Halacha pour mercredi 29 Adar 5779 6 mars 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

« Celui dont les fautes sont couvertes »

Question: Un repentant (Ba’al Téchouva) a commis dans le passé de nombreuses fautes, et a trébuché également sur l’idolâtrie, puis s’est repenti sincèrement. A-t-il le droit de raconter à d’autres personnes l’histoire de sa vie?

Réponse: Il est dit dans le livre de Téhilim (32-1): « … Heureux qui a porté les fautes, et dont les péchés sont couverts ».
Cela signifie : Heureux cet homme dont on ignore les fautes commises dans le passé.
C’est à partir de ce verset que Rav Cahana apprend dans la Guémara (Béra’hott 34b):
« Je considère comme effronté celui qui raconte ses fautes, car il est dit : « … Heureux qui a porté les fautes, et dont les péchés sont couverts ».
Les fautes doivent restées « couvertes », ce qui signifie « cachées » d’autrui.

Rachi explique dans la Guémara Yoma (86b) que cette discrétion en matière de fautes commises, a pour raison l’honneur d’Hachem.
En effet, il est souhaitable de cacher la faute, car plus quelqu’un commet des fautes de manière flagrante, plus l’honneur d’Hachem se diminue. (fin de citation de Rachi).
Lorsque les gens voient quelqu’un fauter, la crainte d’Hachem se refroidie en eux, et l’honneur d’Hachem diminue. Ce qui n’est pas le cas lorsque les gens ignorent les fautes d’une personne, il n’y a pas réellement de profanation du Nom d’Hachem.

Il semble à partir de là qu’il est préférable de cacher les fautes.
C’est ainsi que tranche le RAMBAM (chap.2 des règles relatives au repentir) qu’il est considéré comme de l’effronterie de dévoiler à autrui les fautes que l’on a commises envers Hachem. On doit au contraire se repentir devant Hachem en détaillant ses fautes (uniquement à Hachem), et les avouer. (Ce sujet possède de nombreuses nuances, et nous n’écrirons les choses que de manière globale).

Cependant, il est expliqué dans la Guémara Sotta (32b) que la Torah ordonne à celui qui a commis (involontairement) la faute de l’idolâtrie, d’offrir en sacrifice au Temple une chèvre, qui était le sacrifice spécifique pour expier la faute involontaire de l’idolâtrie.
La Guémara demande : Pourtant, lorsque le fauteur apporte une chèvre au Temple, tout le monde sait qu’il l’apporte parce qu’il a commis la faute de l’idolâtrie (car pour d’autres fautes, le fauteur pouvait apporter d’autres types d’offrandes pour lesquelles on pouvait penser qu’il ne s’agissait pas d’un sacrifice expiatoire, mais d’un sacrifice intégralement dédié à Hachem, comme une « ‘Ola »).
La Guémara répond qu’étant donné que cette personne à commis la gravissime faute de l’idolâtrie, Hachem ordonne d’apporter un tel sacrifice spécifique, afin que tout le monde sache la faute qu’il a commise, ce qui lui fera éprouver de la honte, et ainsi sa faute sera expiée.

Nous apprenons de là que si l’on a trébuché sur la faute de l’idolâtrie et que l’on s’est repenti, l’expiation de cette faute nécessite la honte.
C’est ainsi qu’il est expliqué dans une Michna du traité Méguila (25a), qu’il y a certains passages de la Torah que l’on ne traduisait pas en Targoum (araméen) en public, afin de ne pas humilier celui qui était concerné par la faute mentionnée dans ce texte (par exemple, on ne traduisait pas le texte qui relate la faute de Amnon fils du Roi David, par respect pour le Roi David).
En revanche, la Michna enseigne que l’on lisait et traduisait le texte qui relate la faute du Veau d’Or.
La Guémara explique que même si la lecture de ce texte pouvait causer de la honte à Israël, malgré tout, la chose leur est bénéfique afin que cette honte leur fasse expier leur faute.
Nous constatons également d’ici que pour expier la faute de l’idolâtrie (le Veau d’Or), il est nécessaire de diffuser la faute, afin qu’elle soit pardonnée.

