Halacha pour vendredi 5 Iyar 5779 10 mai 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Questions/Réponses Halacha Yomit - Un « Ba’al Bérit » pendant le ‘Omer – Un Bar Mitsva pendant le ‘Omer – S’imposer une épreuve

Recueil de réponses données ces derniers temps

Question: Nous avons eu un garçon. M’est-il permis de me couper les cheveux le jour de la Mila qui aura lieu ce dimanche?

Réponse: Même si l’on ne doit pas se couper les cheveux durant la période du ‘Omer, malgré tout, le RAMA écrit (chap.493-2) que les « Ba’alé Bérit » - qui sont le Sandak (celui qui porte l’enfant sur ses genoux pendant la Mila), le père de l’enfant ainsi que le Mohel (celui qui pratique la Mila) sont autorisés à se couper les cheveux le jour de la Mila. C’est également ainsi que tranche notre maitre le Rav z.ts.l (Hazon Ovadia-Yom Tov page 264). Si la Mila tombe un dimanche, il est même permis dans ce cas aux Ba’alé Bérit de se couper les cheveux le vendredi qui précède, car ils n’auront pas le temps de le faire le dimanche. C’est ainsi que tranchent de nombreux décisionnaires cités par notre maitre le Rav z.ts.l.

 

Question: Mon fils devient Bar Mitsva pendant la période du ‘Omer. Est-il autorisé à se couper les cheveux en l’honneur de la Bar Mitsva?

Réponse: Cette question fut posée au Gaon auteur du Chou’t Michné Halachot (vol.6 chap.45), et il répondit qu’il n’est pas possible d’autoriser un Bar Mitsva à se couper les cheveux le jour où il devient Bar Mitsva (pendant le ’Omer), car si l’on dit qu’il lui est permis de le faire, nous le comparons donc véritablement à un ‘Hatan le jour de son mariage, et nous pourrons alors aussi dire que l’on ne dit pas « Ta’hanoun’ à la synagogue en présence du Bar Mitsva, comme c’est le cas pour un ‘Hatan. Or, nous n’avons jamais entendu que l’on exempte l’assemblée de Ta’hanoun en présence d’un Bar Mitsva.
Mais notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l (ibid. page 266) écrit que dans nos communautés (Séfarades), l’usage est effectivement de ne pas dire Ta’hanoun à la synagogue en présence d’un Bar Mitsva. Il mentionne que tel est l’usage à Jérusalem, et tel était l’usage en Egypte, ainsi que dans de nombreux pays, et le Bar Mitsva est considéré comme un ‘Hatan.
Selon cela, il semble qu’il en est de même concernant la coupe de cheveux pendant la période du ‘Omer, puisque l’interdit n’est que du point de vue de la tradition, le Bar Mitsva est autorisé à se couper les cheveux le jour où il a 13 ans, même pendant le ‘Omer.

 

Question: M’est-il permis de m’imposer une épreuve, afin de la surmonter et ainsi m’élever?

Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Sanhédrin (107a):
L’homme ne doit jamais s’introduire lui-même dans une épreuve, car le roi David a dit : « Eprouve-moi Hachem et teste-moi. » Ce qui signifie qu’il demanda à Hachem de l’introduire dans une épreuve, et finalement il trébucha avec Bat Chéva’.
C’est alors qu’il dit : « Tu as sondé mon cœur, tu m’as examiné pendant la nuit, tu m’as mis à l’épreuve, que ne soit trouvée en moi aucune pensée qui ne doive passer par ma bouche. ». Cela signifie que le roi David dit finalement : Si seulement j’avais des rênes dans la bouche pour empêcher mes paroles, je n’aurais jamais dit « Eprouve-moi Hachem et teste-moi », car l’épreuve l’a mené à la faute.
C’est le sens de l’enseignement de nos maitres dans Pirké Avot (chap.2):
« Ne crois pas en toi-même, jusqu’au jour de ta mort. »

8 Halachot Les plus populaires

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha

Lorsque le père renonce à son respect et à sa crainte

Les sujets que nous allons traiter aujourd’hui sont des plus fondamentaux dans les règles relatives au devoir du respect des parents.  Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué plusieurs principes relatifs au respect du père et de la mè......

Lire la Halacha


Les boissons alcoolisées (Cognac ; Brandy ; Champagne) – Les juifs naufragés

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué la règle selon laquelle nos maîtres ont décrété une sévère interdiction sur le vin des non-juifs, qui inclus non seulement un interdit de le consommer, mais aussi un interdit d&......

Lire la Halacha

Introduction aux lois de respect des parents – La relation de notre maitre le Rav z.ts.l avec sa mère z’’l

Il y a plusieurs années, nous avions traité des lois de respect des parents, mais puisque nombreux de nos lecteurs nous demandent souvent de clarifier plusieurs points concernant ces règles, nous avons décidé de consacrer les jours à venir à apporter ......

Lire la Halacha

Le statut d’un juif qui profane Chabbat, vis-à-vis du vin

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué le principe de l’interdiction de « Stam Yénam » (un simple vin des non-juifs), sur lequel nos maîtres ont décrété une interdiction à la consommation et au profit. De m&e......

Lire la Halacha

Le vin « Mévouchal » vis-à-vis de celui qui profane Chabbat

Nous avons expliqué dernièrement qu’une personne qui profane Chabbat en public, interdit le vin par le touché, comme un non-juif. Ceci, malgré le fait qu’il est juif et qu’il préserve sa sainteté de juif, comme nous l’avons expliqu&ea......

Lire la Halacha