Halacha pour mercredi 25 Tevet 5779 2 janvier 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

« Séa Bé-Séa » (Emprunt de nourriture)

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué le fondement de laloi qui interdit de prêter ou d’emprunter d’un juif avec intérêt.

« Séa Bé-Séa »
Nos maitres ont décrété qu’il est interdit d’emprunter à son ami une quantité d’une Séa (mesure de l’époque du Talmud) de blé, dans l’intention de lui rendre plus tard une autre Séa de blé. Ceci, de peur que le prix du blé augmente entre temps, et lorsqu’il lui rendra, il risque de lui rendre plus qu’il ne lui a prêté, et transgresseront tous les deux l’interdit de Ribbite (Miderabbanan, par décret de nos maitres).
Dans le langage du Talmud et des décisionnaires, ce cas s’appelle, « Séa Bé-Séa »).
Par exemple, si quelqu’un prête à son ami 10 kilos de farine, dans l’intention que son ami lui rende la farine au bout d’une semaine, il y a là un interdit à titre de « Séa Bé-Séa », car il est probable qu’au moment du prêt le prix de la farine était de 30 Shékels, et au moment où l’emprunteur rend la farine, celle-ci ait augmenté à 60 Shékels. C’est pourquoi nos maitres ont interdit d’agir ainsi.

« Transformer l’aliment en argent » (« ‘Osséhou Damim »)
Cependant, il existe un moyen de s’emprunter mutuellement des aliments au poids.
En effet, ils doivent convenir entre eux que l’emprunteur restituera la farine au prix qu’elle coûte présentement au moment du prêt.
Par exemple dans notre cas, 10 kilos de farine coûtaient au moment du prêt 30 Shékels. L’emprunteur doit dire au prêteur : « Lorsque je te restituerais la farine, je te rendrais de la farine au prix de 30 Shékels. » Par conséquent, si lors de la restitution le prix de 10 kilos de farine s’élève à 60 Shékels, l’emprunteur devra restituer uniquement 5 kilos de farine, dont le prix sera de 30 Shékels, exactement comme lors du prêt.
Dans le langage des décisionnaires, ce procédé se nomme « ‘Osséhou Damim », c'est-à-dire, convenir de remplacer l’aliment emprunté par sa valeur d’argent au moment du prêt, comme nous l’avons expliqué.

Prêter un pain
A la lueur de tout cela, venons-en à notre problème. Il semble qu’il est interdit d’emprunter un pain ou un autre aliment, de son ami, dans l’intention de lui en rendre un autre plus tard, puisque l’on peut craindre que le prix du pain ou de cet autre aliment, augmente entre temps, et de ce fait, les deux personnes transgresseraient l’interdit de Ribbite.

Cependant, notre maitre le RAMA écrit que l’usage est de permettre un tel emprunt, car la majorité des gens ne sont pas pointilleux sur des éventuels changements de valeur aussi insignifiants (comme une légère augmentation du prix du pain), et nos maitres n’ont pas imposé de rigueur dans des proportions aussi petites, pour un DIN qui n’est que Miderrabanan (le prêt de nourriture).

Par conséquent, selon l’opinion du RAMA, lorsqu’il ne s’agit pas de sommes importantes, on peut autoriser à prêter ou emprunter un pain ou une brique de lait ou autre …

Mais MARAN cite dans le Beit Yossef, le RIF et le RAMBAM , selon qui, l’interdit de Séa Bé-Séa (le prêt de nourriture) existe même lorsque l’éventuel changement de valeur serait insignifiant, car - selon le RIF et le RAMBAM – les gens sont pointilleux même pour des changements de valeur aussi peu importants.
Par conséquent, même une chose comme un pain ou une brique de lait, qui ne pourrait pas avoir un changement de valeur très important, serait interdit selon MARAN, à titre de Séa Bé-Séa.