C’est pourquoi, dans notre cas où ce repenti a également commis la faute de l’idolâtrie, il y a en réalité une raison valable à raconter à autrui ce qu’il a fait, afin que sa faute lui soit pardonnée.
Cependant, tout ceci est juste uniquement s’il raconte à quelques personnes, de sorte qu’il éprouve de la honte de ce qu’il a fait, et qu’il souffre de ses actes qu’il regrette amèrement, dans ce cas il n’y a pas de profanation du Nom d’Hachem, puisque dès que l’on entend ce qui s’est passé, on constate la souffrance et les regrets du fauteur.
Mais s’il raconte les chose avec calme, et à fortiori s’il éprouve une satisfaction de ce qu’il raconte, il lui est interdit de le faire, car il y a là la profanation du Nom d’Hachem.
Le Cha’aré Téchouva (sur Choul’han ‘Arou’h O.H chap.607) cite au nom du Gaon auteur du Panim Méirott qu’il ne faut jamais divulguer des fautes devant de nombreuses personnes, même celle de l’idolâtrie.
Il explique son opinion sur ce point.
Quoi qu’il en soit, si le fauteur raconte avec regrets et explique qu’il a même subit des malheurs en conséquence de ce qu’il a fait, en particulier s’il atteste qu’il fut même châtié pour ce qu’il a fait (voir Beit Ha-Levy sur Bérechit chap.18), et qu’il raconte en présence de peu de gens, on ne doit pas lui faire de remarque dans ces conditions.
Mais s’il se contente de raconter de manière ordinaire, en particulier devant de nombreuses peronnes, il est certain qu’il lui est interdit de le faire.
(Réponse rédigée par le Gaon Rabbi Ya’akov SASSON Chlita).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le moment à partir duquel on peut prier Chah’aritt (la prière du matin)

A la demande de nombreuses personnes: A partir de quand est-il permis de prier l’office du matin? De nombreuses personnes sont tenues de se présenter sur leur lieu de travail très tôt le matin, et nous devons savoir quand leur est-il permis de commencer la prière d......

Lire la Halacha

Demandes personnelles de façon régulière

Question: Il a été expliqué dans la Halacha Yomit qu’il est permis d’ajouter des demandes personnelles dans les bénédictions de la ‘Amida. Est-il permis de le faire de façon régulière, en ajoutant constamment chaque jour un......

Lire la Halacha

Demandes personnelles dans la ‘Amida – L’attitude de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-ce que tout le monde est autorisé à ajouter des demandes personnelles dans la ‘Amida ? Comment faut-il se comporter sur ce point? Réponse: Dans la Guémara Bérah’ot (34a), nos maitres ont débattu au sujet du fait d’ajouter d......

Lire la Halacha

Prier pour des sujets spirituels – Rabbénou Moché AL CHEIKH

Nous avons expliqué dans le passé, au nom de notre grand maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l au sujet du texte de « Ha-Ra’haman » que nous disons à la fin du Birkat Ha-Mazon « Ha-Ra’haman Hou Yéfarnessénou Bé-Héter V&eacut......

Lire la Halacha


La Mitsva de compter le ‘Omer

Il est écrit dans la Torah (Vayikra 21 – 15): « Vous compterez pour vous, dès le lendemain du Chabbat, depuis le jour où vous apporterez le ‘Omer du balancement, 7 semaines pleines. » Selon l’explication transmise à nos maitres ......

Lire la Halacha

Le moyen pour un agreement des prières

Question: Quel est le sens de l’enseignement : « Ne fais pas de ta prière un poids »? Les prières ne sont-elles pas fixées 3 fois par jour? Y a-t-il un moyen particulier pour l’acceptation des prières?  Réponse: Conce......

Lire la Halacha

Se servir d’un livre Kodech (saint)

Question: Est-il permis de se servir d’un livre Kodech comme support pour y poser un autre livre que l’on désire consulter plus confortablement? Réponse: Certains ont l’usage de prendre un livre Kodech, par exemple un livre de Michanyot, afin d’y poser un aut......

Lire la Halacha

Lorsqu’on a le doute si l’on a compté le ‘Omer ou non

Nous avons déjà eu l’occasion d’expliquer le cas de celui qui a oublié de compter un jour du ‘Omer, et nous avions précisé que cette personne n’est pas autorisée à poursuivre son compte avec la bénédiction pendant......

Lire la Halacha