsque j’éduque les enfants, m’est-il permis de parler avec colère en raison de leur conduite négative?

Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Sanhédrin (103b):
« Jette de la crainte parmi les élèves. »
C’est pourquoi, le RAMBAM écrit (chap.4 des règles relatives à l’étude de la Torah) que « lorsque le Rav constate que les élèves s’affaiblissent dans l’étude de la Torah et montre de la paresse, en conséquence de quoi ils ne comprennent pas correctement, il est tenu dans ce cas de se lettre en colère envers eux afin de les motiver et de les empresser. » Fin de citation. La règle est la même pour des parents avec leurs enfants.
Cependant, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l nous raconta un jour une histoire au sujet du Gaon Rabbi Israël SALENTER z.ts.l, dont les élèves s’étaient un jour montrés paresseux dans leur étude. Rabbi Israël cria sur eux avec des paroles de remontrance et de colère. Mais pendant qu’il leur parlait, il se taisait par moment et se retournait vers le mur pour se murmurer des choses à lui-même.
L’un des élèves se trouvait une fois à côté de lui et l’entendit se dire à voix basse:
« Ne pas se mettre en colère dans le cœur, mais uniquement avec la bouche et avec le visage, car celui qui se met en colère est comparable à un idolâtre ! »
Ensuite, il se tournait à nouveau vers ses élèves pour leur faire remontrance.
Notre maitre le Rav z.ts.l termina cette histoire en disant:
« C’est ainsi qu’il faut se comporter ! » (voir ‘Anaf ‘Ets Avot page 358).
Il est important de savoir que selon la loi de la Torah, il est interdit de faire de la peine à un enfant de manière injustifiée selon la loi de la Torah.
Cela signifie qu’il est permis de l’éduquer, mais si on lui fait de la peine gratuitement on s’expose à la transgression d’un interdit de la Torah. (voir Birké Yossef chap.372).

 

Question: Je suis un enfant adopté depuis l’âge de 2 ans. Me serait-il bénéfique de prendre le nom de famille de mes parents adoptifs?

Réponse: Notre maitre le Gaon ‘HYDA écrit (dans le livre Kikar La-Aden sect. du Guimel) qu’il a entendu de la bouches des doyens des Rabbanim de Jérusalem, au sujet du Gaon Rabbi Gabriel Esperenza qui était orphelin des deux parents depuis sa petite enfance. Une femme importante le pris à sa charge, l’éleva et lui offrit des professeurs pour lui enseigner le ‘Houmach, la Michna et le Talmud, et il devint un grand homme. Cette femme s’appelait « Esperenza ». Rabbi Gabriel - qui voulu l’honorer – modifia le nom de sa famille et pris celui de cetta femme, afin de rendre hommage à sa bonté si grande.
C’est pour cela que ces parents, qui vous ont élevé avec autant d’abnégation, et qui vous ont mené vers le Monde futur, méritent que tu ajoute leur nom à ton propre nom, d’un point de vue de reconnaissance et en souvenir de leur bonté envers vous.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

L’interdit de manger et de se laver le jour de Yom Kippour

Quelques règles de Yom Kippour Tout le monde a le devoir de jeûner pour Yom Kippour, y compris les femmes enceintes ou celles qui allaitent. Toute femme qui craint que le jeûne risque de porter atteinte à sa santé, doit consulter une autorité Halachique comp......

Lire la Halacha

L’obligation de manger dans la Souccah

Puisqu’il ne nous reste pas suffisamment de temps pour étudier les règles relatives à la fête de Soukkot, nous allons dès à présent expliquer plusieurs règles nécessaires pour la fête de Soukkot qui approche.   U......

Lire la Halacha

La sortie de Yom Kippour

Augmenter le temps réel de la journée de Yom Kippour (ajouter du ‘Hol sur le Kodech) Il faut retarder la fin de la fête à la sortie de Yom Kippour, en augmentant le temps Kodesh. Cela signifie qu’il ne faut pas faire sortir cette sainte journée à......

Lire la Halacha

L’obligation de consommer un Kazaït dans la Souccah le 1er soir, ainsi que le statut de celui qui souffre de la Souccah.

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué l’interdiction de consommer un repas régulier en dehors de la Soukka durant tous les jours de la fête de Soukkot. Il est important de savoir que la Mitsva de Soukka est propice à protéger l......

Lire la Halacha


La sonnerie du Chofar

Il est un commandement positif (une Mitsvat ‘Assé) ordonné par la Torah d’écouter la sonnerie du Chofar le jour de Rosh Ha-Chana, comme il est dit: « Ce sera pour vous un jour de sonnerie ». Il est interdit de parler entre les différentes sonnerie......

Lire la Halacha

La bonne conduite à adopter pendant les jours de Roch Ha-Chana – L’usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Nous avons la tradition de consommer de la viande grasse, ainsi que des douceurs, le jour de Roch Ha-Chana, comme il est dit dans le livre de Néh’emya: « Allez manger des plats gras, et buvez des boissons aromatisées. Envoyez des cadeaux au nécessiteux, car ce jour e......

Lire la Halacha

Le « Tachlih’ » - Usage de notre maitre le Rav z.ts.l – Le statut des femmes

Le 1er jour de Roch Ha-Chana, après l’office de Minh’a, nous avons la tradition d’aller au bord de la mer ou au bord d’un fleuve, ou bien à côté d’une source d’eau vive, ou à côté d’un puits, afin de réci......

Lire la Halacha

L’allumage des Nérott de Roch Ha-Chana

La veille du 1er Yom Tov (jour de fête) de Roch Ha-Chana, comme c’est le cas pour les veilles de Chabbat, nous allumons des Nérott (veilleuses ou bougies) avant le coucher du soleil, lorsqu’il fait encore jour.  Pour la veille de Roch Ha-Chana ou de tout autre Yom Tov,......

Lire la Halacha