Halacha pour lundi 11 Adar II 5779 18 mars 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

« Dans chaque famille »

Il est dit dans la Méguilatt Esther:
« Afin de commémorer et de célébrer ces jours de génération en génération, dans chaque famille, dans chaque province et dans chaque ville, et de ne pas laisser disparaitre ces jours de Pourim du milieu des juifs, ni s'en effacer le souvenir du milieu de leurs descendants. » (Esther 9-28)
Rachi: dans chaque famille. On se réuni pour manger et boire ensemble. C’est ainsi qu’ils prirent sur eux que les jours de Pourim « ne disparaîtront pas ».

Cela signifie que les juifs de l’époque de Mordé’haï et Esther prirent sur eux que dans toutes les générations à venir les membres de la famille devront se réunir, car lorsque les membres d’une famille se réunissent, la joie grandit, comme nous le faisons à l’occasion de fêtes ou de repas, et le jour de Pourim il est un devoir de se réjouir.

C’est pourquoi, l’auteur du livre Séder Ha-Yom écrit que lors du repas de Pourim, on doit tarder à table un peu plus que d’habitude, et l’on doit recevoir tous les membres du foyer, ainsi que ses amis à table, comme on le fait lorsqu’on se réunis pour des fêtes lorsqu’on reçoit de nombreuses personnes pour prendre le repas ensemble. Et ainsi la joie se multiplie. Mais lorsqu’une personne reste seule et isolée, il est impossible de se réjouir correctement.
Les décisionnaires citent les propos du Séder Ha-Yom.
Par conséquent, chacun doit faire son possible et s’efforcer d’inviter des amis et des proches qui craignent Hachem, à venir prendre le repas avec sa famille, et ils se réjouiront ensemble en exprimant leur reconnaissance à Hachem pour Ses miracles envers nous au quotidien.

Lorsque le repas de Pourim dure jusqu’à la sortie de Pourim
Les décisionnaires débattent sur le cas où l’on prend le repas de Pourim, et que ce repas se prolonge jusqu’à la sortie de Pourim. Doit-on dans ce cas mentionner « ‘Al Ha-Nissim » dans le Birkat Ha-Mazon ou pas?
Ce cas se pose également chaque semaine, lorsque la Sé’ouda Chélichitt du Chabbat se prolonge jusqu’à la sortie de Chabbat, doit-on dans ce cas mentionner « Rétsé Vaha’halitsénou » dans le Birkat Ha-Mazon ou pas?

Selon le Oré’hott ‘Haïm au nom de Rébbénou Its’hak de Korbil, même si le repas de Pourim se prolonge jusque tard dans la nuit, il faut mentionner « ‘Al Ha-Nissim » dans le Birkatt Ha-Mazon.
Telle est également l’opinion du Hagahott Maïmoni (chap.2 des règles relatives à la Méguila) au nom du Maharam de Rotenbourg.
Mais selon le ROCH, dans une Responsa (règle 22 chap.6), si le jour de Pourim est déjà sorti, on ne mentionne plus « ‘Al Ha-Nissim » dans le Birkatt Ha-Mazon, car ce moment ne fait pas partie de Pourim, et il n’est plus approprié de dire les termes « .. que tu as prodigué à nos ancêtres, en ces jours, en ce moment. »

Le TOUR (chap.695) tranche selon l’avis du ROCH, et si le repas de Pourim se prolonge jusqu’à la nuit, on ne dit plus « ‘Al Ha-Nissim » dans le Birkatt Ha-Mazon.

MARAN cite dans le Beit Yossef les propos de tous ces décisionnaires, et tranche dans le Choul’han ‘Arou’h au sujet de Chabbat que si l’on consomme la Sé’ouda Chélichitt jusqu’à la sortie de Chabbat, on mentionne malgré tout « Rétsé Véha’halitsénou » dans le Birkatt Ha-Mazon. De même, MARAN tranche au sujet de Pourim (chap.695) que si l’on a entamé le repas de Pourim lorsqu’il faisait jour, mais que le repas s’est prolongé jusqu’à la nuit, on dit « ‘Al Ha-Nissim » dans le Birkatt Ha-Mazon, car nous nous basons toujours sur le début du repas.
Telle est la Halacha, aussi bien selon l’usage des Séfaradim que celui des Achkénazim, si le repas se prolonge jusque tard dans la nuit, il faut mentionner « ‘Al Ha-Nissim » dans le Birkatt Ha-Mazon, même si ce moment n’est plus réellement le jour e Pourim, malgré tout, ce repas est relatif au moment de Pourim.

Si quelqu’un a oublié de mentionner « ‘Al Ha-Nissim » à Pourim, il ne recommence pas, ni pour le Birkatt Ha-Mazon, ni pour la ‘Amida.

8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

L’interdiction de la viande et du lait

Il est dit à 3 reprises dans notre sainte Torah: « Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère. » (Chémot chap.23 et 34. Dévarim 14).  Nos maîtres commentent dans la Guémara H‘oulin (114a): Une fois pour nous indiq......

Lire la Halacha


La bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement

Question: Quand doit-on réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement? Doit-on la réciter lors de l’achat, ou bien au moment où l’on porte véritablement le vêtement? De plus, doit-on r&eacu......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année? Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de &......

Lire la Halacha

Réciter la Bérah’a de Chéhéh’éyanou sur des fruits greffés

Question: Faut-il réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou lorsque l’on consomme pour la première fois dans l’année des agrumes comme un pamplemousse ou une orange? Réponse: Nous devons tout d’abord introduire l......

Lire la Halacha

Réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur des fruits de la même espèce

Dans la Halacha précédente, nous avons mentionné qu’il faut réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou avant de consommer un fruit pour la première fois de l’année, et ce, même s’il s’agit d......

Lire la Halacha