Halacha pour mercredi 1 Adar 5779 6 février 2019

Pour l'élévation de l'âme de  Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala

Pour l'élévation de l'âme de  Rivka Bat Rachel Léa

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Embrasser les mains des parents le vendredi soir

Question: Faut-il embrasser les mains des parents le vendredi soir, et recevoir leur bénédiction ? Cet usage est-il valable aussi bien vis-à-vis du père que de la mère?

Réponse: Il est enseigné dans la Guémara ‘Avoda Zara (17a) que lorsque ‘Oula (un sage du Talmud) rentrait de la maison d’Etude, il embrassait les mains de son père.
Rachi explique que tel est l’usage, lorsqu’on sort de la synagogue, on embrasse les mains du père et de la mère, ainsi que les mains de ceux plus grands que soi sur la manche de leur vêtement.
Il est enseigné dans le Zohar Ha-Kadoch (Le’h Le’ha) que Rabbi El’azar, le fils de Rabbi Chim’on Bar Yo’haï, ainsi que tous les disciples de Rabbi Chim’on Bar Yo’haï, embrassaient les mains de leur maitre.
C’est ainsi qu’agissait également notre maitre le ARI Zal envers sa mère, il se rendait chaque vendredi soir chez elle pour lui embrasser la main, et elle le bénissait.
Nous en déduisons que notre maitre le ARI Zal a dévoilé par cela une certaine importance mystique dans le fait que la mère bénisse son enfant le vendredi soir et que celui-ci lui embrasse la main.

L’explication Kabbalistique à cet usage est donnée dans le livre Cha’ar Ha-Kavanott, et nos maitres les Kabbalistes ont beaucoup insisté sur ce point, chacun doit embrasser les mains de ses parents le vendredi soir, en particulier la main de la mère.
Même si l’on n’habite pas avec eux, il est bon de s’efforcer - selon ses possibilités - de se rendre chez eux et demander leur bénédiction.
C’est ce qu’enseigna notre maitre le ARI Zal à son disciple Rabbi ‘Haïm VITTAL.
Notre maitre le ‘HYDA écrit également dans son livre Moré Bé-Etsba’, que lorsqu’on embrasse les mains des parents, on doit avoir la pensée d’accomplir par cela le commandement du respect des parents, et lorsqu’on embrasse les mains de la mère, on doit penser aussi qu’il y a un secret Kabbalistique dans ce geste.

Il existe différents usages sur le moment précis où les parents doivent bénir leurs enfants.
Certains ont l’usage de le faire entre « CHalom ‘Alé’hem » et le Kiddouch.
D’autres ont l’usage d’embrasser les mains des parents après le Kiddouch.
Notre usage personnel est d’embrasser les mains des parents (lorsque les parents sont sur place) après le Kiddouch, après avoir goûter le vin, et c’est à ce moment aussi que les parents bénissent leurs enfants pour tout ce qu’ils désirent.
Ensuite, on procède à la Nétilatt Yadaïm pour le repas.

Les Achkénazim n’ont pas l’usage de ces marques de respect, et n’ont pas l’usage d’embrasser la main, même s’il s’agit là d’un usage très ancien.
De même, ils n’embrassent pas les mains des sages de la Torah, et se contentent de leur serrer la main et de leur bénédiction.
Malgré tout, même selon leur usage, les parents doivent veiller à bénir leurs enfants chaque vendredi soir, comme en atteste le Gaon Rabbi Ya’akov EMDEIN (le Gaon Ya’bets) z.ts.l dans son Siddour.
Mais les Séfaradim ont l’usage d’embrasser la main, et ne doivent surtout pas abandonner cet usage qui possède une juste source.
Le Gaon auteur du livre Réchitt ‘Ho’hma (Cha’ar Guidoul Banim) nous met en garde sur cela, en disant que chaque parent se doit d’éduquer ses enfants lorsqu’ils sont encore en bas âge, à embrasser les mains des parents et les mains des grands sages, ainsi que les mains des gens pieux.
(Voir aussi Choul’han Ma’are’hett page 56 où d’autres références sur ce point sont citées).

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

זמן ברית המילה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La confiance en Hachem – le mariage du MAHARAL de Prague

Question: Est-ce que la confiance en Hachem aidera même une personne qui ne mérite pas sa bonté? Réponse: On a demandé dans la Guémara Ménah’ot (29b) : Quel est le sens du verset (Yécha’ya 26) : « Mettez votre......

Lire la Halacha

Refus d’aller devant un tribunal rabbinique

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué la grave interdiction de se faire juger devant des tribunaux civils ou non-juifs. La question souvent posée est: Puisque de notre époque, les tribunaux rabbiniques ne bénéficient d’aucun poids......

Lire la Halacha

Statut Halachique des tribunaux civils en Israël – Les propos de notre maitre le Rav z.ts.l concernant les juges

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la gravité de l’interdiction d’aller se faire juger auprès des tribunaux non-juifs. Même lorsque les juges non-juifs rendent une décision de justice conforme aux lois de la Torah, et mêm......

Lire la Halacha

Les tribunaux non-juifs

Il est enseigné dans la Guémara Guittin (88b) : Rabbi Tarfon dit : Tout endroit où l’on trouve des tribunaux non-juifs, même s’ils jugent selon les lois d’Israël, il est interdit de se faire juger par eux, car il est dit dans la Torah (Ch......

Lire la Halacha


Bénédiction finale sur les gaufrettes, le Baklawa, le « Napoléon » (Millefeuilles) ou le Borékas

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’une pâtisserie contenant un peu de farine, et dont on a consommé Kazaït (environ 27 g), il faudra réciter ensuite la bénédiction finale « ‘Al Ha-Mi’hya &ra......

Lire la Halacha

Bénédiction finale sur des pâtisseries contenant aussi de la farine

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot que tout aliment ou plat constitué de plusieurs ingrédients, et parmi eux une des 5 céréales du « Dagan » (en général, de la farine de blé), et que cette c&ea......

Lire la Halacha

Les cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud)

Question: Quelqu’un qui assiste chaque jour à un cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud), s’acquitte-t-il du devoir d’étudier la Torah chaque jour? Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Kiddouchin (30a) sur......

Lire la Halacha

La quantité alimentaire à consommer pour être tenu de réciter la bénédiction finale

Avant de consommer quoi que ce soit, nous avons le devoir de réciter la bénédiction initiale propre à l’aliment, par exemple « Chéhakol » ou « Boré Péri Ha’Ets », même si l’on n&rsquo......

Lire la Halacha