Halacha pour mercredi 3 Iyar 5779 8 mai 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

L’honneur de la Torah – L’enterrement du donateur (Une histoire extraordinaire !)

Nous avons récemment cité l’enseignement des Pirké Avot (chap.4):
« Rabbi Yossé dit: « Celui qui honore la Torah, se verra honoré par les gens. »
Cela signifie que lorsqu’un homme reconnait la valeur de la Torah, qu’il honore la sainte Torah ainsi que les sages de la Torah, mérite d’être lui aussi honoré aux yeux des gens.

Un fait s’est produit il y a environ un an aux Etats-Unis.
Un Avre’h (chef de famille étudiant dans un Kolel) qui habite la région de New York, décida avec son épouse qu’ils ne passeraient pas la fête de Roch Ha-Chana chez eux cette année, mais qu’ils iraient la passer dans une autre ville.
L’épouse dit à son mari:
« Puisque j’ai l’usage chaque année de me rendre la veille de Roch Ha-Chana sur la tombe de mes parents dans la région voisine du New Jersey, et que je ne pourrais pas le faire cette année, je vais m’efforcer de m’y rendre quelques jours avant la veille de Roch Ha-Chana, afin de maintenir mon usage. »

Durant le mois de Eloul, notre Avre’h et son épouse se trouvaient en voyage dans le New Jersey, lorsque soudain l’épouse se souvint de ses propos, selon lesquels dès que la chose sera possible elle se rendrait sur la tombe de ses parents.
Ils se rendirent immédiatement au cimetière et prièrent sur la tombe des parents de l’épouse. Lorsqu’ils furent sur le point de partir, ils aperçurent un attroupement de juifs à proximité du cimetière. Ces gens appelèrent l’Avre’h et lui dirent:
« Peux-tu s’il te plait te joindre à nous un moment, car nous sommes venus enterrer un défunt qui n’a ni parent ni famille, et nous désirons dire le Kaddich avant son enterrement. »
L’Avre’h accepta avec empressement car une grande Mitsva se présentait à lui.
L’épouse attendit sur le côté, et l’Avre’h se joint au Minyan pendant que le responsable de la ‘Hévra Kaddicha prononça le Kaddich pour l’élévation de l’âme du défunt isolé.
Ensuite, ils firent descendre le corps dans la tombe, mais que ne fut la stupéfaction de l’Avre’h lorsqu’il constata que les gens de la ‘Hévra Kaddicha ne recouvraient pas le défunt avec la terre, mais s’en allaient tout bonnement.
L’Avre’h leur demanda:
« Mais que faites-vous ?! Pourquoi ne recouvrez-vous pas le défunt ?! »
Ils lui répondirent que selon leur usage, un tracteur allait arriver d’ici quelques minutes, et il se chargera de recouvrir la tombe avec sa pelleteuse.
L’Avre’h fut complètement perturbé de ce qu’il entendit.
Il n’était pas concevable que l’on recouvre ce pauvre juif ainsi!
Il décida de rester sur place et voir ce qu’il adviendrait.

Quelques minutes plus tard, il entend le bruit d’un moteur, et en effet, il s’agissait bien d’un petit tracteur, conduit par un non-juif, qui venait recouvrir la tombe.
L’Avre’h s’adressa au chauffeur du tracteur et lui dit:
« Accepterais-tu de me donner une pelle, afin que je recouvre moi-même la tombe ? »
Le chauffeur lui répondit:
« Sans problème ! Voici la pelle, prend la et fais ce que tu désires. »
Et notre Avre’h recouvrit lui-même la tombe durant environ une demi-heure, au moyen de la pelle. Puis, il fixa l’écriteau avec le nom du défunt, que les gens de la ‘Hévra Kaddicha avait laissé sur place.
Ensuite l’Avre’h s’en alla avec son épouse, tout en étant tous les deux troublés de l’évènement étrange qui s’était placé sur leur chemin, car ils n’avaient pas envisagé de se rendre exclusivement ce jour là au cimetière, et ils venaient à présent d’avoir le mérite d’honorer ce défunt en l’accompagnant vers sa dernière demeure.
Mais ils n’avaient pas la moindre possibilité de savoir de qui il s’agissait.

