Halacha pour mercredi 3 Iyar 5779 8 mai 2019

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

L’honneur de la Torah – L’enterrement du donateur (Une histoire extraordinaire !)

Nous avons récemment cité l’enseignement des Pirké Avot (chap.4):
« Rabbi Yossé dit: « Celui qui honore la Torah, se verra honoré par les gens. »
Cela signifie que lorsqu’un homme reconnait la valeur de la Torah, qu’il honore la sainte Torah ainsi que les sages de la Torah, mérite d’être lui aussi honoré aux yeux des gens.

Un fait s’est produit il y a environ un an aux Etats-Unis.
Un Avre’h (chef de famille étudiant dans un Kolel) qui habite la région de New York, décida avec son épouse qu’ils ne passeraient pas la fête de Roch Ha-Chana chez eux cette année, mais qu’ils iraient la passer dans une autre ville.
L’épouse dit à son mari:
« Puisque j’ai l’usage chaque année de me rendre la veille de Roch Ha-Chana sur la tombe de mes parents dans la région voisine du New Jersey, et que je ne pourrais pas le faire cette année, je vais m’efforcer de m’y rendre quelques jours avant la veille de Roch Ha-Chana, afin de maintenir mon usage. »

Durant le mois de Eloul, notre Avre’h et son épouse se trouvaient en voyage dans le New Jersey, lorsque soudain l’épouse se souvint de ses propos, selon lesquels dès que la chose sera possible elle se rendrait sur la tombe de ses parents.
Ils se rendirent immédiatement au cimetière et prièrent sur la tombe des parents de l’épouse. Lorsqu’ils furent sur le point de partir, ils aperçurent un attroupement de juifs à proximité du cimetière. Ces gens appelèrent l’Avre’h et lui dirent:
« Peux-tu s’il te plait te joindre à nous un moment, car nous sommes venus enterrer un défunt qui n’a ni parent ni famille, et nous désirons dire le Kaddich avant son enterrement. »
L’Avre’h accepta avec empressement car une grande Mitsva se présentait à lui.
L’épouse attendit sur le côté, et l’Avre’h se joint au Minyan pendant que le responsable de la ‘Hévra Kaddicha prononça le Kaddich pour l’élévation de l’âme du défunt isolé.
Ensuite, ils firent descendre le corps dans la tombe, mais que ne fut la stupéfaction de l’Avre’h lorsqu’il constata que les gens de la ‘Hévra Kaddicha ne recouvraient pas le défunt avec la terre, mais s’en allaient tout bonnement.
L’Avre’h leur demanda:
« Mais que faites-vous ?! Pourquoi ne recouvrez-vous pas le défunt ?! »
Ils lui répondirent que selon leur usage, un tracteur allait arriver d’ici quelques minutes, et il se chargera de recouvrir la tombe avec sa pelleteuse.
L’Avre’h fut complètement perturbé de ce qu’il entendit.
Il n’était pas concevable que l’on recouvre ce pauvre juif ainsi!
Il décida de rester sur place et voir ce qu’il adviendrait.

Quelques minutes plus tard, il entend le bruit d’un moteur, et en effet, il s’agissait bien d’un petit tracteur, conduit par un non-juif, qui venait recouvrir la tombe.
L’Avre’h s’adressa au chauffeur du tracteur et lui dit:
« Accepterais-tu de me donner une pelle, afin que je recouvre moi-même la tombe ? »
Le chauffeur lui répondit:
« Sans problème ! Voici la pelle, prend la et fais ce que tu désires. »
Et notre Avre’h recouvrit lui-même la tombe durant environ une demi-heure, au moyen de la pelle. Puis, il fixa l’écriteau avec le nom du défunt, que les gens de la ‘Hévra Kaddicha avait laissé sur place.
Ensuite l’Avre’h s’en alla avec son épouse, tout en étant tous les deux troublés de l’évènement étrange qui s’était placé sur leur chemin, car ils n’avaient pas envisagé de se rendre exclusivement ce jour là au cimetière, et ils venaient à présent d’avoir le mérite d’honorer ce défunt en l’accompagnant vers sa dernière demeure.
Mais ils n’avaient pas la moindre possibilité de savoir de qui il s’agissait.

Quelques jours plus tard, l’Avre’h téléphona à l’un de ses Rabbanim à la Yéchiva où il avait étudié dans sa jeunesse (la Yéchiva « Ner Israël » à Baltimore), afin de lui souhaiter « Chana Tova ». En discutant avec son Rav, il lui raconta ce qui lui était arrivé ce jour là. Lorsque l’Avre’h mentionna le nom du défunt, son Rav poussa un cri au téléphone, et il lui dit:
« Saches qu’il y a quelques années, lorsque tu es venu étudier ici à la Yéchiva, tes parents n’ont pas accepté d’assumer les frais de tes études. Je me suis alors adressé à quelqu’un et je lui ai proposé de prendre à sa charge les frais de toutes tes années d’étude à la Yéchiva, et il accepta. Cet homme n’avait absolument pas d’enfants, et il s’agit de l’homme que tu as mentionné !!
Il allait être enterré sans le moindre honneur, mais depuis le Ciel, les choses ont été orientées, et tu as eu le mérite de lui rendre le bien qu’il t’a fait, en l’enterrant de tes propres mains dans la dignité, dans une sépulture juive. »

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha


Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

L’obligation de manger dans la Souccah – Le Corona

Un repas régulier Pendant les jours de la fêtes de Souccot – aussi bien la journée que la nuit – il est interdit de consommer un « repas régulier » (Se’oudat Kéva’) en dehors de la Souccah. La mesure d’un « repas r&e......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha

Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha