Halacha pour dimanche 27 Sivan 5778 10 juin 2018

Pour l’élévation de la Néshama de mon vénéré père Henri Ishoua ben Réphaël (PITOUN) z’’l

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

« Iy’houd » - L’interdit pour un homme et une femme de s’isoler – Histoire avec le Gaon de Lissa z.ts.l

Question: Est-il permis à deux femmes de s’isoler avec un homme?

Réponse: Il est expliqué dans la Guémara Kiddouchinn (80b) qu’il est interdit à un homme de s’isoler avec une femme qui n’est pas la sienne.
Cela signifie qu’il leur est interdit d’être seuls dans une maison, à titre de pudeur.
Nos maitres les décisionnaires médiévaux débattent afin de définir si cet interdit prend véritablement sa source dans la Torah, ou s’il s’agit d’un interdit donné par la transmission, c'est-à-dire par institution des prophètes d’Israël.
Selon certains décisionnaires, cet interdit prend sa source dans la Torah d’après tous les avis parmi les décisionnaires médiévaux. (Ya’alatt ‘Hen – Beit ‘Hatnoutt chap.7).

Le Choul’han ‘Arou’h tranche (E.H chap.22-5) qu’il est interdit à une femme de s’isoler même avec plusieurs hommes, sauf si l’un d’entre eux est son mari.
De même, il est interdit à un homme de s’isoler même avec plusieurs femmes, sauf si l’une d’entre elles est sa femme.

A la lueur de tout cela, nous apprenons qu’il est interdit à deux femmes de s’isoler avec un homme.

Le Gaon Rabbi Chalom Mordé’haï Ha-Cohen SCHWADRON z.ts.l cite une histoire réelle qui s’est produite à ce sujet, et voici ses propos:

Le Rav de la ville de LISSA était un Grand de sa génération, le Gaon Rabbi Ya’akov de LISSA z.ts.l (il a quitté ce monde il y a environ 200 ans) dont le célèbre ouvrage « Nétivott Ha-Michpatt » est un livre de base pour ceux qui étudient la section « ‘Hochen Michpatt » (lois financières) du Choul’han ‘Arou’h.
Lorsque le Gaon quitta ce monde, il laissa une fille veuve, qui avait elle aussi une fille. Elles habitaient toutes les deux la ville de Lissa (le Gaon z.ts.l n’habitait plus Lissa vers la fin de sa vie, mais sa fille y resta). Au bout de quelques années, la jeune fille grandit et arriva en âge de se marier. Elle se fiança avec un jeune homme avec qui elle était sur le point de se marier.

Un jour, la mère (fille du Gaon de Lissa) et sa fille fiancée, envisagèrent de voyager vers la ville voisine afin de faire des achats pour les besoins du mariage, la robe de mariée, des vêtements et autres.
Pour le voyage, elles louèrent les services d’un cocher parmi les non-juifs qui travaillaient sur place.
Effectivement, tôt le matin, le cocher se présenta devant la maison de la veuve et de sa fille afin de les amener à la ville voisine.

Le cocher – qui était un habitant de la ville – savait que la jeune fille était sur le point de se marier, et de ce fait, il estima que la mère et la fille désirent se rendre dans la grande ville dans le but d’y acheter le nécessaire pour le mariage, et elles ont probablement beaucoup d’argent dans leurs affaires.
Que fit-il?
Au lieu d’amener la mère et la fille à la ville voisine, il fit un détour et se dirigea à l’extrémité de la ville, où se trouvait sa propre maison.
Lorsqu’il arriva à proximité de chez lui, il fit signe à ses complices - qui s’étaient cachés sur place à sa demande – et ils se jetèrent tous sur la mère et sur la fille. Ils les attachèrent avec des cordes, les bâillonnèrent avec des chiffons, et leur prirent tout leur argent.

Le cocher et ses complices eurent peur que les deux femmes aillent raconter à la police ce qui s’était passé. Ils décidèrent donc de les brûler toutes les deux dans le grand four que possédait le cocher, ainsi il n’en resterait plus la moindre trace, et personne ne saurait ce qui est advenu d’elles.