Cependant, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l s’est penché sur ces propos de MARAN. Il cite l’interprétation de l’auteur du Choulh’an Gavoha (Rabbi Yossef MOLH’O) selon laquelle, lorsque le RIF et le RAMBAM interdisent de prêter même une chose sans grande valeur financière, cela ne concerne que les régions où les gens sont pointilleux sur le moindre changement de valeur, mais de notre temps, il n’est pas d’usage de se montrer pointilleux sur ce genre de chose, en particulier de notre époque où – Barou’h Hachem – l’abondance règne dans le monde et nous voyons même des gens pas forcément riches, ne pas être pointilleux sur une différence de prix du pain sur quelques jours.
Il est donc permis – même selon les propos de MARAN dans le Beit Yossef - d’emprunter un pain ou autre aliment à son ami, dans l’intention de lui en rendre un autre plus tard.

Mais cette autorisation concerne uniquement des choses de petite valeur.
Par contre, il est interdit de prêter des grandes quantités, à titre de Séa Bé-Séa.

En conclusion: Il est permis de prêter un pain ou une brique de lait ou autre, même s’il y a un risque que le prix change, puisque les gens ne sont en général pas pointilleux sur des sommes aussi petites.
Mais lorsqu’il s’agit de choses plus importantes ou de marchandises, il faut être vigilent et ne pas se heurter à l’interdit de « Séa Bé-Séa ».

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

זמן ברית המילה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le H’amets et les KITNIOTT (légumineuses) pendant Pessah’ – année 5779 – Ce qu’instaura notre maitre le Rav z.ts.l

Définition du ‘Hamets Il est dit dans la Torah au sujet de Pessah’ (Chémott 13): « Les Matsot seront consommées durant 7 jours, et il ne sera vu ni H’amets, ni levain dans tes domaines.» Le H’amets que la Torah interdit correspond au contac......

Lire la Halacha

Les ustensiles de Péssa’h

Pendant Péssa’h, on ne doit pas utiliser les ustensiles que l’on a utilisé durant toute l’année, car ces ustensiles dans lesquels on a cuisiné toute l’année ont contenus des aliments chauds, et les parois de ces sutensiles ont « a......

Lire la Halacha

L’obligation d’entendre Parachat Zah’or

« Souviens-toi de ce que t’as fait ‘Amalek » Le Chabbat qui précède Pourim (ce Chabbat 16 mars), lors de l’ouverture du Héh’al à la synagogue, nous sortons 2 Sifré Torah. Dans le 1er nous lirons la Paracha de la semaine (Vaykra)......

Lire la Halacha

« Le symbole du demi-Chékel » (année 5779)

Nous avons l’usage d'offrir avant Pourim l’argent du « Zéh’er Lémah’atsit Ha-Chékel » (l’argent qui « symbolise le demi-Chékel ») que tout le peuple d’Israël donnait à l’époque du Bet......

Lire la Halacha


Le devoir de Matanot La-Evyonim

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

Le jeûne d’Esther

Aujourd’hui (23 mars, veille de Pourim), tombe le jeûne d’Esther que toutes les communautés du peuple d’Israël a l’usage d’observer. Au temps de Mordéh’aï et Esther, les juifs se sont réunis le 13 Adar afin d’affronter......

Lire la Halacha

La lecture de la Méguila – Que faire lorsqu’on n’a pas entendu une partie de la Méguila, pour cause de bruits ou de retard à la synagogue ?

Toute personne a le devoir d’écouter la Méguila le jour de Pourim. Il faut la lire le soir, et la répéter le lendemain, comme il est dit : « Mon D. ! Je t’implore le jour même si tu ne me réponds pas, et je ne me tairais pas la nuit. »......

Lire la Halacha

La gazinière pour Péssa’h

Question: Comment faire pour Cachériser la gazinière de la maison ? Est-il permis durant toute l’année de placer du pain sur la grille de la gazinière? Réponse: Nous avons déjà expliqué que tout ustensile utilisé durant l’......

Lire la Halacha