Halacha pour dimanche 28 Tishrei 5779 7 octobre 2018

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

« Hachem pleure sur une telle personne »

Question: Nous avons appris dans la Guémara qu’Hachem pleure sur quelqu’un qui a la possibilité d’étudier la et qui ne le fait pas. Pourquoi Hachem pleure-t-il exclusivement sur celui qui gâche son temps et n’étudie pas la Torah?

Réponse: Nos maitres enseignent dans la Guémara ‘Haguiga (5a):
Hachem pleure chaque jour sur celui qui peut étudier la Torah et ne le fait pas.
Ces propos nécessitent à priori explication:
Qui y a-t-il de si particulier chez un homme qui n’étudie pas la Torah, au point où Hachem pleure sur lui ? S’il s’agit de la gravité de la faute de « Bitoul Torah » (gaspiller du temps qui peut servir à étudier la Torah), Hachem devrait plutôt lui infliger un sévère châtiment, alors que cet enseignement nous indique « seulement » qu’Hachem pleure sur cette personne.

Le Gaon auteur du ‘Hafets ‘Haïm explique dans son livre Torat ‘Ha-Baït (page 32) que seul Hachem connait réellement le bonheur éternel qui revient à l’homme grâce à son étude de la Torah, ainsi qu’à l’épouse d’un tel homme qui étudie la Torah, car son mérite de l’étude de la Torah est également lié à elle.
Hormis Hachem, aucune personne au monde n’a vu le grand bonheur destiné à ceux qui étudient la Torah, car nos maitres enseignent que tout le grand mérite pour les Tsaddikim dans le Monde Futur dont les prophètes d’Israël ont parlé, ne traite que de la récompense réservée à ceux qui soutiennent matériellement les érudits qui étudient la Torah. Mais de la récompense des érudits eux-mêmes, les prophètes n’en ont absolument pas parlé, « aucun œil ne la vue, hormis Toi Hachem », ce qui signifie que seul Hachem connait la grandeur de la récompense réservée aux érudits dans la Torah.

Hachem – qui est comme un père pour Israël – lorsqu’il voit de quelle manière l’homme exploite son temps en permanence à des choses qui n’ont aucune utilité pour l’âme, se met à pleurer et souffre (si l’on peut s’exprimer ainsi) de la perte d’un grand bonheur pour ses précieux enfants, une perte qu’ils ne retrouveront plus.
Car le lieu d’acquisition de la Torah n’est que dans ce monde-ci, alors que dans le Monde Futur il n’y a plus aucun moyen pour l’homme de gagner la couronne de la Torah.

Un homme responsable se doit de méditer sur tout cela à chaque instant où il est oisif en compagnie de ses proches ou ses amis assis et parlant de futilités, ou bien lorsqu’il lit le journal ou les nouvelles du jour, ou toute autre futilité de ce monde-ci, car ces choses là ne lui sont pas réellement nécessaires pour ses affaires et les sujets importants de sa vie personnelle.
Dans un tel moment, Hachem – qui l’a envoyé dans ce monde-ci pour son bien – pleure pour une telle perte de temps qu’il aurait pu consacré à étudier la Torah et à engranger pour lui-même de véritables trésors de diamants et de pierres précieuses qui l’illumineraient pour l’éternité avec honneur et grandeur.

Au lieu de cela, l’homme échange tout ce bonheur contre des choses qui ne sont d’aucun intérêt pour l’âme, bien au contraire, il ne s’amène que des malheurs par la légèreté d’esprit et la médisance sur lesquels il devra rendre des comptes.

« Que le sage entende et en tire la morale ».

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Lorsqu’on a le doute si l’on a dit Barèh’ ‘Alénou dans la prière

Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué le Din selon lequel nous devons demander la pluie dans la prière, dans la Birkat Ha-Chanim (Barèh’ ‘Alénou). Nous avons également fait mention dans nos propos du cas de la personne......

Lire la Halacha

Donner un surnom humiliant à une personne

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot, qu’il y a une interdiction d’offenser quelqu’un par la parole. Il est enseigné dans la Guémara Bava Métsi’a (58b): Rabbi H’anina dit : Toutes les personnes qui descende......

Lire la Halacha

Lorsqu’on oublie de dire Barèh’ ‘Alénou

Dans la une précédente Halacha, nous avons expliqué de façon générale le Din selon lequel nos maîtres ont instauré de demander les pluies dans la bénédiction de Birkatt Ha-Chanim de la prière quotidienne, depuis le 7 Mar- H&......

Lire la Halacha

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels  

Ce lundi 7 novembre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous commencerons (en Erets Israël) à demander les pluies dans ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts.  L’institutio......

Lire la Halacha


L’interdiction de maudire un juif

Il est écrit dans notre Sainte Torah (Chémott 22 – 27) : « Tu ne maudiras pas Elokim (D.) » Le Targoum Onkeloss (traduction araméenne de la Torah) traduit : « Tu ne maudiras pas le Dayann (le juge rabbinique) ». La ......

Lire la Halacha

Règles relatives à l’interdiction d’offenser par la parole

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué l’interdiction d’offenser par la parole une personne ou même sa propre épouse, et nous allons détailler plus loin différents cas pratiques sur ce sujet, tel que les a tranché MARAN dans......

Lire la Halacha

L’offense par la parole

Il est enseigné dans une Michna du traité Bava Métsi’a (58b): L’offense et la supercherie peuvent s’exprimer autant dans le domaine du commerce que dans la parole. (Ce qui signifie qu’au même titre qu’il est interdit d’escroquer et de t......

Lire la Halacha

Les cas pratiques de « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum »

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué l’essentiel du Din de la lecture de la Paracha chaque semaine, deux fois chaque verset et une fois sa traduction araméenne. Ce qui signifie qu’il incombe chaque juif l’obligation de lire la Paracha de......

Lire la Halacha