Les mécréants se hâtèrent de bruler des bois dans le four, mais ils se rendirent compte qu’ils n’avaient pas assez de bois pour se débarrasser des deux femmes. Ils sortirent donc dans forêt pour amasser du bois afin de les bruler.
Au bout de quelques minutes, ils revinrent à la maison et continuèrent à chauffer le four. Entretemps, ils commencèrent à discuter entre eux sur la façon de partager leur butin. Le cocher réclama une grosse part, prétendant qu’il était à l’origine de cette initiative, et que sans lui ils n’auraient rien pu gagner. Mais ses complices s’opposèrent à cette idée et ils commencèrent à lui crier dessus.
A cet instant, un officier de police passa dans la rue, et lorsqu’il entendit les cris, il entra dans la maison. Lorsqu’ils le virent, le cocher et ses complices prirent la fuite en vitesse.

Les voyant tous s’enfuir, l’officier comprit qu’il y avait une cause à cela. Il commença à fouiller les pièces de la maison. Dans l’une des pièces, il vit deux femmes couchées sur le sol, ligotées et bâillonnées. Il se dépêcha de couper leurs cordes et de les libérer. Il leur demanda ce qu’il s’était passé, et il leur rendit leur argent.
Elles retournèrent chez elles.

Cette même nuit, la veuve – fille du Gaon de Lissa – vit son père apparaître en rêve.
Il lui dit:
« Sache que lorsque j’ai appris que vous étiez prisonnières, je me suis rendu dans un endroit très élevé dans les mondes supérieurs et j’ai commencé à implorer Hachem afin qu’il vous sauve. Mais ma prière ne fut pas exaucée, car toi et ta fille avez trébuché sur l’interdit de s’isoler avec le cocher dont vous aviez loué les services (la route était déserte, entre les forêts, et même dans ces conditions l’interdit de s’isoler s’applique). Je me suis alors rendu dans un endroit encore plus élevé, et j’ai imploré Hachem, que par le mérite de la Torah que j’ai diffusé au sein d’Israël avec mon ouvrage « Nétivott Ha-Michpatt », que vous soyez sauvées de tout malheur, et c’est alors que ma prière fut exaucée. »

La veuve raconta aux dirigeants de la communauté ce qu’elle avait vu dans le rêve, et ils décidèrent de consigner l’histoire dans les archives de la communauté afin qu’elle pérennise longtemps.

C’est pourquoi, tout homme et toute femme doivent savoir que lorsque se présente une question dans le domaine de l’interdiction de s’isoler, ils faut consulter un érudit dans la Torah, compétant dans ces Halachott, afin qu’il leur indique comment agir dans la pratique.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Lorsqu’on a le doute si l’on a dit Barèh’ ‘Alénou dans la prière

Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué le Din selon lequel nous devons demander la pluie dans la prière, dans la Birkat Ha-Chanim (Barèh’ ‘Alénou). Nous avons également fait mention dans nos propos du cas de la personne......

Lire la Halacha

Donner un surnom humiliant à une personne

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot, qu’il y a une interdiction d’offenser quelqu’un par la parole. Il est enseigné dans la Guémara Bava Métsi’a (58b): Rabbi H’anina dit : Toutes les personnes qui descende......

Lire la Halacha

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels

Hier soir, lundi 15 octobre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous avons commencé (en Erets Israël) à demander les pluies dans la ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts. L&r......

Lire la Halacha

Lorsqu’on oublie de dire Barèh’ ‘Alénou

Dans la une précédente Halacha, nous avons expliqué de façon générale le Din selon lequel nos maîtres ont instauré de demander les pluies dans la bénédiction de Birkatt Ha-Chanim de la prière quotidienne, depuis le 7 Mar- H&......

Lire la Halacha


L’interdiction de maudire un juif

Il est écrit dans notre Sainte Torah (Chémott 22 – 27) : « Tu ne maudiras pas Elokim (D.) » Le Targoum Onkeloss (traduction araméenne de la Torah) traduit : « Tu ne maudiras pas le Dayann (le juge rabbinique) ». La ......

Lire la Halacha

Règles relatives à l’interdiction d’offenser par la parole

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué l’interdiction d’offenser par la parole une personne ou même sa propre épouse, et nous allons détailler plus loin différents cas pratiques sur ce sujet, tel que les a tranché MARAN dans......

Lire la Halacha

L’offense par la parole

Il est enseigné dans une Michna du traité Bava Métsi’a (58b): L’offense et la supercherie peuvent s’exprimer autant dans le domaine du commerce que dans la parole. (Ce qui signifie qu’au même titre qu’il est interdit d’escroquer et de t......

Lire la Halacha

Les cas pratiques de « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum »

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué l’essentiel du Din de la lecture de la Paracha chaque semaine, deux fois chaque verset et une fois sa traduction araméenne. Ce qui signifie qu’il incombe chaque juif l’obligation de lire la Paracha de......

Lire la Halacha