Halacha pour lundi 25 Elul 5780 14 septembre 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)

La sonnerie du Chofar

Il est une obligation ordonnée par la Torah d’écouter la sonnerie du Chofar le jour de Roch Ha-Chana, comme il est dit : « Ce sera un jour de sonneries pour vous ».
Il est interdit de parler entre les différentes sonneries, à fortiori pendent les sonneries elles-mêmes.
Dès lors où l’on a dit la bénédiction « Lichmoa’ Kol Chofar » (ou qu’on l’a entendue de la bouche de l’officiant qui sonne pour l’assemblée), on ne doit pas sortir le moindre son de sa bouche, jusqu’à avoir entendu toutes les sonneries.

Combien de sonneries faut-il entendre?
Combien de sonneries est-on tenu d’entendre le jour de Roch Ha-Chana?
Selon la Torah, il est suffisant d’en entendre 9, mais nous allons expliquer:
La sonnerie du Chofar est mentionnée 3 fois dans la Torah:
« Ce sera un jour de sonnerie pour vous » ; « un rappel de sonnerie, une sainte convocation » ; « Tu transmettras la sonnerie du Chofar ».
Or, nos maitres ont reçu « une Halacha dite oralement à Moché sur le Sinaï » selon laquelle toutes ces sonneries concernent Roch Ha-Chana, où il faut sonner 3 fois.

Chaque « sonnerie » est constituée de 3 sonneries différentes : Téki’a, Térou’a, Téki’a.
En effet, chaque sonnerie (Térou’a) ordonnée par la Torah doit être précédée et suivie d’une Téki’a, comme nous allons l’expliquer, puisque c’est ainsi que nos maitres l’apprennent à partir de versets de la Torah.
Nous apprenons donc que nous devons sonner 3 sonneries (Térou’a), chacune précédée et suivie d’une sonnerie (Téki’a), ce qui fait au total 9 sonneries : Téki’a, Térou’a, Téki’a ; Téki’a, Térou’a, Téki’a ; Téki’a, Térou’a, Téki’a.

Pourquoi nous sonnons beaucoup plus de sonneries et pas seulement 9?
A priori, nous devrions écouter seulement 3 fois ce cycle « Téki’a, Térou’a, Téki’a », mais pourtant nous ne procédons pas de cette manière, comme nous allons l’expliquer:

La sonnerie qui précède et qui suit la Térou’a – et que nous appelons « Téki’a » - correspond à un son droit et long.
Par contre, au sujet de la sonnerie que la Torah nous ordonne d’entendre à Roch Ha-Chana – et que nous appelons « Térou’a » - nous avons un doute à quoi correspond-elle, car de très nombreux siècles se sont écoulés durant l’exil dans lequel le peuple d’Israël s’est éparpillé dans le monde, et la sonnerie du Chofar n’intervient qu’une seule fois dans l’année, pour ces raisons nous ne savons plus à quoi la sonnerie « Térou’a » correspond : est-elle une forme de gémissements répétitifs, à l’image dune femme qui pleure et gémis en émettant des sons très courts et saccadés (ce que nous appelons aujourd’hui « Térou’a », « Toutoutoutoutou … »), ou bien correspond-elle à un soupir à l’image d’un homme qui soupire plusieurs fois lorsqu’il est inquiété par une chose grave (c'est-à-dire 3 fois de suite : « Tou, Tou, Tou », ce que nous appelons aujourd’hui « Chévarim »). Ou encore, correspond-elle aux deux à la fois, c'est-à-dire à un triple soupire et à un gémissement saccadé.

En conséquence à ces 3 doutes, nous réalisons le tout.
L’ordre des sonneries est donc le suivant:
1er cycle (« TaCHRaT ») : Le sonneur dit la bénédiction, et sonne immédiatement une « Téki’a » (son droit et long), ensuite il sonne 3 « Chévarim » (3 sons courts, comme des soupires), puis il sonne une « Térou’a » (son saccadé et répétitif, comme des gémissements), et enfin il sonne de nouveau une Téki’a. Il exécute ce cycle 3 fois.

