Halacha pour dimanche 21 Tishrei 5779 30 septembre 2018

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Sim’hat Torah

Nous nous trouvons à l’approche de la fête de Sim’hat Torah, où tout Israël a l’usage de se réjouir, de danser et de chanter en l’honneur de la sainte Torah.
Comme l’écrit Rabbénou ‘Haïm VITTAL dans le livre Cha’ar Ha-Kavanott, l’usage est de tourner autour du Séfer Torah et de danser en tapant dans les mains devant le Séfer Torah le jour de Yom Tov de Sim’hat Torah, et il s’agit d’un usage bon et authentique.

Même s’il est généralement interdit de taper dans les mains les jours de Chabbat et de Yom Tov (sauf si on le fait de manière modifiée), malgré tout, nos maitres ont autorisé le jour de Sim’hat Torah en l’honneur de la sainte Torah.

Rabbénou ‘Haïm VITTAL ajoute:
« J’ai vu à quel point mon maitre le ARI zal portait une attention particulière sur cet usage de tourner autour du Séfer Torah en chantant et en dansant de toutes ses forces devant le Séfer Torah. »
Il est aussi rapporté que lorsque notre maitre le ARI zal sortait ce jour là de la synagogue pour rentrer chez lui, il s’arrêtait en chemin dans chaque synagogue et se réjouissait en l’honneur de la Torah.

Dans la synagogue de notre maitre le Rav z.ts.l, lorsqu’il était jeune, notre maitre le Rav z.ts.l se réjouissait tellement qu’il en retirait son Frak (longue veste portée par les Rabbanim) du fait de sa grande joie en l’honneur e la Torah. Il sautillait et dansait un long moment.
Son père z.ts.l était surnommé dans la communauté irakienne « Rabbi Ya’akov Galé » en raison du célèbre Piyout « Galé Galé Ziv Hodi » que les juifs irakiens ont l’usage de chanter le jour de Sim’hat Torah. Ce jour là, il était tellement joyeux et réjouissait tellement les autres, au point où l’on dit qu’il eut en récompense un fils qui illumina les yeux du monde par sa Torah.

Même lorsque notre maitre le Rav z.ts.l était considérablement âgé, il chantait lui-même ce jour là plusieurs des chants spécifiques à Sim’hat Torah.
Plusieurs grands Talmidé ‘Ha’hamim dansaient devant lui, comme le Gaon Rabbi David ATTIE Chlita (le fils du Gaon Rabbi ‘Ezra ATTIE z.ts.l), qui dansait comme un jeune homme du fait de sa grande joie et de son honneur pour la Torah, ainsi que le Gaon Rabbi Its’hak ABBA CHAOUL Chlita (le frère de Rabbénou Ben Tsion ABBA CHAOUL z.ts.l (Qu’Hachem leur allonge la vie dans le bien).
Il y avait une joie authentique, une joie de la Torah exprimée par des gens qui connaissent la valeur de la Torah. Heureux l’œil qui a contemplé tout ceci!

Cette joie que nous vivons le jour de Sim’hat Torah est une sorte d’aperçu de la joie que nous aurons le mérite de voir dans les temps futurs, puisqu’on se réjouissait dans le Temple de Jérusalem durant la fête de Soukkot, comme nos maitres l’enseignent (Soukka 51b):
« Celui qui n’a pas vu la réjouissance de Sim’hat Beit Ha-Choéva (dans le Temple), n’a pas vu une réjouissance de sa vie. »
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l explique qu’apparemment même de notre époque un homme connait diverses réjouissances, comme son mariage ou celui de ses enfants, qu’y avait-il de si particulier dans la réjouissance faite durant ces jours là?
Notre maitre le Rav z.ts.l répond : La réjouissance de Sim’hat Beit Ha-Choéva avait la particularité d’être aussi une réjouissance spirituelle, de laquelle ils puisaient l’esprit prophétique, comme l’enseignent nos maitres (Talmud Yérouchalmi Soukka début du chap.5).
Nous aussi, nous nous réjouissons pour avoir reçu une Torah de vérité, et pour le fait qu’Hachem a implanté en nous une vie éternelle.

Chacun se doit de se motiver pendant ce grand jour, et s’engager à partir de ce jour à s’acquitter de son devoir de « Chénaïm Mikra Vé’had Targoum » (lire chaque semaine 2 fois la Paracha dans le texte hébreu et 1 fois dans la traduction araméenne de Onkeloss).
Ainsi, avec l’aide d’Hachem, nous mériterons la joie complète avec la venue du Machia’h. Nous mériterons alors une réjouissance éternelle, en voyant exaucées toutes nos demandes et toutes nos prières exprimées durant les Jours Redoutables que nous venons de passer. Tout le peuple d’Israël ne formera qu’une seule entité afin d’accomplir la volonté d’Hachem de manière sincère. Chaque œuvre de la création saura que c’est Toi qui l’a réalisée, chaque créature saura que c’est Toi qui l’a créée, et tout détenteur d’une âme déclarera : « Hachem le D.ieu d’Israël a régné, et son règne domine tout ! » Amen Ken Yéhi Ratson.

Tizkou Léchanim Rabbot Né’imott Vétovott!

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Lorsqu’on a le doute si l’on a dit Barèh’ ‘Alénou dans la prière

Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué le Din selon lequel nous devons demander la pluie dans la prière, dans la Birkat Ha-Chanim (Barèh’ ‘Alénou). Nous avons également fait mention dans nos propos du cas de la personne......

Lire la Halacha

Donner un surnom humiliant à une personne

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot, qu’il y a une interdiction d’offenser quelqu’un par la parole. Il est enseigné dans la Guémara Bava Métsi’a (58b): Rabbi H’anina dit : Toutes les personnes qui descende......

Lire la Halacha

Lorsqu’on oublie de dire Barèh’ ‘Alénou

Dans la une précédente Halacha, nous avons expliqué de façon générale le Din selon lequel nos maîtres ont instauré de demander les pluies dans la bénédiction de Birkatt Ha-Chanim de la prière quotidienne, depuis le 7 Mar- H&......

Lire la Halacha

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels  

Ce lundi 7 novembre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous commencerons (en Erets Israël) à demander les pluies dans ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts.  L’institutio......

Lire la Halacha


L’interdiction de maudire un juif

Il est écrit dans notre Sainte Torah (Chémott 22 – 27) : « Tu ne maudiras pas Elokim (D.) » Le Targoum Onkeloss (traduction araméenne de la Torah) traduit : « Tu ne maudiras pas le Dayann (le juge rabbinique) ». La ......

Lire la Halacha

Règles relatives à l’interdiction d’offenser par la parole

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué l’interdiction d’offenser par la parole une personne ou même sa propre épouse, et nous allons détailler plus loin différents cas pratiques sur ce sujet, tel que les a tranché MARAN dans......

Lire la Halacha

L’offense par la parole

Il est enseigné dans une Michna du traité Bava Métsi’a (58b): L’offense et la supercherie peuvent s’exprimer autant dans le domaine du commerce que dans la parole. (Ce qui signifie qu’au même titre qu’il est interdit d’escroquer et de t......

Lire la Halacha

Les cas pratiques de « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum »

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué l’essentiel du Din de la lecture de la Paracha chaque semaine, deux fois chaque verset et une fois sa traduction araméenne. Ce qui signifie qu’il incombe chaque juif l’obligation de lire la Paracha de......

Lire la Halacha