Quelques jours plus tard, l’Avre’h téléphona à l’un de ses Rabbanim à la Yéchiva où il avait étudié dans sa jeunesse (la Yéchiva « Ner Israël » à Baltimore), afin de lui souhaiter « Chana Tova ». En discutant avec son Rav, il lui raconta ce qui lui était arrivé ce jour là. Lorsque l’Avre’h mentionna le nom du défunt, son Rav poussa un cri au téléphone, et il lui dit:
« Saches qu’il y a quelques années, lorsque tu es venu étudier ici à la Yéchiva, tes parents n’ont pas accepté d’assumer les frais de tes études. Je me suis alors adressé à quelqu’un et je lui ai proposé de prendre à sa charge les frais de toutes tes années d’étude à la Yéchiva, et il accepta. Cet homme n’avait absolument pas d’enfants, et il s’agit de l’homme que tu as mentionné !!
Il allait être enterré sans le moindre honneur, mais depuis le Ciel, les choses ont été orientées, et tu as eu le mérite de lui rendre le bien qu’il t’a fait, en l’enterrant de tes propres mains dans la dignité, dans une sépulture juive. »

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

כך משך שבתי צבי אלפי יהודים לאסלאם
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le moment à partir duquel on peut prier Chah’aritt (la prière du matin)

A la demande de nombreuses personnes: A partir de quand est-il permis de prier l’office du matin? De nombreuses personnes sont tenues de se présenter sur leur lieu de travail très tôt le matin, et nous devons savoir quand leur est-il permis de commencer la prière d......

Lire la Halacha

L’ordre dans lequel doivent prier des employés (le matin)

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’il est interdit Léh’atéh’ila (à priori) de prier l’office du matin avant le 1er rayon de soleil. Cependant, nous avons également précisé que les personnes qui son......

Lire la Halacha

Se lever lors des bénédictions du matin

Question: Y a-t-il une obligation de se lever lorsqu’on récite les bénédictions du matin, ainsi que pour les bénédictions de la Torah? Réponse: Il existe des bénédictions que l’on est tenu de réciter debout.  La......

Lire la Halacha

Demandes personnelles de façon régulière

Question: Il a été expliqué dans la Halacha Yomit qu’il est permis d’ajouter des demandes personnelles dans les bénédictions de la ‘Amida. Est-il permis de le faire de façon régulière, en ajoutant constamment chaque jour un......

Lire la Halacha


Demandes personnelles dans la ‘Amida – L’attitude de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-ce que tout le monde est autorisé à ajouter des demandes personnelles dans la ‘Amida ? Comment faut-il se comporter sur ce point? Réponse: Dans la Guémara Bérah’ot (34a), nos maitres ont débattu au sujet du fait d’ajouter d......

Lire la Halacha

Prier pour des sujets spirituels – Rabbénou Moché AL CHEIKH

Nous avons expliqué dans le passé, au nom de notre grand maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l au sujet du texte de « Ha-Ra’haman » que nous disons à la fin du Birkat Ha-Mazon « Ha-Ra’haman Hou Yéfarnessénou Bé-Héter V&eacut......

Lire la Halacha

La Mitsva de compter le ‘Omer

Il est écrit dans la Torah (Vayikra 21 – 15): « Vous compterez pour vous, dès le lendemain du Chabbat, depuis le jour où vous apporterez le ‘Omer du balancement, 7 semaines pleines. » Selon l’explication transmise à nos maitres ......

Lire la Halacha

Questions/Réponses Halacha Yomit - Dire « Bonjour » le matin, avant la prière – La bénédiction sur la purée – Une circoncision au rayon laser

Recueil de réponses données ces derniers temps Question: Est-il permis de dire « Bonjour » le matin avant la prière? Réponse: Il est expliqué dans la Guémara Béra’hot (14a) qu’il est interdit de dire « Chalom »......

Lire la Halacha