2ème cycle (« TaCHaT » : Il sonne une Téki’a, puis 3 Chévarim, puis de nouveau une Téki’a. Il exécute ce cycle 3 fois.

3ème cycle (« TaRaT ») : Il sonne une Téki’a, puis une Térou’a, puis de nouveau une Téki’a. Il exécute ce cycle 3 fois.

Le compte des sonneries est donc 30, afin de s’écarter du doute. (Guémara Roch Ha-Chana 34a ; RAMBAM chap.3 – règle 1 ; MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h chap.590).

C’est ce que nous voyons dans les Ma’hzorim (rituels de prières des fêtes):
TaCHRaT ; TaCHRaT ; TaCHRaT, c'est-à-dire Téki’a, CHévarim, Térou’a, Téki’a 3 fois.
TaCHaT ; TaCHaT ; TaCHaT, c'est-à-dire Téki’a, CHévarim, Téki’a 3 fois.
TaRaT ; TaRaT ; TaRaT, c'est-à-dire Téki’a, Térou’a, Téki’a 3 fois.

Toutes ces sonneries sont une obligation selon le stricte Din.
Hormis ces sonneries, nous sonnons encore pendant l’office de Moussaf, et après la répétition de la ‘Amida de Moussaf.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

Détails concernant les textes des prières de Roch Ha-Chana et Yom Kippour

Grâce à D., chacun prie toutes les prières de Roch Ha-Chana et de Yom Kippour avec précision, mais dans les différents rituels de prières, il existe différentes versions des textes. Certaines de ces versions sont Halachiquement fondées, d’......

Lire la Halacha

L’allumage des Nérott de Roch Ha-Chana, et le problème se posant cette année

L’allumage des Nérott de Roch Ha-Chana La veille du 1er Yom Tov (jour de fête) de Roch Ha-Chana, comme c’est le cas pour les veilles de Chabbat, nous allumons des Nérott (veilleuses ou bougies) avant le coucher du soleil, lorsqu’il fait encore jour. Pour la ve......

Lire la Halacha

Les modes d’expiation des fautes

Les jours du mois d’Eloul dans lesquels nous nous trouvons sont des jours de repentir, de supplication et d’expiation, comme nous l’avons déjà mentionné. Nous allons à présent nous consacrer aux différentes catégories de fautes, &agr......

Lire la Halacha


L’interdit de manger et de se laver le jour de Yom Kippour

Quelques règles de Yom Kippour Tout le monde a le devoir de jeûner pour Yom Kippour, y compris les femmes enceintes ou celles qui allaitent. Toute femme qui craint que le jeûne risque de porter atteinte à sa santé, doit consulter une autorité Halachique comp......

Lire la Halacha

« L’homme doit toujours se considérer à moitié coupable et à moitié innocent »

Nos maîtres enseignent dans la Guémara Kiddouchin (40b): L’homme doit toujours se considérer à moitié coupable et à moitié innocent. S’il réalise une Mitsva, heureux soit-il car il s’est fait basculer vers le plateau du m&eacu......

Lire la Halacha

La sortie de Yom Kippour

Augmenter le temps réel de la journée de Yom Kippour (ajouter du ‘Hol sur le Kodech) Il faut retarder la fin de la fête à la sortie de Yom Kippour, en augmentant le temps Kodesh. Cela signifie qu’il ne faut pas faire sortir cette sainte journée à......

Lire la Halacha

Les 10 jours de pénitence

« Réclamez Hachem là où il se trouve » Nos maîtres enseignent (traité Roch Ha-Chana 18a) que les propos du verset « Réclamez Hachem là où il se trouve, implorez le lorsqu’il est proche » concernent la périod......

Lire la Halacha