Halacha pour jeudi 2 Adar 5779 7 février 2019

Pour l'élévation de l'âme de  Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala

Pour l'élévation de l'âme de  Rivka Bat Rachel Léa

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

La bénédiction de Chéhéhé’yanou sur l’accomplissement d’une Mitsva pour la première fois

Question: Dans notre communauté, nous avons une tradition selon laquelle lorsqu’une fille atteint l’âge de la « Bat Mitsva » (12 ans), elle accomplit pour la première fois le devoir du prélèvement de la H’alla, et à cette occasion elle récite aussi la bénédiction de Chéhéhé’yanou avant de prélever. Cette tradition est-elle juste selon la Halacha?

Réponse: Il est écrit dans le Séfer Ha-Rokéyah’ (chap.371):
« Toute Mitsva dont l’accomplissement incombe l’individu, il faut réciter la bénédiction de Chéhéhé’yanou la première fois qu’on accomplit cette Mitsva.. »
Le livre H’allat Leh’em (chap.7) écrit que dans sa région, les femmes ont la tradition de faire réciter la bénédiction de Chéhéhé’yanou à une nouvelle mariée qui prélève la H’alla pour la première fois. Cette tradition est citée dans d’autres ouvrages de nos maîtres les décisionnaires des récentes générations. Selon cette tradition, il semble également que pour toute Mitsva que l’on accomplit pour la première fois de sa vie, on doit réciter la bénédiction de Chéhéhé’yanou. De même, un Ba’al Téchouva qui accomplit les Mitsvot pour la première fois de sa vie, doit réciter la bénédiction de Chéhéhé’yanou pour chaque Mitsva qu’il accomplit pour la première fois.

Cependant, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit dans son livre H’azon Ovadia-Téroumot OuMa’assrot récemment publié (page 189) que cette tradition n’est pas juste selon la Halah’a car le RAMBAM écrit dans une responsa que lorsqu’on prélève la H’alla ou les différents prélèvements agricoles pour la première fois de sa vie, on ne récite pas la bénédiction de Chéhéhé’yanou. De plus, les propos du Sefer Ha-Rokéyah’ mentionnés plus haut font l’objet d’une divergence d’opinion Halah’ique parmi les décisionnaires médiévaux.

Ainsi écrivent également les Guéonim dans leurs responsa, que l’on récite la bénédiction de Chéhéhé’yanou uniquement pour une chose qui procure une joie et une satisfaction physique, comme un fruit nouveau ou un vêtement nouveau, ou bien une chose qui se manifeste par période. Mais pour une chose qui ne dépend d’aucune période particulière, et qui ne procure aucune satisfaction physique, comme toute Mitsva que l’on accomplit pour la première fois de sa vie, on ne récite pas la bénédiction de Chéhéhé’yanou.

Notre maître le Rav z.ts.l rapporte que tel est l’avis des grands décisionnaires des générations récentes, qu’on ne récite pas la bénédiction de Chéhéhé’yanou lorsqu’on prélève la H’alla pour la première fois. De même pour toute autre Mitsva que l’on accomplit pour la première fois.

Similairement, une nouvelle mariée qui s’immerge pour la première fois dans le Mikvé à l’approche de son mariage, ne doit pas réciter la bénédiction de Chéhéhé’yanou sur cette première immersion, car dans ce cas la bénédiction est récitée en vain selon l’opinion de la majorité des décisionnaires. Même si une communauté à l’usage de faire réciter cette bénédiction aux nouvelles mariées, il est souhaitable d’abolir cette tradition (Taharat Ha-Baït vol.2 page 534).

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

זמן ברית המילה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La confiance en Hachem – le mariage du MAHARAL de Prague

Question: Est-ce que la confiance en Hachem aidera même une personne qui ne mérite pas sa bonté? Réponse: On a demandé dans la Guémara Ménah’ot (29b) : Quel est le sens du verset (Yécha’ya 26) : « Mettez votre......

Lire la Halacha

Refus d’aller devant un tribunal rabbinique

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué la grave interdiction de se faire juger devant des tribunaux civils ou non-juifs. La question souvent posée est: Puisque de notre époque, les tribunaux rabbiniques ne bénéficient d’aucun poids......

Lire la Halacha

Statut Halachique des tribunaux civils en Israël – Les propos de notre maitre le Rav z.ts.l concernant les juges

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la gravité de l’interdiction d’aller se faire juger auprès des tribunaux non-juifs. Même lorsque les juges non-juifs rendent une décision de justice conforme aux lois de la Torah, et mêm......

Lire la Halacha

Les tribunaux non-juifs

Il est enseigné dans la Guémara Guittin (88b) : Rabbi Tarfon dit : Tout endroit où l’on trouve des tribunaux non-juifs, même s’ils jugent selon les lois d’Israël, il est interdit de se faire juger par eux, car il est dit dans la Torah (Ch......

Lire la Halacha


Bénédiction finale sur les gaufrettes, le Baklawa, le « Napoléon » (Millefeuilles) ou le Borékas

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’une pâtisserie contenant un peu de farine, et dont on a consommé Kazaït (environ 27 g), il faudra réciter ensuite la bénédiction finale « ‘Al Ha-Mi’hya &ra......

Lire la Halacha

Bénédiction finale sur des pâtisseries contenant aussi de la farine

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot que tout aliment ou plat constitué de plusieurs ingrédients, et parmi eux une des 5 céréales du « Dagan » (en général, de la farine de blé), et que cette c&ea......

Lire la Halacha

Les cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud)

Question: Quelqu’un qui assiste chaque jour à un cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud), s’acquitte-t-il du devoir d’étudier la Torah chaque jour? Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Kiddouchin (30a) sur......

Lire la Halacha

La quantité alimentaire à consommer pour être tenu de réciter la bénédiction finale

Avant de consommer quoi que ce soit, nous avons le devoir de réciter la bénédiction initiale propre à l’aliment, par exemple « Chéhakol » ou « Boré Péri Ha’Ets », même si l’on n&rsquo......

Lire la Halacha