Halacha pour vendredi 26 Shevat 5779 1 février 2019

Pour l'élévation de l'âme de  Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala

Pour l'élévation de l'âme de  Rivka Bat Rachel Léa

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Questions/Réponses Halacha Yomit - Visiter un appartement pendant Chabbat – Le vêtement d’un érudit dans la Torah (Talmid ‘Ha’ham) – L’expiation pour un nouveau marié

Recueil de réponses données ces derniers temps

Question: Je désire acheter un appartement, m’est-il permis d’aller le visiter pendant Chabbat?

Réponse: Il est dit dans le livre du prophète Icha’ya (58-13):
« Si tu cesses de fouler aux pieds le Chabbat, de vaquer à tes affaires en ce jour qui m'est consacré … »
Nos maitres commentent (Chabbat 113a): « vaquer à tes affaires » : Un homme ne peut se rendre pendant Chabbat à l’extrémité de son champ afin de savoir le travail qu’il a à faire lendemain. La Guéméra explique que pour les besoins d’une Mitsva, on autorise.

A partir de là, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (‘Hazon Ovadia-Chabbat vol.6 page 3) que lorsqu’on souhaite acheter ou louer un appartement, on ne doit pas aller le visiter pendant Chabbat. Excepté s’il s’agit d’un appartement en Israël que l’on achète d’un non-juif, on peut autoriser dans ce cas d’aller le visiter pendant Chabbat, car il est une Mitsva d’acheter l’appartement d’un non-juif en Israël.

 

Question: Vous avez récemment répondu qu’il ne faut pas s’habiller totalement de blanc pendant Chabbat, par crainte de « Youhara » (orgueil, fanfaronnerie), mais il s’agit pourtant d’une notion Kabbalistique, et je voudrais fortement adopter cet usage, est-il malgré tout possible de me vêtir ainsi pour Chabbat?

Réponse: Il est exact que nous avons cité les propos des décisionnaires sur ce sujet, et que notre maitre le Rav z.ts.l écrit dans ‘Hazon Ovadia-Chabbat (vol.1 page 26) que dans les endroits ou cet usage de se vêtir totalement de blanc pour Chabbat n’est pas en vigueur, il ne faut pas l’adopter. Même si quelqu’un désire fortement adopter les usages réservés aux gens d’un niveau de piété très élevé, il lui est interdit de le faire dans un endroit où ces usages ne sont pas en vigueur. Il s’agit là d’une chose très grave, comme l’enseignent nos maitres dans la Guémara Bava Batra (98a) : Celui qui porte avec orgueil un vêtement destiné généralement aux érudits dans la Torah, alors qu’il ne l’est pas lui-même, on n’introduira pas cet homme dans la proximité d’Hachem.
Le RACHBAM explique que nos maitres traient ici de la longue tunique que portaient les érudits dans la Torah du temps du Talmud, tunique très longue qui arrivait jusqu’au sol, car en ces temps les gens ne portaient qu’un sous-vêtement long et un vêtement long par-dessus. Chez les gens simples, on pouvait distinguer le sous-vêtement véritablement juste avant les pieds car leur vêtement n’allait pas jusqu’au sol. Mais les érudits dans la Torah portaient un vêtement (tunique) très long, au point où l’on ne distinguait absolument pas leur sous-vêtement.
Il s’agit là d’un usage de pudeur tellement grand que seuls les érudits dans la Torah pouvaient l’adopter.
Une personne simple qui adopterait cet usage, réaliserait un acte invalide.

C’est pourquoi, dans la précédente génération, beaucoup de gens Tsadikim et possédant de la Torah, s’affichait sous une allure simple, afin que l’on ne les prenne pas pour des érudits dans la Torah.

 

Question: Je suis fiancé. Est-il vrai que toutes mes fautes seront expiées le jour de mon mariage?

Réponse: Nos maitres apprennent dans la Guémara Yébamot (63b) à partir d’un verset, que celui qui épouse une femme, ses fautes sont « obstruées ».
Le Talmud Yérouchalmi (chap.3 de Bikourim Halacha 3) explique que le mariage expie les fautes.
Cependant, il est expliqué dans les décisionnaires que le jour du mariage n’est pas véritablement un jour d’expiation, mais seulement un jour où les fautes restent suspendues. C’est le sens du terme « obstruées ».
Le Gaon Rabbi Yochiyahou PINTO z.ts.l (il vivait il y a environ 450 ans en Syrie) explique dans son livre Niv’har Mi-Késsef (‘Hayé Sarah) que les fautes sont « bloquées » dans une boite, afin de voir ce qui va advenir de ce jeune marié.
S’il se repent de ses fautes pour l’avenir, elles lui sont totalement pardonnées, mais s’il revient à ses mauvaises actions, ses fautes reviendront elles aussi à leur endroit initial.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

זמן ברית המילה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La confiance en Hachem – le mariage du MAHARAL de Prague

Question: Est-ce que la confiance en Hachem aidera même une personne qui ne mérite pas sa bonté? Réponse: On a demandé dans la Guémara Ménah’ot (29b) : Quel est le sens du verset (Yécha’ya 26) : « Mettez votre......

Lire la Halacha

Refus d’aller devant un tribunal rabbinique

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué la grave interdiction de se faire juger devant des tribunaux civils ou non-juifs. La question souvent posée est: Puisque de notre époque, les tribunaux rabbiniques ne bénéficient d’aucun poids......

Lire la Halacha

Statut Halachique des tribunaux civils en Israël – Les propos de notre maitre le Rav z.ts.l concernant les juges

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la gravité de l’interdiction d’aller se faire juger auprès des tribunaux non-juifs. Même lorsque les juges non-juifs rendent une décision de justice conforme aux lois de la Torah, et mêm......

Lire la Halacha

Les tribunaux non-juifs

Il est enseigné dans la Guémara Guittin (88b) : Rabbi Tarfon dit : Tout endroit où l’on trouve des tribunaux non-juifs, même s’ils jugent selon les lois d’Israël, il est interdit de se faire juger par eux, car il est dit dans la Torah (Ch......

Lire la Halacha


Bénédiction finale sur les gaufrettes, le Baklawa, le « Napoléon » (Millefeuilles) ou le Borékas

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’une pâtisserie contenant un peu de farine, et dont on a consommé Kazaït (environ 27 g), il faudra réciter ensuite la bénédiction finale « ‘Al Ha-Mi’hya &ra......

Lire la Halacha

Bénédiction finale sur des pâtisseries contenant aussi de la farine

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot que tout aliment ou plat constitué de plusieurs ingrédients, et parmi eux une des 5 céréales du « Dagan » (en général, de la farine de blé), et que cette c&ea......

Lire la Halacha

Les cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud)

Question: Quelqu’un qui assiste chaque jour à un cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud), s’acquitte-t-il du devoir d’étudier la Torah chaque jour? Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Kiddouchin (30a) sur......

Lire la Halacha

La quantité alimentaire à consommer pour être tenu de réciter la bénédiction finale

Avant de consommer quoi que ce soit, nous avons le devoir de réciter la bénédiction initiale propre à l’aliment, par exemple « Chéhakol » ou « Boré Péri Ha’Ets », même si l’on n&rsquo......

Lire la Halacha